Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Pr Nabil Kanjaa : Moins il y a de patients à l’hôpital, mieux nous pouvons nous en occuper et moins il y aura de morts




Le Pr Nabil Kanjaa : Moins il y a de patients à l’hôpital, mieux nous pouvons nous en occuper et moins il y aura de morts
Dans le contexte de la mobilisation des autorités sanitaires nationales pour faire face au coronavirus (Covid-19), le chef du service réanimation-anesthésie au Centre hospitalier universitaire (CHU) Hassan II de Fès, professeur Kanjaa Nabil, explique à la MAP les conditions de prise en charge des cas Covid-19 et lance un message à la population.

Donnez-nous un aperçu sur les conditions de prise en charge des cas Covid-19 ?
Pr. Nabil Kanjaa : Ce sont des conditions de prise en charge reconnues internationalement et respectant toutes les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et du ministère de la Santé.
Ces sont des malades qui font des infections virales à germe. Il s’agit d’un germe qui peut dans certains cas causer une atteinte respiratoire sévère qui nécessite une prise en charge en unité de soins intensifs ou en réanimation. Les personnes atteintes vont nécessiter de la réanimation respiratoire lourde avec des moyens lourds, avec une ventilation artificielle, une réanimation cardio-artificielle et une prise en charge des défaillances des différents organes.

Est-ce que c’est le même protocole qui est appliqué pour tous les cas ?
C’est le même protocole que nous appliquons pour tous les cas qui ont la même symptomatologie, et ça va se différencier en fonction des facteurs qui peuvent se surajouter. Il est question de malades que nous avons l’habitude de prendre en charge pour d’autres causes, mais cette fois-ci c’est un microbe. Il y a, en effet, beaucoup d’autres maladies de ce genre qui peuvent être causées par d’autres microbes, mais là c’est le microbe qui fait l’objet d’une épidémie à l’échelle mondiale.

Pour ce qui est de la réanimation, est-ce que tout est mis en place au CHU pour accueillir les cas Covid-19 les plus complexes ?
Tout à fait. Et cela a été mis en place depuis longtemps. Nous nous sommes préparés depuis bien longtemps pour pouvoir prendre en charge un maximum de malades qui pourraient avoir besoin de réanimation. Et surtout les cas les plus complexes.

Est-ce que le personnel médical et paramédical est sensibilisé aux risques de cette pandémie ?
Le personnel médical est très sensibilisé et nous continuons à le sensibiliser pour prendre le maximum de précautions, pour pouvoir soigner dans de bonnes conditions ce genre de malades, sans prendre de risque d’être infecté, parce qu’il faut préserver le personnel médical pour mieux soigner les malades.

Quel message adressez-vous à la population ?
C’est un message simple. Moins il y a de malades à l’hôpital, mieux nous pouvons nous occuper de ce genre de malades, moins il y aura de morts. Donc, pour avoir moins de malades, le seul conseil important primordial est : restez chez vous. C’est très simple, en restant chez soi, on ne va pas contaminer les autres et on ne risque pas d’être contaminé pour ne pas venir à l’hôpital, pour que nous puissions nous occuper de façon qualitative et correctement des malades atteints du virus.

Jeudi 26 Mars 2020

Lu 595 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif