Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Polisario décide de squatter la zone tampon près d’El Guerguarat




Selon des voyageurs en provenance de la zone de Kandahar, les dirigeants du Polisario ont décidé la construction de deux postes frontières à  El Guerguarat, à environ 200 m du dernier point marocain de contrôle. 
Les deux postes sont installés dans une zone tampon, contrôlée par les milices du Front. Suite à leur intrusion récente à Lagouira contrôlée par la Mauritanie, les protégés d’Alger ont franchi un nouveau pas vers une escalade dans cette zone.
Dans une manœuvre de provocation, le mouvement séparatiste pourrait mener des opérations de contrôle des personnes et des marchandises à destination de l’Afrique, rappelle-t-on.
Les  éléments de la Minurso se contentant d’observer ce qui se passe dans le no man’s land, le Polisario essaie de tirer profit de la fin du mandat du secrétaire général des Nations unies et du fait que le Maroc, plus que jamais concentré sur son adhésion à l’Union africaine, souhaite éviter toute confrontation. 
Les séparatistes surfent ainsi sur la politique du fait accompli comme ils l'ont déjà fait avec les autres zones tampons (Aghouainit, Amgala, Bir Tirissit, Douguej, M’Hairiz, Mijek, Zoug et Tifarity), situées à l’est du mur de sécurité. 
Le Front appelle pompeusement ces lieux  de "territoires libérés". « Sauf que cette fois, l’initiative des amis de Brahim Ghali affecte directement la sécurité et la stabilité du Royaume ». 
Le Polisario a choisi un moment où il est quasiment certain de l’absence de toute  intervention de l’ONU dont la marge de manœuvre est très réduite et qui peut tout au moins lui demander de garantir la libre circulation des personnes et des biens. Ce qui équivaudrait à une reconnaissance du fait accompli.
Selon un connaisseur du dossier, la décision  de construire ces postes-frontières pris par le Polisario aurait été prise en réaction au rapprochement entre le Maroc et l’un de ses parrains africains, à savoir le Nigeria,.             


Ahmadou El-Katab
Lundi 12 Décembre 2016

Lu 2256 fois


1.Posté par ismail le 11/12/2016 18:53 (depuis mobile)
ok mais à leur risque et péril question de temps

2.Posté par Mohamed le 11/12/2016 22:35
Selon un connaisseur du dossier, la décision de construire ces postes-frontières pris par le Polisario aurait été prise en réaction au rapprochement entre le Maroc et l’un de ses parrains africains, à savoir le Nigeria.....exactement.
Pour le reste... On est là.

3.Posté par Nacer le 12/12/2016 17:02
Le peuple algéro-marocain a-t-il conscience du complot qui s’opère ? Après des années de guerres fratricides, peut-on envisager un scénario tel que nous pouvons le déplorer en Libye ou en Syrie ?
Je ne sais pas si la grande masse a connaissance des détails du projet les visant, mais il y a actuellement une indéniable prise de conscience de toute une frange de la population marocaine et algérienne.
Rien de ce qui se passera dans l’avenir en Algérie et au Maroc ne ressemblera trait pour trait à ce qui s’est produit en Libye et en Syrie. Mais l’on peut envisager une attaque frontale des forces de l’OTAN contre l’Algérie, toutefois, comme je l’ai dit, les puissances atlantistes elles-mêmes ne s’y risqueraient qu’en dernier recours. Ce qui s’avérerait redoutable pour les ennemis du Maghreb, serait un rapprochement historique de l’Algérie et du Maroc sur fond de règlement de la question du Sahara… Il en va de la survie de ces deux peuples frères. Imaginez ce que serait devenu le Proche-Orient sans la guerre Iran-Irak et plus encore avec une alliance stratégique entre Saddam Hussein et l’Ayatollah Khomeyni. Le malheur du monde musulman depuis plus d’un siècle est son incapacité à s’unir, à défaut de se réunir.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Mots Croisés