Le Petit Nicolas récompensé au Festival d'Annecy


Libé
Dimanche 19 Juin 2022

Le Petit Nicolas récompensé au Festival d'Annecy

Le film d'animation "Le Petit Nicolas - Qu'est-ce qu'on attend pour être heureux?", qui raconte la création du célèbre écolier de la littérature jeunesse, a décroché samedi le Cristal du long métrage du Festival d'Annecy (France), rendez-vous majeur du cinéma d'animation.


Présenté hors compétition au Festival de Cannes en mai, ce film retrace l'origine de la naissance du Petit Nicolas sous les plumes de ses deux créateurs, le dessinateur Jean-Jacques Sempé et l'auteur René Goscinny, respectivement doublés par Laurent Lafitte et Alain Chabat.


Mêlant souvenirs personnels des coauteurs, scènes pétillantes ou poétiques avec l'écolier, le film d'Amandine Fredon et Benjamin Massoubre - coécrit par Anne Goscinny, fille de René - sortira en salle courant octobre.


Le prix du jury est revenu à "Interdit aux chiens et aux Italiens" d'Alain Ughetto qui y retrace l'histoire de ses grands-parents, partis du berceau familial du nord de l'Italie au début du XXe siècle pour refaire leur vie en France.
 Dix films d'animation étaient sélectionnés dans la compétition principale du Festival d'Annecy, qui s'est tenu intégralement en présentiel du 13 au 18 juin, après deux ans de pandémie.


Créé en 1960, l'événement a enregistré des chiffres historiques de fréquentation sur cette édition: 13.248 festivaliers accrédités en provenance de 106 pays, soit 8% d'augmentation par rapport à 2019, précédente année record.



Bouillon de culture

Festival de la musique gharnati
  
 
La 29ème édition du Festival de la musique gharnati, placé sous le thème "La Méditerranée au rythme des chants de Grenade", a démarré vendredi soir au Théâtre Mohammed VI d’Oujda.

Ce festival est organisé, sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI, par le ministère de la Jeunesse, de la Culture et de la Communication, en coopération avec la wilaya de la région de l’Oriental et d’autres partenaires.


L’organisation de cette manifestation artistique s’inscrit dans le cadre de la stratégie du ministère visant la préservation du patrimoine artistique national et la pratique artistique au Maroc.

La cérémonie d’ouverture de cette édition, tenue en présence du wali de la région de l’Oriental, gouverneur de la province d’Oujda-Angad, Mouaad Jamai, et des représentants du ministère, a été marquée par les prestations artistiques d’orchestres des deux rives de la Méditerranée, aux côtés de groupes locaux et de représentants de l’Institut Cervantes de Fès.

La première soirée artistique de ce festival s’est distinguée aussi par des spectacles présentés par l’orchestre de l’Institut régional de musique et d’art chorégraphique, de l’orchestre de Rabat de la musique gharnati et de l’orchestre Essalam des anciens de la musique gharnati à Oujda.


Un hommage a été rendu à plusieurs figures de cet art, à savoir Ahmed Birrou, Mansour Benlarbi et Bahaa Ronda, ainsi qu’à des orchestres participant à ce festival, en reconnaissance de leurs efforts pour la sauvegarde et la promotion de la musique gharnati.
 
 
Projection
 
Le dernier film documentaire de la réalisatrice marocaine Asmae El Moudir "Massira" a été projeté, samedi en avant-première, dans le cadre de la 10ème édition du Festival international du film de Dakhla.

Ce film documentaire de 75 min qui a bénéficié du soutien du Fonds d’aide à la production cinématographique nationale, mêle le passé et le présent des amis qui avaient pris part à la glorieuse Marche verte en 1975.

Ils avaient souhaité atteindre la ville de Laâyoune, mais leur périple s'était arrêté aux confins de cette ville. 45 ans plus tard, ces amis décident de faire un retour vers le passé durant lequel les réminiscences de leurs expériences resurgissent.


Dans une déclaration à la MAP, la réalisatrice marocaine Asmae El Moudir a souligné que "l'idée de réaliser ce film documentaire a germé en moi jusqu'au jour où j’ai rencontré Mohamed Rkaibi, l'un des journalistes qui a pris part à la Marche verte avec ses amis et d’autres participants, mais leur périple s'est arrêté aux confins de Laâyoune". "Après plusieurs mois d'échanges avec M. Rkaibi, ce dernier m'a fait montrer une série de photos immortalisant le parcours de cet événement national, ce qui démontre une volonté constante chez lui de retracer le même parcours de la Marche verte pour rejoindre la capitale du Sahara marocain", a expliqué Mme El Moudir. "Pour faire ce périple, M. Rkaibi s’est chargé de prendre contact avec quelques participants à la Marche verte", a-t-elle enchaîné, notant qu’elle a œuvré avec l’équipe de tournage de retracer le parcours de M. Rkaibi et ses amis, en faisant escale à plusieurs villes et provinces jusqu’à la ville de Laâyoune.

 


Lu 1763 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.