Le “ général de fer ” Zaloujny : Une nouvelle icône ukrainienne

 


Le Panorama des cinémas du Maghreb et du Moyen-Orient ouvre une fenêtre sur le Maroc contemporain


Libé
Jeudi 25 Mars 2021

La 16ème édition du Panorama des cinémas du Maghreb et du Moyen-Orient (PCMMO), qui se tient du 23 mars au 11 avril en île de France, ouvre une fenêtre sur le Maroc contemporain.

Cette édition, qui fait un focus sur le cinéma égyptien, se déclinera notamment en ligne sur Festival Scope, compte tenu du contexte sanitaire, indiquent les organisateurs. Il s’agit, selon eux, de renouer avec l’Histoire, à la fois des cinémas du Maghreb et du Moyen-Orient et du festival lui-même. La fenêtre sur le Maroc contemporain "renvoie à la toute première édition du festival, alors Panorama des cinémas du Maroc. Les femmes y sont particulièrement mises à l’honneur, avec un Prix Dionysien-ne-s sur des figures féminines inspirantes", soulignent les organisateurs.

En outre, cette édition sera marquée par un hommage à la grande réalisatrice franco-marocaine Dalila Ennadre, décédée en 2020, qui a marqué plusieurs éditions du festival. Cette année, "c’est également un Maroc musical à découvrir, de la musique traditionnelle juive à la culture punk", notent-ils. Au programme de cette 16ème édition du PCMMO, 38 films en ligne, 22 documentaires et 16 fictions. Les compétitions de courts métrages se déroulent également en ligne jusqu’au 5 avril, alors que le palmarès sera annoncé le 9 avril. Le Panorama des cinémas du Maghreb et du Moyen-Orient est un festival cinématographique international ancré dans le paysage culturel d’Île-deFrance, lancé depuis 2006 à SaintDenis.

À sa création, il avait pour objectif de faire connaître le cinéma marocain, avant d'élargir deux ans plus tard, son champ pour devenir le Panorama des cinémas du Maghreb, avec la volonté de permettre à des films de l’Afrique du Nord d’être programmés. En 2012, c’est au tour du cinéma du Moyen-Orient d’être intégré. Cette ouverture projette de donner plus de visibilité à une cinématographie qui peine à se faire une place dans les salles en France.

BNRM

La Bibliothèque Nationale du Royaume du Maroc (BNRM) publiera, après un arrêt de quatre années, la Bibliographie Nationale de la période allant de 2015 à 2020, qui fournit une liste exhaustive des titres publiés au Maroc lors de cette période.

Cette Bibliographie compte près de 2605 titres de monographies au titre de l’année 2015 ; 2.689 titres pour l’année 2016 ; 2.908 titres pour l’année 2017 ; 3.095 titres pour l’année 2018 ; 3.282 titres pour l’année 2019 et 2.702 titres pour l’année 2020, précise la BNRM dans un communiqué.

Pour la première fois, aux côtés des monographies, cette Bibliographie Nationale inclura un certain nombre de périodiques ainsi que des documents audiovisuels, a ajouté la même source, relevant qu’en plus de l’édition papier en six volumes de la Bibliographie Nationale, les chercheurs et les lecteurs peuvent avoir accès à sa version numérique en consultant le site officiel de la BNRM (www.bnrm.ma).

Le communiqué souligne également que la BNRM préparera, à partir de cette année, la Bibliographie Nationale sur une base annuelle et procédera à sa publication de manière régulière. Elle s’attachera également à présenter un état des lieux détaillé de l’édition au Maroc lors de la rentrée culturelle et littéraire, dans le but de faire connaître, mais également de susciter l’envie de lire ce qui est publié au Maroc.

Pour rappel, la Bibliothèque Nationale est responsable de la réalisation et de l’édition de la Bibliographie Nationale, de la vulgarisation de cette forme particulière de patrimoine, et de la diffusion à destination du grand public de tout ce qui concerne les ouvrages publiés au Maroc.


Lu 401 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >