Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le MSP appelle l’armée algérienne à cesser son implication dans les présidentielles




Le MSP appelle l’armée algérienne à cesser son implication dans les présidentielles
En Algérie, les appels à assurer une politique saine sans l’intervention de l’armée se suivent et se ressemblent. La dernière en date émane du dirigeant du principal parti islamiste, Mouvement de la société pour la paix (MSP), Abderrazzak Makri. Il a, dans ce sens et sans ambage, appelé l’homme fort de la nomenklatura militaire algérienne, le général de corps d’armée Gaid Salah, qui occupe également le poste de vice-ministre de la Défense nationale et chef d’état-major de l’ANP, à cesser toute ingérence dans la vie politique de son pays.
La déclaration de Makri intervient suite aux propos de Gaid Salah, jeudi dernier, indiquant que l’institution militaire ne peut être mêlée aux affaires politiques ni se tenir aux côtés d’une partie quelconque. « L’ANP est une armée qui «connaît ses limites, voire le cadre de ses missions constitutionnelles, qui ne peut en aucun cas être mêlée aux enchevêtrements des parties et des politiques, ou dans des conflits qui ne la concernent ni de près ni de loin», dixit Gaid Salah. Dans un message adressé à l’opposition, selon les observateurs, le général de corps d’armée Ahmed Gaïd Salah, avertit l’opposition en assurant que « l’ANP ne permettra ni dépassement ni trouble ».
Dans ce qui semble être une réponse au président du MSP, Abderrazak Mokri, qui l’a exhorté à intervenir pour organiser la transition démocratique, le chef de l’état-major a souligné que l’armée ne s’écartera pas de ses missions constitutionnelles. «L’une des mauvaises pratiques, voire étranges, irrationnelles et inacceptables, à la veille de chaque rendez-vous électoral… certaines personnes et parties s’éloignent volontairement de l’exercice politique», déclare le chef de l’état-major.
En réaction à ces propos, le président du MSP a annoncé sur le site de son parti, son soutien à la déclaration de Gaid Salah, soulignant qu’il encourage et rassure son parti quant au positionnement de l’armée, par rapport aux futures élections présidentielles.
Et d’ajouter qu’il n’appellera pas l’armée à intervenir dans l’opération électorale, mais à donner des garanties pour contribuer à la transition et au consensus politique, en vue de sortir de l’état d’«immixion continue de l’armée ».

Mustapha Elouizi
Samedi 28 Juillet 2018

Lu 877 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com