Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Groupe socialiste appelle à la tenue d’ une réunion urgente pour débattre de l’usage de violence contre les enseignants contractuels à Rabat

Un supposé barbouze mais vrai agresseur arrêté



Le Groupe socialiste appelle à la tenue d’ une réunion urgente pour débattre de l’usage de violence contre les enseignants contractuels à Rabat
Après les scènes déplorables de violence à l’égard des enseignants contractuels lors d'un récent rassemblement à Rabat, le Groupe socialiste à la Chambre des représentants a adressé une lettre au président de la Commission de l'intérieur, des collectivités territoriales, de l'habitat et de la politique de la ville, dans laquelle il appelle à la tenue d’une réunion urgente en présence du ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, dans le but de débattre de la violence exercée contre les enseignants contractuels à Rabat.

Par ailleurs, trois syndicats de l’enseignement, à savoir le Syndicat national de l’enseignement (SNE-FDT), la Fédération autonome de l'enseignement (FAEUGTM) et la Fédération nationale de l'enseignement (FNE-UMT), ont «fermement condamné»le recours à la violence face «aux revendications pacifiques, justes et légitimes» des enseignants contractuels.

Dans un communiqué commun, ces trois syndicats ont également exprimé leur «soutien à toutes les luttes pacifiques du personnel de l'éducation nationale», tout en soulignant que «le gouvernement est pleinement responsable» de ce qui s’est passé, car «il a choisi de politiser les problèmes éducatifs».

«Nous avons catégoriquement refusé de faire du secteur de l'éducation et de la formation un champ de bataille pour régler des comptes politiciens». Les trois syndicats ont demandé au gouvernement et au ministère de tutelle de mettre en œuvre les accords précédents concernant tous les dossiers déjà tranchés lors du dialogue sectoriel, tout en appelant en même temps à «l’ouverture de négociations sérieuses au sujet des dossiers en suspens en vue de les régler définitivement dès que possible et sans procrastination».

Par ailleurs, le service préfectoral de la police judiciaire de Rabat a réussi, jeudi dernier, sur la base d'informations précises fournies par les services de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST), à interpeller le suspect apparu dans des séquences vidéo en train d'user, mercredi dernier à Rabat, de violence à l'encontre de participants à la manifestation des enseignants contractuels.

Dans un communiqué relayé parla MAP, la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a souligné que les services de la police judiciaire chargés d'enquêter sur cette affaire avaient entamé toutes les recherches préliminaires nécessaires à la lumière des données et enregistrements relayés par les réseaux sociaux, et qui ont permis d'identifier le suspect impliqué dans la commission de ces actes criminels et de l'interpeller.

Le mis en cause a été placé en garde à vue à la disposition de l'enquête menée sous la supervision du parquet compétent, afin de déterminer les tenants et aboutissants de cette affaire, a conclu la DGSN.

Il convient de rappeler que jeudi dernier, le Procureur du Roi près le Tribunal de première instance de Rabat a annoncé l’ouverture d’une enquête, sous la supervision de ce Parquet, sur l’usage par un individu de la violence lors de la dispersion d’un rassemblement sur la voie publique.

Cette décision intervient suite à la diffusion par plusieurs comptes sur les réseaux sociaux de photos et séquences vidéo montrant une personne en civil usant de violence lors de la dispersion d’un rassemblement sur la voie publique, a indiqué le Procureur du Roi dans un communiqué. Lancée ce jeudi, l’enquête a été confiée à la police judiciaire de Rabat, a précisé la même source. H.T

Libé
Vendredi 19 Mars 2021

Lu 379 fois


1.Posté par hessou le 20/03/2021 13:42
la FDT ,comme d'autres syndicats, a à répondre quant aux heures de "solidarité" jetées sur les enseignants collège et lycée .

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 16 Juin 2021 - 22:46 Le gazoduc maroco-nigérian sur la bonne voie




Flux RSS