Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

“Le Ganoui visionnaire” de Mohamed Tabal exposé à Casablanca




Le vernissage de l’exposition "Le Ganoui visionnaire" du célèbre artiste peintre Mohamed Tabal, portant sur différents aspects de l'univers mystique des gnaouas, a eu lieu, jeudi soir, à B&S gallery à Casablanca. L'exposition propose au public de découvrir, jusqu'au 9 janvier, une quarantaine d’œuvres et de tableaux sculptés de l’icône gnaouie mêlant couleur et gaieté et mettant en valeur l’histoire ancestrale qui vacille entre l’imaginaire et la transe. "Quand je commence à travailler sous l’effet de la transe, je tiens le pinceau d’une main ferme, tandis que ma tête s’envole", a confié Mohamed Tabal dans une déclaration à la MAP. L’artiste souiri, qui s’est vu attribuer plusieurs distinctions honorifiques dans le monde entier, a expliqué qu’il s’inspire des personnages gnaouis en plein rythme de danse, notamment leur gestuelle, leurs chants lors des célébrations religieuses, leurs instruments et le mode vestimentaire des personnages. Transe, couleur, rythme et mysticisme sont les maîtres mots de l’univers gnaoui, a-t-il fait observer, soulignant que ses œuvres tentent d'exprimer par le dessin les rites et coutumes de ce monde plein de mystères. Pour Boubker Kadiri, collectionneur et gérant de B&S gallery, le corps à corps de l’artiste avec la matière fait de lui un artiste peu ordinaire, peut-être le seul, à donner vie à un monde d’esprits et de vitalité mystérieuse, sous forme d’un art brut en toute spontanéité.
Le pinceau "n’est d’ailleurs pas sa seule arme", puisque Mohamed Tabal s’essaie également au collage sur bois et à la sculpture basée sur les matériaux trouvés au gré du hasard de ses promenades, a-t-il fait savoir. Artiste autodidacte né en 1959 à El Hanchan, dans la région d'Essaouira, Mohamed Tabal expose régulièrement ses toiles dans sa ville d’origine et dans la métropole. Lors de ses expositions en Europe, l’artiste a reçu le Prix de la Société académique arts-sciences-lettres en France (2015) et le Prix d’Europe du 23ème Concours international de la peinture primitive moderne en Suisse (1996), en plus d'un Wissam alaouite en 2014.

Samedi 16 Décembre 2017

Lu 583 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com