Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

“Le Feu qui forge ”, exposition collective à L’Atelier 21



“Le Feu qui forge ”, exposition collective à L’Atelier 21
“Le Feu qui forge” est l’intitulé d’une exposition collective qui sera organisée du 22 juin au 30 juillet à la galerie d’art L’Atelier 21. Cette exposition, dont le commissariat a été confié à Salma Lahlou, célèbre l’apport de Mohamed Melehi (1936-2020) dans le champ des arts plastiques au Maroc, indique un communiqué de L’Atelier 21.

“Dans le cadre de l’invitation qui m’est faite par L’Atelier 21 de penser une exposition collective à partir de l’œuvre de Mohamed Melehi, j’ai voulu me concentrer sur la radicalité de son écriture plastique et les revendications esthétiques qu’elle soulève. Car Melehi, en libérant la forme et la pensée, a créé un modèle. Ce modèle, je souhaite en faire une maïeutique”, explique Salma Lahlou citée dans le communiqué.

Le parcours pluridisciplinaire de Melehi se nourrit de champs d’intervention multiples (action engagée, documentaire, pédagogie, urbanisme), ainsi que de nombreux genres artistiques (peinture, photographie, sculpture, architecture, design). Il appartient à chacun des artistes invités de faire valoir, dans une œuvre, à l’égard de Melehi une dette, une tangence, une correspondance ou même une dissonance, souligne L’Atelier 21.

Mohamed Melehi a marqué de son empreinte la modernité des arts plastiques au Maroc, et dans d’autres territoires. De par la qualité et le nombre des artistes qui participent à cette exposition, on se rend compte que l’héritage laissé par cet artiste est un stimulant qui invite constamment à la création, indique-t-on.

L’exposition connaîtra la participation de 21 artistes, à savoir Saïd Afifi, Zainab Andalibe, Daoud Aoulad-Syad, Nassim Azarzar, Mustapha Azeroual, Fouad Bellamine, Yasmina Benabderrahmane, M’barek Bouhchichi, Khalil El Ghrib, Safaa Erruas, Mohssin Harraki, Maria Karim, Fatima Mazmouz, Najia Mehadji, Houssein Miloudi, Lamia Naji, Abdelkébir Rabi’, Batoul S’Himi, Hossein Talal, Eric Van Hove et Abderrahim Yamou, par une œuvre qui entretient une parenté esthétique avec l’univers plastique de Mohamed Melehi, conclut le communiqué.

Libé
Jeudi 17 Juin 2021

Lu 345 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.


Flux RSS