Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Festival national du film de Tanger s’ouvre en grande pompe




Le festival célèbre cette année le 60ème anniversaire du cinéma marocain

Le rideau a été levé, vendredi soir au Centre culturel Ahmed Boukmakh, sur la 19ème édition du Festival national du film de Tanger (FNFT), placé sous le Haut Patronage de SM le Roi Mohammed VI et qui célèbre cette année les 60 ans du cinéma marocain. 
La cérémonie d'ouverture de ce rendez-vous cinématographique, organisé par le Centre cinématographique marocain (CCM) jusqu'au 17 mars courant, a été ponctuée par la présence notamment du ministre de la Culture et de la Communication, Mohamed Laâraj, du wali de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima, Mohamed El Yaâkoubi, du président du Conseil régional, Ilyas El Omari, et du président du conseil communal, Mohamed Bachir Abdellaoui. Un hommage a été rendu, à cette occasion, à deux vétérans du cinéma marocain pour leur efforts pour la promotion du 7e art, à savoir Mohamed Sabiri, ingénieur d'Etat, cadre du CCM depuis 1981, et Jawad Bouabdesslam, technicien au sein de la même structure depuis 1977.
S'agissant du jury de cette édition, c'est la curatrice d'art libanaise Rasha Salti qui préside le jury dans la catégorie des longs métrages. Elle est entourée par la réalisatrice Laila Marrakchi, la productrice Dounia Benjelloun Mezian, fille de Othman Benjelloun, la réalisatrice Simone Bitton, le journaliste et chroniqueur Abdellah Tourabi, le directeur de la section Forum de la Berlinale Christoph Terhechte et le publicitaire Ali Hajji. Côté courts métrages, le jury est présidé par le cinéaste marocain Mohammed Mouftakir. L'auteur de Pégase est entouré par la productrice française Alice Ormières, la journaliste Jihane Bougrine, le documentariste Raymond Zanchi et le réalisateur Ismail Ferroukhi. 
Les deux jurys décerneront 17 prix, dont 14 pour la compétition de longs métrages, à savoir le Grand Prix, le Prix de la production, le Prix spécial du jury, le Prix de la première œuvre, le Prix de la réalisation, le Prix du scénario, le Prix du 1er rôle féminin, le Prix du 1er rôle masculin, le Prix du 2ème rôle féminin, le Prix du 2ème rôle masculin, le Prix de l’image, le Prix du son, le Prix du montage ainsi que le Prix de la musique originale, et trois pour la compétition de courts métrages: le Grand Prix, le Prix spécial du jury et le Prix du scénario, conclut le communiqué de la source.
Rappelons enfin que le FNF rendra cette année hommage à quatre vétérans du cinéma marocain. Il s’agit en premier lieu de Mohamed Oumouloud Abbazi, réalisateur, scénariste et producteur. Né en 1938, il poursuit ses études de cinéma à l’université californienne UCLA et en sort en 1966 avec une licence en réalisation cinématographique. Tout au long d’une riche carrière de plus de 50 ans, il travaille en Europe et au Maroc, assiste de grands réalisateurs venus tourner au Maroc, dont notamment Mostapha Akkad, Robert Wise, Richard Attenborough, John Huston, Franco Zeffirelli, ou encore Giuliano Montaldo. Abbazi a également produit et réalisé trois longs métrages: «De l’autre côté du fleuve (1982), «Les Trésors de l’Atlas» (1997) et «IttoTitrit» (2007).  Parmi les honnorés, on trouve également la célèbre comédienne Fatima Ouechay. Depuis 1973 et durant sa riche carrière, Ouechay a joué avec la plupart des réalisateurs marocains tant au cinéma qu’à la télévision. Elle a également participé à nombre de productions étrangères tournées au Maroc. On notera également Mohamed Sabiri, ingénieur d'Etat et  cadre du centre cinématographique marocain depuis 1981, en plus de Jawad Bouabdesselam, technicien au Centre cinématographique marocain depuis 1977.






M.O
Lundi 12 Mars 2018

Lu 943 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif