Libération




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Festival international Malhouniyat rend hommage à Abbès Jirari




La 8ème édition du Festival international "Malhouniyat", qui a pris fin dimanche à Azemmour, était dédiée au Professeur Abbès Jirari, en reconnaissance des précieux services et des efforts considérables qu’il a consentis pour asseoir les bases de la recherche scientifique des études relatives à la poésie du Malhoun au Maroc.
Le festival a connu la participation d'artistes venus d'Algérie, de Tunisie et de France pour rehausser le niveau de cette édition, qui intervenait dans le sillage des efforts des acteurs concernés et du ministère de la Culture pour inscrire le Malhoun sur la liste du patrimoine culturel immatériel auprès de l’UNESCO.
Cette importante initiative a pour objectif de préserver cet héritage culturel authentique, pas seulement en tant que création, mais également comme un patrimoine artistique qui caractérise la société marocaine à travers des rituels et des coutumes festifs, a expliqué le directeur du festival et chercheur Abdelilah Jannane.
Le président de l’Association provinciale des affaires culturelles (APAC), Mostapha Baydouri, a quant à lui mis en exergue l’importance pour la ville d’Azemmour de rendre hommage aux pionniers et figures de proue de l'art du Malhoun, à l'image du Pr. Abbès Jirari. Il a, ainsi, suggéré de consacrer chacune des éditions à l'un des grands noms de cet art, tels que Ahmed Ben Rkia, Mohamed Ben Massaoud, Driss Rahmoune et bien d’autres, mettant en avant le rôle joué par la pépinière d’Azemmour pour la pérennisation et la promotion du Malhoun et de ses artisans. 
Organisée par l'APAC, en partenariat avec l’OCP, le conseil provincial et la commune d’Azemmour, la huitième édition a offert un plateau de choix, en particulier un récital donné par les musiciens les plus en vue du Malhoun, sous la houlette de Mohamed Al Ouali. Le programme comportait aussi des spectacles de l’Association Roudania dirigée par Mohamed Mouline, de la compagnie Tazi de l’art du Samaa et de Madih, de la troupe Achmaoui de l’art Aissaoui, d’Azemmour, de la troupe algérienne pour l’art populaire, de l’orchestre français "Rencontre et Paix", de la Troupe Zaouia Hamdouchia d’El Jadida, de la troupe Zamane Al Ouasl de Salé, ainsi que des prestations d'autres artistes tels Sanae Marahati et Thami Belhouate.
Des experts et chercheurs de renom ont également animé à cette occasion une conférence sous le thème "L'art du Malhoun marocain".

Libé
Lundi 28 Mai 2018

Lu 652 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 18 Septembre 2020 - 18:55 Le secteur du livre affaibli par la pandémie

Vendredi 18 Septembre 2020 - 16:57 Décès de Mohamed Talal