Libération


Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Festival du film éducatif se met au digital



Le film éducatif stimule le dialogue



La troisième édition du Festival du film éducatif pour les enfants des centres d’estivage se tiendra du 25 au 27 décembre courant, à l’initiative de l’Association Image pour le patrimoine culturel. Organisée sous le thème «Le film éducatif stimule le dialogue», cette édition sera entièrement digitale, en raison des restrictions liées à la crise sanitaire. «Nous tenons malgré les circonstances difficiles du moment à rester en contact avec les enfants et le jeunes en présentant une édition digitale», souligne la présidente du festival, Nadia Akerouach. «Cela est rendu possible grâce au fait que les catégories ciblées ont accumulé un important savoir-faire dans l’emploi des technologies de communication à distance. C’est un atout à utiliser pour présenter des produits artistiques utiles, véhiculant un contenu éducatif, intellectuel et instructif pour les enfants et les jeunes», ajoute-t-elle. Les organisateurs du festival ont concocté un programme riche et diversifié avec une compétition officielle qui prévoit la participation de 10 courts métrages. Le jury chargé de les départager sera présidé par le réalisateur Az Alarabe Alaoui, avec à ses côtés l’actrice Hanan Benmoussa, l’artiste et critique d’art Chafik Ezzouguari, le chercheur en éducation et critique de cinéma Samir Ezzemi et l’acteur associatif Abdelali Mastour. Au programme également un colloque modéré par le journaliste Aberrahim Erraoui sur le thème «L’image de l’école dans le cinéma marocain», une master class de l’écrivain et scénariste Abdelilah Hamdouchi, des séances d’hommages à l’actrice Zahira Zajhiri et l’écrivain Zouhair Kacimi, en plus d’une présentation du livre «Discours cinématographique: Questions de réception et d’interprétation» et l’organisation d’un débat avec son auteur Soulayman El Haqioui. «Notre association croit fortement à l’importance de la formation des jeunes générations dans le domaine de l’image, du développement de leur culture dans ce domaine, leur aptitude à la lire d’une manière correcte, du renforcement de leurs aptitudes cognitives et de communication, ainsi que l’enrichissement de leurs capacités individuelles au niveau de l’analyse, du débat, de l’échange et du développement de leurs talents créatifs», précise la présidente du festival. Et d’ajouter : «Nous ne ménageons aucun effort pour que cette édition digitale soit encore plus réussie que les précédentes et que la culture de l’image se renforce davantage dans les esprits des jeunes générations, au lieu de continuer à consommer les images d’une manière superficielle». «Et cela n’est possible, dit-elle, qu’à travers l’assiduité et la continuité de notre travail en compagnie d’une équipe de professionnels aguerris, réunissant des experts pédagogiques et cinématographiques. Surtout que le travail à l’intérieur des colonies de vacances, en tant qu’espaces ouverts, est susceptible d’implanter une éducation dynamique, englobant le culturel et le créatif». «Le cinéma est un moyen qui incite l’individu à la réflexion et à la création. Le cinéma est porteur de valeurs humaines. Et ce sont là des choses susceptibles de participer à la formation d’une nouvelle génération accueillant la vie d’une manière positive» conclut la présidente. 

M.O
Lundi 14 Décembre 2020

Lu 449 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 21 Avril 2021 - 04:28 Bientôt une suite du film Downton Abbey