Libération


Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le FICAM annonce la couleur : La 17ème édition attendue du 16 au 21 mars prochain




Après le franc succès des éditions précédentes, le Festival international de cinéma d’animation de Meknès (FICAM) sera de retour, du 16 au 21 mars prochain. Organisé par la Fondation Aïcha, en partenariat avec l’Institut français de Meknès, cet évènement culturel d’envergure  fêtera cette année sa 17ème édition. Une longévité et une maturité qui font de lui un rendez-vous unique à l’échelle du continent africain et du monde arabe.  «Présenter un film au FICAM est toujours un moment fort», explique Anik Le Ray, scénariste française qui a déjà pris part au festival. «Au FICAM, les cultures se croisent, s’apprivoisent, se mêlent. Le public passionné et curieux vient découvrir des histoires inédites, de nouvelles images et rencontrer ceux qui les fabriquent. Mais par dessus tout, le festival de Meknès ressemble à une utopie qui se réalise… du bonheur, rien que du bonheur, partagé dans la tendresse et l’amitié des peuples», ajoute-t-elle.
L’édition de cette année connaîtra une sélection variée, riche et festive de films d’animation, dénichés dans les trésors cachés du patrimoine et de la création contemporaine avec un focus sur la femme. Le FICAM consacrera, en effet, un hommage à des personnalités féminines internationales qui brillent dans ce genre cinématographique. Des réalisatrices, scénaristes et productrices seront ainsi invitées, dont Céline Sciamma, célèbre réalisatrice et scénariste française (Tomboy, Bande de filles, Ma vie de courgette…). C’est elle, par ailleurs, qui présidera le jury de la compétition internationale du court-métrage d’animation.  
Le FICAM qui accueillera, cette année encore et à l’instar des précédentes éditions, des sommités du cinéma d’animation international connaîtra également la participation de l’Américaine Brenda Chapman, lauréate de l’Oscar du meilleur film d’animation en 2013 pour son film «Rebelle» et scénariste de grands succès des Studios Disney dont «Le Roi Lion», «La belle et la bête», «Le bossu de Notre Dame» et «Fantasia 2000».  En plus de Brenda Chapman, le public meknassi aura la chance de rencontrer  ’un des plus importants réalisateurs japonais contemporains, Sunao Katabuchi. Il a auparavant collaboré avec le célèbre Isao Takahata qui a déjà pris part au FIAM et qui en garde de beaux souvenirs.
On notera également la présence de l’Américano-Brésilien, Carlos Saldanha, considéré depuis 1993, comme l’une des forces créatives des célèbres Studios Blue Sky. La liste des succès mondiaux qu’il a réalisés en est la preuve. On en  citera les trois premières parties de la saga «L’âge de glace» ainsi que «Rio 1» et «Rio 2». Sa dernière création, «Ferdinand» est nommée aux Oscars 2018.  
Au programme, figurent également des projections inédites, des expositions, des tables rondes, des rencontres et un important volet consacré à la formation des étudiants des écoles d’art et d’audiovisuel au Maroc, dirigé par les trois réalisateurs cités ci-dessus.
Il est enfin à rappeler que ce festival, qui a vu le jour en 2001 à l’Institut français de Meknès, s’affirme, comme un rendez-vous cinématographique incontournable au Maroc et en Afrique. Il attire chaque année un public nombreux composé d’élèves, de familles, de professionnels et d’étudiants de l’ensemble des écoles publiques marocaines dédiées à l’art et au cinéma. Il accompagne l’émergence de la création marocaine du cinéma d’animation en abritant les deux prestigieuses compétitions internationales au Maroc et en Afrique dédiées au court et au long métrages d’animation avec un jury professionnel et deux jurys juniors composés de lycéens de Meknès. Ainsi le Grand Prix Aïcha de l’animation (GPAA) représente un véritable soutien à la création marocaine, révélant chaque année de jeunes artistes marocains et constituant un tremplin vers la professionnalisation.

Mehdi Ouassat
Samedi 17 Février 2018

Lu 1087 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 18 Septembre 2020 - 18:55 Le secteur du livre affaibli par la pandémie

Vendredi 18 Septembre 2020 - 16:57 Décès de Mohamed Talal