Libération




Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Covid-19 regagne du terrain à Essaouira




Le Covid-19 regagne du terrain à Essaouira
Après avoir maintenu une situation pandémique à 0 cas durant un mois, la province d’Essaouira vient d’enregistrer trois cas confirmés d’infection au Covid-19, et ce vendredi et samedi derniers.
Il s’agit, d’après les services sanitaires, de deux fonctionnaires du pénitencier de la ville et d'une jeune étudiante. Les trois cas confirmés positifs au coronavirus ont été découverts à l’issue de contrôles par échantillonnage effectués au courant de la semaine écoulée au profit de plusieurs dizaines de personnes, y compris 43 fonctionnaires dudit centre pénitencier.
Par ailleurs, et dans le cadre des mesures prises en pareilles situations, une liste des personnes ayant contacté celles qui sont infectées a été établie suite à une enquête effectuée par les services compétents.
A cet effet, 20 personnes ont été ciblées par des contrôles médicaux et des mesures de mise en quarantaine.
D’autre part, les autorités locales et sanitaires ont décidé de boucler une partie du lotissement Tafoukt pour mieux contrôler le cycle de contamination.
Selon les chiffres de la délégation provinciale du ministère de la Santé à Essaouira, 153 cas suspects ont été écartés, tandis que le nombre total des cas confirmés a atteint cinq, dont un décédé, un autre guéri, et trois en phase de traitement.
En attendant les résultats des analyses des contacts des trois cas infectés, des voix s’élèvent à Mogador sollicitant plus de rigueur de la part des autorités locales et sécuritaires pour imposer le strict respect des mesures de l’état d’urgence sanitaire.
« C’est la pagaille dans les quartiers Sqala, Tafoukt, Lotissement 5 et l’ancienne médina ! Plusieurs centaines de citoyens de tous âges ne manifestent aucun respect des mesures préventives requises. Des familles entières sortent dans la rue, défiant ainsi la décision de restriction des déplacements. De quel confinement parle-t-on ? », s’est indigné un citoyen à Essaouira.
Zakaria Ait Lahcen, délégué du ministère de la Santé dans la cité des alizés, a, de son côté, tiré la sonnette d’alarme sur le non-respect des mesures prises par les autorités. Il a, à cet effet, réitéré son appel à plus de rigueur de la part des citoyens.
« Les citoyens doivent assumer leur entière responsabilité car on ne badine pas avec la sécurité sanitaire de toute une nation. Plusieurs dizaines de médecins, infirmiers et techniciens du CHP Sidi Mohammed Ben Abdellah sont en lutte constante contre la pandémie depuis plusieurs semaines, sans oublier les autorités locales et les forces de l’ordre. Néanmoins, une minorité irresponsable cherche à nuire à l'action d’une nation solidaire et mobilisée », s'est écrié un acteur associatif d'Essaouira.
Certes, la majorité des habitants de la province ont manifesté leur respect des mesures préventives, mais une minorité s’est entêtée, depuis le début, à violer toutes les règles.
Il y a des lois et des mesures à appliquer à cet effet, car l’anarchie est contagieuse.

Abdelali Khallad
Mercredi 13 Mai 2020

Lu 865 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.