Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Le Conseil national de l’USFP exprime sa profonde préoccupation quant aux aspects critiques que revêt le chômage




Le Conseil national de l’USFP exprime sa profonde préoccupation quant aux aspects critiques que revêt le chômage
Le Conseil national de l’USFP s’est réuni le 29 septembre 2018 à Rabat. Après avoir loué le contenu du rapport du Bureau politique présenté par le Premier secrétaire, Driss Lachguar, et après les contributions  des membres du Conseil national qui ont établi un diagnostic de la situation au niveau national, appelé à présenter de vraies alternatives, évoqué les problèmes cruciaux dont souffrent toutes les provinces aux niveaux économique et social et exprimé leur inquiétude devant  cette situation qui ne peut perdurer sans solutions radicales et sans rupture avec le modèle économique et social qui a conduit à la crise.
Après débat, le Conseil national affirme les positions suivantes :
1-    Salue la teneur du discours du Trône et de celui de la Révolution du Roi et du Peuple qui ont mis à nu l’ampleur du manque et des dysfonctionnements, et qui ont présenté nombre de directives pratiques au gouvernement pour résoudre les problèmes économiques et sociaux.
Il considère que les rapports émanant des instances de gouvernance et d’autres institutions officielles marocaines soulignent qu’il faut une solution radicale à la situation chaotique dans plusieurs domaines notamment dans le domaine social. Ce qui nécessite l’adoption de politiques publiques et de solutions urgentes pour apporter des réponses concrètes aux problèmes dont souffre une large frange des masses populaires, notamment les jeunes qui manifestent de plus en plus leur manque de confiance et leur désespoir.
2-    Evoque la conjoncture que traverse la cause de notre intégrité territoriale, affirmant que l’art de la dissimulation pratiqué par l’Etat algérien ne sert à rien. Il est le principal ennemi dans ce dossier monté de toutes pièces et il est tenu d’enlever son masque. Car le Maroc ne peut négocier avec une partie fantoche. Mieux encore, le Maroc, qui a proposé un plan d’autonomie, ne renoncera jamais à sa souveraineté sur ses provinces sahariennes quel que soit le prix à payer.
3-    Exprime son inquiétude face aux dysfonctionnements affectant la cohésion de la majorité gouvernementale et considère que cette situation a un impact négatif sur la prestation du gouvernement qui doit se pencher sur les chantiers de réforme visant à améliorer le climat des investissements, à apaiser les souffrances des couches défavorisées, à réduire le chômage des jeunes et à résorber les problèmes accumulés dans nombreux secteurs. Pour cela, il appelle le chef du gouvernement à convoquer une réunion de la majorité en vue de débattre de cette situation et de tenter de prévenir tout ce qui pourrait l’affaiblir et la détourner des objectifs fixés.
4- Exprime sa profonde préoccupation quant aux aspects critique que revêt le chômage des jeunes en particulier et considère que les efforts consentis pour résoudre ce problème sont insuffisants vu l’ampleur de la demande induite par le nombre grandissant de jeunes qui intègrent le marché du travail. Ce qui est intimement lié au fait que les contraintes démographiques n’ont pas été prises en compte durant les dernières années au niveau des politiques économiques, sociales et culturelles. Notre parti avait exprimé ses positions face à cette situation et avait formulé des propositions claires pour y faire face, mais elles ont été totalement ignorées.
5-    Affirme que ces situations négatives ont été notées dans plusieurs secteurs d’une grande importance tels que l’enseignement, la santé, la protection sociale, le logement et le transport. Cela exige une rupture avec la méthodologie qui a aggravé la crise de ces secteurs, et ce en optant pour une politique économique, sociale et culturelle ayant pour but d’assurer l’équilibre entre les classes sociales, d’améliorer les conditions de vie des classes populaires et moyennes et de renoncer à l’alignement total sur les riches, les intérêts des rentiers et les classes parasitaires.
6-    En exprimant ces positions, le Conseil national s’inspire du référentiel social-démocrate  de notre parti qui vise à réaliser l’égalité sociale.
Partant de là, il considère qu’il est nécessaire de procéder à un changement radical dans plusieurs secteurs tels que la mise en place d’un nouveau système fiscal plus équitable, l’encouragement des investissements des PME en leur accordant des incitations concrètes et réelles, la lutte contre la spéculation, le monopole, l’enrichissement illicite et la concurrence déloyale, ainsi que d’autres mesures qui sont à même de créer un changement réel dans tout ce qui a trait aux dispositions fiscales et financières et aux investissements.
7-    Appelle également à l’adoption d’une politique sociale lors de la discussion de la loi de Finances et des mesures visant à améliorer les salaires et les allocations familiales, à la réduction des impôts en faveur des familles dont les enfants sont scolarisés dans le privé, à la rationalisation des dépenses de fonctionnement, à l’encouragement des investissements en vue de créer des postes d’emploi et l’institutionnalisation du dialogue social, ainsi que d’autres mesures dans le but de diminuer la pression sur les classes populaires et moyennes et d’inciter à la rationalisation et à la bonne gouvernance qui constituent le prélude à toute réforme.
8-    Rappelle les positions fermes du parti dans le dossier de l’éducation, de l’enseignement et de la formation qui constitue un dossier crucial pour l’avenir du pays et qui ne peut être résolu par une vision politique/idéologique ou par des consensus factices, mais en s’inspirant du développement que connaît le monde dans le domaine des sciences, de la pensée et de la connaissance et du développement technologique, ce qui nécessite des réformes structurelles profondes pour une école publique nationale et moderniste garantissant l’égalité des chances entre tous les citoyens, l’égalité entre tout le monde concernant l’étude des langues étrangères et la qualité de l’enseignement et participant de manière positive à la socialisation sociale. Dans ce cadre, il réitère sa position concernant la gratuité de l’enseignement fondamental et sa qualité.
L’USFP ne peut renoncer aux principes qui ont fondé son référentiel politique et social notamment celui de la gratuité de l’enseignement qui est un droit du peuple marocain, un engagement et un contrat liant l’Etat à la société auquel on ne peut renoncer.
9- Appelle à l’opérationnalisation démocratique et sérieuse des principes stipulés dans la Constitution concernant la gouvernance, la transparence, la réédition des comptes et l’amélioration des prestations du service public. Il insiste sur la nécessité d’une révision totale du système électoral et des réformes politiques profondes pour garantir une véritable représentativité dans toutes les instances élues et mettre fin à toutes les pratiques de népotisme et de rente qui ont dénaturé le processus démocratique. Ces pratiques prennent parfois la forme d’une corruption directe et parfois celle d’une corruption déguisée en charité. Ces modèles n’ont abouti qu’au manque de compétences, au laisser-aller et à l’irresponsabilité, ce qui a eu un impact négatif sur la prestation de plusieurs instances élues.
10-    Appelle toutes les Ittihadies et tous les Ittihadis à la mobilisation pour défendre les principes du parti et ses positions à tous les niveaux : national et provincial conformément au plan d’action qui fait l’objet de débat dans les différents organismes du parti au niveau spatial et sectoriel, pour qu’il soit une feuille de route en vue de faire face à tous les problèmes qui se posent dans les politiques publiques et aux dysfonctionnements accumulés dans les régions et les provinces. Tout cela dans le cadre de la vision du parti qui veille à accorder un intérêt particulier à la politique de proximité et à répondre aux attentes des citoyens.
Il appelle tous les organismes du parti à s’ouvrir à toutes les compétences ittihadies, quelles que soient leurs positions, car l’USFP est notre demeure à tous. Pour cela, nous devons être tous à la hauteur dans cette étape qui nécessite la fédération de tous les efforts en vue de servir les objectifs et les principes du parti et l’avenir de notre pays.

Mardi 2 Octobre 2018

Lu 883 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés