Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

«Le Ciel sous nos pas» de la Marocaine Leïla Bahsaïn en lice pour le Prix de la littérature arabe




Le Ciel sous nos pas de l’écrivaine marocaine Leïla Bahsaïn, est en lice pour le Prix de la littérature arabe qui sera annoncé le 6 novembre prochain à l’Institut du monde arabe (IMA) à Paris. Créé en 2013, le Prix de la littérature arabe est la seule récompense française distinguant la création littéraire arabe. Lauréate du prix de la Nouvelle de Tanger 2011 et du Prix Méditerranée du premier roman pour « Le Ciel sous nos pas », Leïla Bahsaïn concourt à ce Prix aux côtés de six autres auteurs du monde arabe. Il s’agit de Mohammed Abdelnabi avec La Chambre de l’araignée, traduit de l’arabe par Gilles Gauthier et paru chez Actes Sud; Kaouther Adimi (Les petits de Décembre, Éditions du Seuil; Camille Ammoun (Ougarit, éd incultes); Yasmine Khlat (Égypte 51, Ed Elyzad); Georgia Makhlouf (Port-au-Prince Aller-Retour, éd La Cheminante) et Dima Wannous (Ceux qui ont peur, traduit de l’arabe par François Zabbal et paru aux éditions Gallimard).
Avec Le Ciel sous nos pas, paru chez Albin Michel, Leïla Bahsaïn signe un premier roman aux allures de conte moderne où elle évoque le parcours d’une jeune marocaine, depuis son enfance dans son pays natal à son arrivée en France. Décomplexée vis- à-vis des hommes et de l’Occident, la narratrice va vivre mille aventures, telle une Zazie moderne, entre rires et larmes ! Et briser un tabou : le pays des Lumières n’est pas la partie rêvée des droits de la femme maghrébine. C’est un livre sur les femmes, sur l’émancipation, sur le monde moderne.
La sélection de la 7ème édition du Prix de la littérature arabe met à l’honneur la diversité de la littérature arabe, à travers les romans d’écrivains marocains, algériens, égyptiens, libanais et syriens.
Depuis sa création par la Fondation Jean-Luc Lagardère et l’Institut du monde arabe, le Prix de la littérature arabe a été remis au Libanais Jabbour Douaihy (2013), à l’Égyptien Mohamed al-Fakharany (2014), au Saoudien Mohammed Hasan Alwan (2015), à l’Irakienne Inaam Kachachi (2016), à l’Irakien Sinan Antoon (2017) et à l’Anglo-Égyptien Omar Robert Hamilton (2018) pour son roman La ville gagne toujours (Gallimard).
Le Prix sera annoncé et remis à l’Institut du monde arabe (IMA) à l’occasion d’une cérémonie qui se déroulera le 6 novembre prochain, en présence de Jack Lang, président de l’IMA.

Lundi 23 Septembre 2019

Lu 621 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com