Le “ général de fer ” Zaloujny : Une nouvelle icône ukrainienne

 


Lancement de la 9ème édition du Prix de la littérature arabe


Libé
Jeudi 29 Avril 2021

Lancement de la 9ème édition du Prix de la littérature arabe
L’ Institut du Monde arabe et la Fondation Jean-Luc Lagardère ont lancé, mercredi, la 9ème édition du Prix de la littérature arabe, unique récompense française distinguant la création littéraire arabe. Crée en 2013, ce prix récompense l’œuvre (roman ou recueil de nouvelles) d’un écrivain ressortissant de la Ligue arabe et auteur d’un ouvrage écrit ou traduit en français et publié entre le 1er septembre 2020 et le 31 août 2021. Les éditeurs ou écrivains qui souhaitent proposer un ouvrage éligible au prix doivent le faire avant le 30 juin 2021, indique l’IMA, ajoutant que pour les ouvrages dont la parution est prévue après le 30 juin 2021, les écrivains et les éditeurs pourront, dans un premier temps, ne faire parvenir à la Fondation Jean-Luc Lagardère, que les épreuves.

La sélection des 6 à 8 ouvrages finalistes sera annoncée début septembre, précise un communiqué de l’IMA. Les ouvrages retenus seront soumis aux membres du jury, composé d’éminentes personnalités du monde des médias, des arts et de la culture, ainsi que de spécialistes du monde arabe, qui se réuniront ensuite pour désigner le (ou la) lauréat(e). Contrairement aux années précédentes, l’Institut n’a pas précisé de date pour la remise du Prix, probablement en raison du contexte actuel de pandémie mondiale. Depuis sa création par la Fondation Jean-Luc Lagardère et l’Institut du monde arabe, le Prix de la littérature arabe a été remis au Libanais Jabbour Douaihy (2013), à l’Égyptien Mohamed al-Fakharany (2014), au Saoudien Mohammed Hasan Alwan (2015), à l’Irakienne Inaam Kachachi (2016), à l’Irakien Sinan Antoon (2017), à l’Anglo-Égyptien Omar Robert Hamilton (2018) et à l’Egyptien Mohammed Abdelnabi (2019), pour son roman La Chambre de l’araignée (Actes Sud / Sindbad).

Le Prix 2020 a été décerné au Soudanais Abdelaziz Baraka Sakin pour son roman Les Jango (Editions Zulma). En 2017, une mention spéciale avait été attribuée à l’écrivaine marocaine Yasmine Chami pour son roman “Mourir est un enchantement”. En 2019, une autre Marocaine, Leïla Bahsaïn, était en lice pour ce Prix avec son roman “Le Ciel sous nos pas”, paru chez Albin Michel.


Lu 240 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.