Libération

Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Lady Gaga vole une nouvelle fois la vedette lors de l’investiture de Joe Biden





La star de la pop Lady Gaga a, comme souvent, volé la vedette mercredi lors de la cérémonie d’investiture du nouveau président Joe Biden, vêtue d’une robe à traîne pour interpréter l’hymne national. Spécialiste de la mise en scène et de l’accessoire, Stefani Germanotta, de son vrai nom, a chanté le “Star-Spangled Banner”, l’hymne américain, avec son propre micro, doré, comme la broche. Appelée au podium de l’amphithéâtre temporaire situé devant le Capitole, l’artiste new-yorkaise s’est présentée avec une robe au haut moulant noir sobre avec épaulettes, mais à la jupe rouge bouffante et ample, avec une traîne. Le tout était rehaussé d’une volumineuse broche en forme de colombe portée sur la poitrine et d’une natte plaquée sur le haut de la tête et mêlée d’un ruban noir. La robe est l’œuvre de la maison parisienne Schiaparelli. 

Juste avant de monter sur scène, Lady Gaga avait promis, sur Twitter, de “chanter vers les coeurs de tous ceux qui vivent dans ce pays”, faisant vœu d’oeuvrer au rassemblement d’une nation profondément divisée. L’interprète de tubes comme “Poker Face” ou “Born This Way” est une habituée des apparitions spectaculaires.

En mai 2019, elle avait écrasé la concurrence, pourtant la plus relevée au monde, lors du gala du Met, événement mondain de l’année aux Etats-Unis, avec les Oscars. Passée après Lady Gaga pour interpréter la chanson patriotique “America the Beautiful”, Jennifer Lopez, connue aussi pour son sens du spectacle et ses tenues, a également fait sensation avec un ensemble blanc immaculé. 

Van Morrison

Lady Gaga vole une nouvelle fois la vedette lors de l’investiture de Joe Biden
La star Van Morrison, farouchement opposé au confinement pour lutter contre le coronavirus, prévoit de contester en justice l’interdiction de la musique live dans les bars en Irlande du Nord en raison de la pandémie, a indiqué son avocat. “Nous n’avons connaissance d’aucune preuve scientifique ou médicale crédible pour justifier cette interdiction (...) et nous allons la contester devant la Haute Cour” de Belfast, a indiqué l’avocat, Joe Rice, à l’AFP. Une troisième vague du virus, attribuée à un variant considéré comme beaucoup plus contagieux, sévit actuellement au Royaume-Uni, pays le plus endeuillé d’Europe avec plus de 91.000 morts. Face à la forte propagation du virus, les différentes nations constituant le pays ont décidé de se reconfiner, avec toutefois des calendriers différents, chacune décidant de sa propre stratégie de crise. L’Irlande du Nord, qui s’est reconfinée pour six semaines juste après Noël, a interdit la musique live dans les établissements disposant d’une licence pour vendre de l’alcool.

Les bars, pubs et restaurants y sont actuellement fermés, mais l’interdiction était restée en place même quand ces établissements avaient été autorisés à rouvrir après les précédents confinements. “De nombreuses personnes dans le monde de la musique et des arts en Irlande du Nord ont été dévastées financièrement, socialement et artistiquement par cette interdiction totale”, a commenté l’avocat Joe Rice dans un communiqué, notant que les règles sont différentes en Angleterre et au Pays de Galles. Selon lui, Van Morrison engage cette action en justice “au nom des milliers de musiciens, artistes, lieux de spectacles et personnes impliquées dans l’industrie de la musique live”.

Libé
Jeudi 21 Janvier 2021

Lu 238 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 26 Février 2021 - 17:00 Gérard Depardieu sort du silence et se défend