Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La taxe carbone doit être socialement plus acceptable

Environnement


Libé
Dimanche 24 Avril 2022

Le Senior Fellow au Policy Center For the New South (PCNS), Dominique Bocquet, a souligné la nécessité de mettre en place les moyens à même de rendre la taxe carbone socialement plus acceptable.

"La taxe carbone a beaucoup de mal à être acceptée par les populations, d'abord parce qu’elle pèse sur le citoyen mais surtout parce ce qu’elle pèse sur une population à faible revenu qui dépense une proportion importante de son revenu dans l’énergie", a relevé M. Bocquet qui intervenait lors d'un podcast réalisé par le PCNS sous le thème "Taxe carbone, permis d’émission, mécanisme d’ajustement aux frontières... de quoi parle-t-on justement ?", rapporte la MAP.

L’enjeu est de réussir l’acceptabilité de cette taxe et de sa tarification de manière générale par les populations via des propositions d’accompagnement pour plus de clarté et davantage d’égalité en matière de fiscalité carbone, a-t-il dit.

Evoquant les mécanismes qui peuvent concrètement contribuer à la lutte contre le changement climatique, l’expert a précisé qu’il existe deux types de mécanismes, réglementaires et incitatifs, insistant sur l'outil incitatif, synonyme de la "tarification carbone", et qui permet de donner au consommateur un signal de prix pour l’encourager à réduire les émissions carbones de manière adéquate.

Cette tarification carbone, a-t-il soutenu, "inclut en plus de la taxe carbone, le permis d’émission qui est un mécanisme qui a la même finalité de faire payer le prix du dommage causé à l’environnement sous forme de dépenses à subir".

Ces permis d’émission sont cependant limités à des quotas appliqués à des secteurs qui, bien que limités en termes d’activité économique, sont très fortement émetteurs, a-t-il expliqué, ajoutant qu’il s’agit notamment des secteurs du ciment, de l’aluminium, de l’acier, de la fabrication d’engrais et de la génération d’électricité.

S’attardant sur les recettes de ces taxes et les moyens de leur déploiement, M. Bocquet a fait savoir que l’idée de la tarification carbone est avant tout d’orienter le comportement. Mais, effectivement, les recettes qui en découlent sont aussi utilisées pour financer les dépenses d’adaptation au climat, pour l’isolation des logements ou encore investis en recherche et développement en matière d’automobiles électriques.

La lutte contre les émissions de carbone fait appel à deux familles d’instruments, la réglementation, qui consiste à imposer des normes obligatoires lorsque cela est possible et les incitations notamment économiques, à savoir la tarification carbone ou le "carbon pricing". Ces dernières sont jugées plus efficaces économiquement mais elles se répartissent elles-mêmes en différentes catégories, notamment la taxe carbone, le permis d’émission et le mécanisme d’ajustement aux frontières.



Lu 1149 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS