Le “ général de fer ” Zaloujny : Une nouvelle icône ukrainienne

 


La sortie du prochain James Bond de nouveau repoussée


Libé
Dimanche 24 Janvier 2021

La sortie du prochain volet des aventures de James Bond a été une nouvelle fois repoussée: “No Time To Die” (“Mourir peut attendre”) est maintenant prévu le 8 octobre 2021, ont annoncé les studios MGM. Ce troisième report avait d’abord été publié sur le compte Twitter du célèbre agent secret britannique, accompagné de l’affiche du film avec l’acteur Daniel Craig dans l’emblématique smoking de Bond.

La pandémie de coronavirus a provoqué la fermeture de milliers de salles de cinéma dans le monde et bouleversé le calendrier de la plupart des grosses productions, qui ont pour certaines choisi de diffuser leurs films en streaming pour limiter les pertes de recettes. A l’automne dernier, la production de Bond avait annoncé que la sortie du 25e opus de la série était reportée au 2 avril 2021 “afin qu’il puisse être mondialement vu au cinéma”. Jeudi, MGM a indiqué dans un communiqué à l’AFP que “No Time To Die” sortirait désormais le 8 octobre 2021. Le film, dont la première mondiale était initialement programmée le 31 mars 2020 à Londres, avait déjà été repoussé une première fois en raison de la pandémie.

Dans le film, qui devrait être le dernier pour Daniel Craig, James Bond a quitté ses activités au sein des services secrets et profite enfin d’une vie tranquille en Jamaïque. Mais sa quiétude est vite interrompue lorsque son vieil ami de la CIA, Felix Leiter, vient lui demander de l’aide. Le “méchant” de l’histoire est incarné par l’Américain d’origine égyptienne Rami Malek, qui a décroché en 2019 l’Oscar du meilleur acteur pour son interprétation de Freddie Mercury, chanteur emblématique du groupe de rock Queen. Figurent à ses côtés Lashana Lynch, Léa Seydoux, Ana de Armas, Ben Whishaw et Christoph Waltz.

Jonas Gwangwa

La sortie du prochain James Bond de nouveau repoussée
L’icône du jazz sud-africain, Jonas Gwangwa, est décédée samedi à l’âge de 83 ans des suites d’une longue maladie, a annoncé sa famille. Né en 1941 dans le quartier populaire de Soweto, à Johannesburg, Gwangwa était un compositeur, arrangeur, producteur et tromboniste de jazz mondialement reconnu. C’est le premier sud-africain noir à sortir un album sous le régime de l’Apartheid. Élément actif de la lutte pour la libération, il a échappé de peu à la mort lorsque sa maison a été détruite par les forces de sécurité de l’apartheid. Il a ensuite passé plus de 30 ans à parcourir le monde en exil, recueillant les distinctions dans de nombreux pays.

Malgré ses humbles origines, le musicien a réussi à ravir le public sud-africain jusqu’à ce qu’il est devenu illégal pour les Noirs de se rassembler et que les musiciens sud-africains soient emprisonnés simplement pour avoir exercé leur métier. Gwangwa est retourné en Afrique du Sud en 1991, où il a reçu de nombreux prix tels que le “South African Music Awards for Jazz”. Il a composé également le thème de la candidature olympique de l’Afrique du Sud en 1997. En juin 2010, le musicien a reçu l’Ordre national d’Ikhamanga des mains du président, Cyril Ramaphosa, pour sa contribution à la musique et à la lutte pour la liberté en Afrique du Sud.


Lu 297 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.