Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La société civile casablancaise à pied d'œuvre pour lutter contre le coronavirus




La société civile casablancaise à pied d'œuvre pour lutter contre le coronavirus
Depuis le début du nouveau coronavirus au Maroc, les associations de la société civile de la région Casablanca-Settat se sont fortement impliquées dans l'effort national de lutte contre le covid-19 en lançant une série d’initiatives touchant plusieurs domaines.
Ces initiatives, menées en coordination avec les autorités locales, ont porté sur l’hébergement des sans-abri, la distribution de paniers alimentaires et la mise à disposition des élèves issus de familles démunies d’outils leur permettant de poursuivre leurs cours à distance.
L’action de la société civile s’est axée également sur la sensibilisation aux dangers de l’épidémie et sur la tenue des rencontres et conférences à distance pour profiter du temps libre, disponible en cette période de confinement sanitaire.
Ainsi, l’Association «Basma pour la famille» s’est inscrite, dès l’entrée en vigueur des mesures de confinement sanitaire, dans cet élan d’initiatives associatives citoyennes, en apportant un soutien au centre d’hébergement des sans-abri d'Ain Chock, via des dons de denrées alimentaires, des produits d’hygiène et des vêtements, a affirmé à la MAP la présidente de l’Association, Laila Bouhou.
Outre les campagnes de sensibilisation sur les pages de l’association sur les réseaux sociaux avec des affiches et capsules conçues pour mieux informer sur les risques induits par le covid-19, l’association a initié des séances de formation et d’accompagnement à distance au profit des personnes en situation de handicap mental du centre Basma pour l’éducation et la formation Sidi Maarouf (Casablanca), a-t-elle ajouté.
Elle a également supervisé, en coordination avec la préfecture d’arrondissement d’Ain Chock, la distribution de denrées alimentaires aux personnes en situation de handicap mental et a mené, comme à l’accoutumée au mois de Ramadan, la caravane «Basma sans frontières» en distribuant les paniers de Ramadan à 80 familles.
Dans le même esprit, l’Association marocaine pour l’éducation de la jeunesse (AMEJ) à travers ses neuf antennes au niveau régional, voire même à l’échelle nationale, a entrepris une palette d’activités instructives lors de cette période de confinement afin d’exploiter à bon escient le temps libre en l’orientant davantage vers la formation, l’éducation et la sensibilisation à distance, a fait savoir, dans une déclaration similaire, le membre du comité administratif de l’AMEJ, Youssef Belmaalem.
Les rencontres de conscientisation et de sensibilisation, les conférences et concours culturels, avec un accent particulier sur la situation actuelle, sont toujours maintenus ainsi que des nouveautés consistant en des rencontres à distance dédiées au parcours professionnel de quelque cadres de l’association, érigés en exemple de réussite parmi les Marocains du monde, et à la formation sur l’auto emploi et la création d’entreprises, assure Youssef Belmaalem.
Dans le même registre, l’Association Tahadi pour l’égalité et la citoyenneté (ATEC) a distribué des dons en nature et des denrées alimentaires aux familles nécessiteuses, a réglé les loyers de plusieurs femmes vulnérables et a mené des campagnes de sensibilisation sur les mesures de prévention sanitaire.
L’association, a expliqué le président de son conseil d’administration El Mehdi Limina, s’est chargée, sous la supervision de la Coordination régionale de l’Entraide nationale et des autorités locales et en collaboration avec des acteurs économiques et sociaux, de la gestion du centre, créé en urgence dans l’enceinte de la Maison des jeunes Derb Ghalef pour l’hébergement des personnes en situation difficile et des sans-abri et qui sont potentiellement, des «proies faciles» à la contamination au covid-19 eu égard à leur vulnérabilité.
Autre illustration de cet élan de solidarité, un ensemble d’associations de l’ancienne Médina se sont aussi portées au chevet des catégories sociales les plus démunies. Ainsi, des élèves de la 3è année du cycle collégial et du baccalauréat ont été dotés de smartphones afin de poursuivre leurs cours et ce, à l’initiative de l’Association Joussour Al Médina pour le développement et la solidarité, de l’Association Al Khair pour le développement et la communication, en partenariat avec la Fondation Joud pour le développement.
Même son de cloche chez «Chabab al Khair-Sidi Moumen» à Casablanca qui ont prêté main forte à des familles démunies, dont la situation sociale s’est détériorée en cette période de lutte contre la propagation de l’épidémie du nouveau coronavirus, en leur fournissant 750 paniers de denrées alimentaires.
Ces initiatives, aussi multiples que variées, dénotent d’un sens élevé de solidarité et de générosité de tous en vue d’atténuer les difficultés causées sur le plan social par cette pandémie, qui met à rude épreuve le Maroc comme les autres pays du monde.

Jeudi 30 Avril 2020

Lu 692 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif