Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La rentrée scolaire renvoyée au 1er octobre


Les parents soulagés des frais de scolarité de septembre

Le report de la rentrée scolaire 2021-2022 n’a pas été suivi d’une effusion de joie des élèves et encore moins des étudiants, comme on pouvait s’y attendre. Et pour cause, il n’y a rien de bien surprenant. Ce prolongement des vacances estivales jusqu’au premier octobre, soit jusqu’au bout de l’été indien, décidé par le ministère de l’Education nationale, de la Formation professionnelle, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, était dans les tuyaux depuis le début de la campagne de vaccination réservée aux 12-17 ans. A raison de 80.000 piqûres quotidiennes, l’objectif initial de vacciner près de 3 millions d’élèves avant le 10 septembre était clairement irréalisable. D’ailleurs, du 31 août au 6 septembre, on comptait 380.562 vaccinations, dont 210.248 doses du vaccin américain Pfizer. Pourtant, les autorités sanitaires ont maintenu le cap, espérant un miracle. Il n’en a rien été. Le ministère de l’Education n’a ainsi eu d’autre choix que de repousser la rentrée scolaire pour l’ensemble des établissements scolaires et universitaires, mais aussi les centres de formation professionnelle et les établissements d’enseignement des secteurs public et privé. Sans oublier les écoles des missions étrangères. En filigrane, cette décision fait écho à la volonté du gouvernement d’éviter à tout prix l’enseignement à distance, creuset d'inégalités. Outre l’aspect pédagogique, tous les élèves ne sont pas égaux face à ce mode d’enseignement. Car si certaines familles sont équipées (internet, PC, tablette,...), d’autres éprouvent toutes les peines du monde à l'être. L’adoption du présentiel intégral est donc tributaire de la vaccination des apprenants, afin “d’éviter la survenance de tout revers épidémiologique, notamment via l’émergence de foyers au sein des établissements d’enseignement et de formation”, corrobore le ministère de l’Education, sans pour autant mentionner le plan prévu pour l’injection des deuxièmes doses. En tout cas, maintenant que le report de la rentrée scolaire est acté, quid des frais de scolarité de septembre, payés par les parents alors que leurs enfants resteront à la maison ? D’après plusieurs sources concordantes, les frais déjà versés aux établissements privés ont de fortes chances d'être comptabilisés pour couvrir le mois d’octobre. Un soulagement pour des parents dont les finances sont plus que jamais dans le rouge. Ainsi, les vacances scolaires prennent une toute nouvelle dimension. Historique d’abord, car jamais par le passé la rentrée des classes n’a été repoussée aussi longtemps. Et ensuite sociale et logistique. Les parents vont devoir s’acclimater à une situation complexe. Lorsqu’ils seront au bureau, leurs enfants risquent d'être livrés à eux-mêmes. Ce qui est loin d'être idéal. D’autant plus que cette campagne de vaccination n’était peut-être pas si cruciale que cela. En effet, si l’on en croit le Joint committee on vaccination and immunisation (JCVI), un comité consultatif d'experts indépendants qui conseille les services de santé du RoyaumeUni en matière de vaccination «les preuves disponibles indiquent que les bénéfices pour la santé individuelle de la vaccination contre la Covid-19 sont faibles chez les personnes âgées de 12 à 15 ans, qui n’ont pas de problèmes de santé sous-jacents qui les exposent à un risque de Covid-19 sévère ». La position du JCVI, relayée par plusieurs médias nationaux, n’est pas restée lettre morte. Elle a créé moult remous auprès de parents de plus en plus inquiets sur d’éventuels effets secondaires. Une polémique qui n’est pas du goût des spécialistes marocains. Par exemple, le Pr. Lahcen Belyamani, chef de service des urgences à l’hôpital militaire de Rabat, a exprimé sa désapprobation sur sa page Facebook en expliquant que «la plus grande erreur est de ne pas bouger et la vitesse l’emporte sur la perfection ». Une intervention aussi incompréhensible qu’approximative qui laisse planer un doute encore plus grand au lieu de clarifier la situation. Bref, ce n’est pas de la sorte que les parents seront rassurés. 

Chady Chaabi
Mardi 7 Septembre 2021

Lu 289 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 24 Septembre 2021 - 18:20 La réadmission a un coût

Vendredi 24 Septembre 2021 - 18:00 Main basse sur la mairie de Rabat

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020



Flux RSS