Libération


Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La production mondiale des produits dérivés du bois atteint sa plus forte hausse depuis 1947


Le niveau du commerce international a été supérieur de 11% par rapport à 2017, selon la FAO



Selon les dernières statistiques forestières publiées par l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), la production mondiale des produits dérivés du bois a enregistré sa plus forte hausse en 70 ans. En effet, le volume de produits à base de bois réalisés et commercialisés dans le monde en 2018 a atteint son niveau record, a indiqué l’agence onusienne précisant que la hausse du niveau du commerce international a été de 11% par rapport à 2017. « La production et le commerce des principaux produits dérivés du bois, à l’échelle mondiale, comme le bois rond, le bois scié et les panneaux à base de bois, ont atteint leur niveau le plus élevé depuis le début de l’enregistrement des statistiques forestières en 1947 », a fait savoir l’organisation dans un rapport publié récemment. Selon Sven Walter, fonctionnaire principal chargé des forêts et responsable de l’équipe FAO des produits forestiers et des statistiques, la production accrue de produits forestiers renouvelables est plutôt une bonne nouvelle. En ce sens qu’elle « permet de remplacer les produits d’origine fossile, qui ont une empreinte carbone plus élevée, contribuant ainsi aux Objectifs de développement durable ». Soulignons que la hausse, considérée comme la plus rapide jamais observée dans la région Amérique du Nord, Europe et Asie-Pacifique, s’explique en grande partie par la croissance économique positive. Concernant la production de bois scié dans le monde en 2018, les statistiques analysées par la FAO font état d’un accroissement de 2% alors que le volume de bois scié et de panneaux à base de bois a atteint une hausse record. S’agissant de la production et du commerce de pâte de bois à l’échelle mondiale, il ressort des données recueillies qu’ils ont également connu une augmentation de 2%, atteignant ainsi de nouveaux volumes en 2018 – respectivement 188 millions et 66 millions de tonnes. Considérée comme un important producteur et consommateur de produits forestiers, la Chine a récemment surpassé la production de bois scié des Etats-Unis. «Le pays est de loin le premier producteur et consommateur de panneaux et de papier à base de bois», a indiqué l’organisation. Toujours selon les données fournies par la FAO, « en 2018, les importations de bois rond ont augmenté de 8% en Chine, simultanément sa production et sa consommation de bois scié et de panneaux à base de bois ont continué à croître plus rapidement que dans le reste du monde ». Soulignant la forte croissance des panneaux d’aggloméré et des panneaux à copeaux orientés (OSB), la FOA a relevé dans son rapport que la production mondiale de ces produits (habituellement utilisés comme matériaux destinés à la construction et à l’ameublement) a connu la croissance la plus rapide de toutes les catégories de produits dérivés du bois. En effet, ces produits dont la hausse est essentiellement venue d’Europe de l’Est, y compris la Fédération de Russie, ont enregistré une progression respectivement de 25% et de 13% de 2014 à 2018. A noter également la hausse de la production industrielle de bois rond de 5% avec un volume record de 2,03 milliards de mètres cubes. « Le commerce mondial a connu une hausse record de 7%, atteignant 138 millions de mètres cubes, la Chine ayant représenté 25% des importations. En 2018, la Nouvelle-Zélande a dépassé la Fédération de Russie et est devenue le premier pays exportateur de bois rond industriel ». Quant à la production mondiale de papier et de carton, elle a connu une baisse de 2% au cours de la même période, alors que celle de papier d’impression et d’écriture a chuté de 4%, son niveau le plus bas depuis 1996. Enfin, l’essor des granulés de bois s’est confirmé avec « une hausse vertigineuse ces dernières années, principalement due à la demande croissante suscitée par les objectifs fixés par la Commission européenne en matière de bioénergie », a noté la FAO. Selon elle, en 2018, la production mondiale a ultérieurement augmenté d’environ 11%, atteignant un volume de 37 millions de tonnes, soutenant que cette évolution offre des possibilités de réduction de l’utilisation des énergies fossiles. 

Alain Bouithy
Mardi 24 Décembre 2019

Lu 1208 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.