Libération




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La musique marocaine clôture en beauté le 14ème Festival Timitar




Le rideau est tombé, samedi soir à Agadir, sur la 14ème édition du Festival "Timitar, signes et cultures" au terme de quatre jours de spectacles musicaux d'une riche diversité, conclus en beauté par les prestations de grands noms de la musique marocaine: Fatima Tabaamrant, Asma Lmnawar et Abdelaziz Stati. Entre musiques traditionnelles et musiques actuelles, du Maroc, du continent africain et du monde, la programmation offerte cette année s'est employée à refléter l'esprit d'ouverture et la volonté de transcender les différences, la musique servant de moyen de rassemblement, d’union et de dialogue entre les cultures.
Près d’une quarantaine de groupes d’origines très variées se sont produits sur trois scènes aménagés au cœur de la ville, contribuant grandement à l'animation culturelle et artistique en cette période estivale de grande affluence sur la station touristique. Pour le concert de clôture, le public a eu droit à un plateau d'artistes marocains de grand calibre avec deux divas de la chanson marocaine: Raïssa Fatima Tabaamrant et Asmae Lamnawar outre l'icône de la musique chaâbi, Abdelaziz Stati. Après les sonorités de la musique traditionnelle amazighe avec l'ensemble Mizane Tiout, au nom de l’oasis de Tiout, près de Taroudant, la soirée a connu son apothéose avec l'arrivée sur scène de l'icône de la chanson amazighe, Tabaamrant avant que Asmae Lamnawar ne confirme sa notoriété au Maroc et au Moyen-Orient.
L'un des moments attendus par le public fut le concert de Stati qui a confirmé, de nouveau, son statut de grand nom du chaâbi marocain.  Organisée par l’Association Timitar, la région Souss Massa, avec le soutien de plusieurs autres partenaires, l’édition 2017 de Timitar a mis l’accent sur différents styles de musiques actuelles et traditionnelles avec une présence remarquée de plusieurs figures féminines comme Oumou Sangaré du Mali, Elida Almeida du Cap-Vert, Nomfusi d’Afrique du Sud. Au-delà de la musique, le programme comportait également la projection du film amazigh "Addour" réalisé par Ahmed Baidu, ainsi que deux ateliers portant sur la production cinématographique et audiovisuelle amazighe avec la participation de professionnels du cinéma, de l’audiovisuel, du théâtre, et de la musique ainsi que des personnalités politiques.  

Libé
Lundi 10 Juillet 2017

Lu 1028 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 18 Septembre 2020 - 18:55 Le secteur du livre affaibli par la pandémie

Vendredi 18 Septembre 2020 - 16:57 Décès de Mohamed Talal