Le “ général de fer ” Zaloujny : Une nouvelle icône ukrainienne

 


La liberté cinématographique au centre d’ une conférence


Libé
Vendredi 12 Novembre 2021

"La liberté de création face à la censure et l'autocensure" a été au centre d'une conférence organisée, jeudi, dans le cadre de la 14ème édition du Festival international du film de femmes à Salé (FIFFS). 

Les participants à cette rencontre se sont penchés notamment sur les contraintes sur lesquelles bute la créativité cinématographique, dont la censure et l'autocensure, soulignant à cet égard la pression exercée par les valeurs dominantes dans la société sur le travail créatif, d'autant plus que "la liberté de créativité cinématographique n'est pas absolue" car s'adressant à un large public comprenant, entre autres, des enfants.

Dans une déclaration à la MAP à cette occasion, l'universitaire et acteur associatif dans le domaine culturel, Mohamed Lotfi El Mrini a estimé que la liberté de créativité conférée par les textes constitutionnels à travers le monde "demeure ligotée et non absolue du fait que le travail exposé s'adresse à tous les segments de la société".

De son côté, le président de la Chambre marocaine des producteurs de films, Jamal Souissi a affirmé dans son intervention que le Maroc a opéré une "révolution" législative et juridique en matière de libertés à travers la Constitution de 2011, qui consacre la liberté de création.

Soulignant que "la censure de la créativité et des œuvres littéraires et intellectuelles existe depuis l'Antiquité", M. Souissi a relevé que la censure en matière cinématographique prend de nombreuses formes, notamment "la suppression de scènes, la réduction des aides financières et le blocage des licences d'exposition".

Pour sa part, l'anthropologue et écrivaine marocaine Ghita El Khayat a évoqué la notion de censure et les "effets négatifs" qu'elle pourrait induire dans tous les domaines de créativité.

 

L'acteur artistique Mustapha Mellouk a, lui, estimé que "la censure, malgré ses répercussions sur le travail créatif, cherche à protéger la société des contenus incluant des scènes attentatoires à la pudeur, par exemple", soulignant la nécessité de "respecter" la réalité sociétale.

Quant au président de l'Association marocaine des critiques de cinéma (AMCC), Omar Belkhammar, il a passé en revue une panoplie de films censurés dans le monde en raison de scènes inappropriées, d'idées racistes ou de discrimination ethnique qu''ils comportent.

Les activités de cette 14e édition du FIFFS, qui accueille le cinéma suisse en tant qu'invité d'honneur, se poursuivront jusqu'au 13 novembre, et comprendront des symposiums et des ateliers de formation sur l'analyse cinématographique, l'écriture cinématographique, le cinéma documentaire, les dialogues cinématographiques et la présentation de livres sur le cinéma.

Dix films sont en lice pour remporter le prix de la compétition officielle du long-métrage, et cinq autres sont en compétition pour remporter le prix de la compétition officielle du film documentaire.


Bouillon de culture

Théâtre
La 6ème édition de la Rencontre de Drâa pour le théâtre sera organisée, du 19 au 21 novembre à Zagora, à l’initiative de la Direction régionale de la jeunesse, la culture et la communication (département de la culture) de DrâaTafilalet.

Cette manifestation culturelle est organisée en collaboration avec les conseils provincial et communal de Zagora et le Centre culturel de cette ville, indique un communiqué de la Direction régionale de la jeunesse, la culture et la communication.
La 6ème édition de ce festival, initiée sous le thème "Le rôle du théâtre dans le renforcement du sentiment d’appartenance nationale", coïncide avec la célébration du 46ème anniversaire de la glorieuse Marche verte.

Selon la même source, l’organisation de cet événement artistique a pour objectif de consacrer la pratique théâtrale en tant que levier du développement culturel et territorial et moyen de renforcer le sentiment d’appartenance nationale et d’ancrer les valeurs de citoyenneté, notamment chez les jeunes. Il s’agit, en outre, d’une occasion de dynamiser la vie culturelle et artistique au niveau de la région de Drâa-Tafilalet.

Au programme de cette édition, qui sera marquée par des hommages à des personnalités culturelles, figurent des pièces de théâtre, des ateliers de formation et des spectacles pour enfants qui seront abrités par le Centre culturel de Zagora. Certaines activités prévues dans le cadre de cette manifestation culturelle seront retransmises sur le site officiel de la Direction régionale du département de la culture.

Environnement
Soucieux de faire partie de l’effort mondial pour “sauver” la planète, plus de 200 artistes de la scène musicale internationale joindront leurs “voix” pour chanter en faveur de l’environnement, et ce le temps d’un spectacle virtuel qui aura lieu le 15 décembre prochain.

Organisée par “Playing for change” et le Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP), cette grand-messe artistique est placée sous le signe “La paix à travers la musique: un événement mondial pour l’environnement”.

Parmi ces artistes qui représentent plus de 35 pays, figurent Cat Stevens, Slash, Black Pumas, Jack Johnson, Rodrigo y Gabriela, Sara Bareilles, The Lumineers, Rhiannon Giddens, Mickey Hart (de Grateful Dead), Taj Mahal, Rosanne Cash, Keb’Mo’ et Giovanni Hidalgo. D’autres artistes seront annoncés ultérieurement, selon les initiateurs de l'événement.

Le concert, qui sera diffusé sur YouTube à partir de 18H00 (HL), vise à réunir le monde pour prendre des actions en faveur d’un avenir durable et de la réalisation des objectifs de développement durable (ODD), relèvent les organisateurs.

A travers le langage universel de la musique, le spectacle transmettra un message d’unité face aux défis climatiques auxquels est confrontée “notre planète”, indique-t-on. Les organisateurs précisent aussi que les fonds qui seront collectés lors du spectacle seront accordés à des organisations qui “militent” pour la justice environnementale et la durabilité.

La précédente édition de ce concert qui a eu lieu en 2020 a permis de récolter plus d’un million de dollars en faveur des causes de la justice sociale, rappelle-t-on.


Lu 955 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >