La lecture, une bulle d’évasion qui s ’ envole durant le Ramadan


Libé
Dimanche 25 Avril 2021

La lecture, une bulle d’évasion qui s ’ envole durant le Ramadan
Le mois béni de Ramadan est souvent synonyme d’un regain d’intérêt pour la lecture. Motivée par des raisons religieuses ou par l’atonie ambiante, cette donne est renforcée cette année par le couvre-feu nocturne imposé par la crise sanitaire du nouveau coronavirus.

Peu de temps après s’être imposée comme un puissant remède durant le confinement, où nombre de gens sont fatigués par l’usage excessif des écrans, la lecture semble également être le parfait allié du Ramadan, tirant profit de l’état amorphe dans lequel plongent nombre de jeûneurs. Privés de leurs marches nocturnes et du café du soir après l’accomplissement des prières, les Marocains passent donc naturellement plus de temps à leur domicile, où la lecture et le jeûne semblent faire bon ménage. Cette activité, qui a fait ses preuves contre l’anxiété durant le confinement, s’offre une place de choix dans le quotidien des jeûneurs, en particulier lors d’une situation sanitaire toujours incertaine.

Dans cet esprit, la lecture d’ouvrages religieux suscite le fort engouement des fidèles qui veillent à la lecture complète du Saint Coran, conformément à la pratique du Prophète Sidna Mohammad (PSSL).

Ainsi, les plannings de lecture pullulent sur les réseaux sociaux de la même manière que les challenges invitant les participants à lire le Coran au moins une fois durant ce mois de quiétude. Ibrahim, gérant d’une librairie sur un boulevard très fréquenté de la capitale, relève dans une déclaration à la MAP que l’intérêt pour les livres religieux est grandissant en cette période de l’année. Hormis le Saint Coran, les lecteurs jettent leur dévolu sur les livres de la “Sira”, qui retracent la vie du Prophète, ainsi que sur les ouvrages d’interprétation et d’explication du Coran, précise-t-il. Mais cet intérêt croissant pour la lecture ne profite pas qu’à la littérature religieuse, car nombreux sont ceux qui profitent des longues heures à la maison pour étancher leur soif de lecture ou forger de nouveaux rituels productifs. C’est le cas de Salma qui fait part à la MAP de sa volonté de se départir de ses mauvaises habitudes des ramadans précédents pour se consacrer à des activités bénéfiques au corps et à l’esprit. « J’avais l’habitude de rester affalée sur le canapé pour binger mes séries préférées », indique-t-elle, soulignant que pour ce Ramadan 1442, elle a décidé de troquer les plateformes de streaming pour les bouquins et l’activité sportive. 

« Je consacre tout mon temps libre avant le ftour à la lecture, cette première semaine du mois béni a été l’occasion pour moi de découvrir l’œuvre de John le Carré », confie Salma, précisant qu’après la rupture du jeûne, elle essaie de s’adonner à une activité physique pour se maintenir en forme. Nourrir l’esprit ne semble donc pas être en contradiction avec le jeûne et la lecture s’impose naturellement comme le meilleur moyen d’y parvenir et s’évader, le temps d’un livre, pour finalement accéder à une meilleure conscience de la réalité.


Lu 335 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.