Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

”La femme dans le cinéma marocain, devant et derrière la caméra”: L’hommage mérité aux comédiennes et cinéastes marocaines



La maudite pandémie avec ses inénarrables contraintes n’est pas faite pour empêcher « Le Festival Souss international, Aït Melloul du court métrage » d’aller de l’avant. Rendez-vous donc est pris pour la 13ème édition en ce mois de mai. Avec, cerise sur le gâteau, un rendez-vous dans le rendez-vous et qui mérite à coup sûr «le déplacement» via facebook (http://www.sousscm.com). C’est le journaliste, écrivain et critique Hassan Narrais qui sera à l’honneur pour parler de son dernier né « La femme dans le cinéma marocain : Devant et derrière la caméra ». Un livre-document qui vient enrichir la bibliographie cinématographique marocaine et s’ajouter à bien d’autres publications d’un auteur particulièrement prolifique. On citera entre autres : « L’humour et l’autre ou l’image de l’Arabe dans l’humour français », « Escales parisiennes », « Le cinéma marocain vu par les siens… » sans oublier ses précieuses contributions dans le théâtre avec notamment « Le cri de Chama » à l’origine de tournées pleinement réussies. Pour revenir à l’ouvrage de Hassan Narraïs sur la femme et le cinéma marocain, il ne serait sûrement pas superflu de citer la critique et écrivaine égyptienne Nahed Salah qui nous a gratifiés d’une préface si éloquente en mettant en exergue l’effort et l’inspiration de l’auteur qui a exploré l’histoire du cinéma marocain tout en se focalisant sur la femme en tant que thème et en tant que créatrice. « Une si belle manière, ajoute Nahed Salah, de prospecter l’ancien pour arriver au contemporain ». La nature même de cette publication en tant que document représentant un intérêt particulier aussi bien pour les spécialistes que pour les néophytes n’enlève rien à ce don de narration confirmé qui distingue les écrits de Hassan Narrais. La lecture n’en est, de ce fait, que plus agréable. Rien d’étonnant quand il s’agit d’un créateur pluriel. Chez Hassan Narrais, le journaliste le dispute à l’écrivain, au cinéphile et cinéaste et au critique éclairé et apprécié… Son intervention au Festival Souss du court métrage programmée pour le 22 mai à 20h est à suivre…sans modération, comme doit l’être la lecture de son œuvre. Et ce n’est pas par hasard que « La femme dans le cinéma marocain : Devant et derrière la caméra» est totalement dédié à la femme, depuis la dédicace, à « Oum Soufiane », sa dévouée « campagne de route », comme il aime la présenter si affectueusement, à la quatrième de couverture avec les photos d’une belle panoplie de cinéastes marocaines, en passant par la préface de Nahed Salah. Quand on est artiste dans l’âme comme l’est Hassan Narrais, on ne peut pas ne pas aimer le cinéma et …. la femme. Devrait-on aussi se laisser tenter d’ajouter et « Le TAS » ? cette équipe légendaire fanion du mythique quartier casablancais de « Hay Mohammadi ». 

M.B.A
Jeudi 13 Mai 2021

Lu 1215 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.


Flux RSS