Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La facilitation de la circulation des personnes et des biens entre les pays africains au centre d’une rencontre interparlementaire




Habib El Malki : La politique africaine du Maroc est basée sur la mise en œuvre des principes d’alliance et d’intégration pour le développement du continent

Moustapha Cissé Lo :  Avec l’adhésion du Maroc, la CEDEAO  sera en mesure de remplir parfaitement son rôle

La Chambre des représentants en collaboration avec le Parlement de la CEDEAO ont organisé, jeudi au Parlement à Rabat, une rencontre sous le thème « La facilitation de la circulation des personnes et des biens entre les pays africains : quels mécanismes ? ».
Lors de l’ouverture de cette rencontre, le président de la Chambre des représentants, Habib El Malki, a fait part du nouveau visage du continent que le Maroc, sous la conduite de S.M le Roi Mohammed VI, ne cesse de défendre pour le développement de l’Afrique, faisant fi des discours idéologiques.
Habib El Malki a estimé que le continent africain a été lésé à travers l’histoire, mais il reste capable d’édifier son avenir devant être géré par les peuples du continent eux-mêmes. Une nouvelle Afrique qui dépasse la partition dont a été victime le continent.
Il a, par ailleurs, souligné la politique poursuivie par le Maroc dans la région et ses orientations fondées sur sa détermination à mettre en œuvre le principe d’alliance et d’intégration entre les pays en vue de développer le continent africain aux niveaux économique, social et culturel, et ce conformément à la conviction du Maroc d’un destin africain commun.
Le président de la Chambre des représentants a indiqué que le principe de coopération et de coordination entre le Parlement marocain et de celui de la CEDEAO s’inscrit dans le cadre d’un programme dont la mise en application nécessite de poser des questions fondamentales pour faire face aux différents défis dans la région. Dans ce sens, Habib El Malki a confirmé que la liberté de mouvement des personnes et des biens entre les pays africains est la concrétisation effective de la maturité du projet d’intégration, et qui se veut comme l’un des moyens décisifs facilitant le développement  et le progrès économique dans un contexte de mondialisation.
Le président de la Chambre des conseillers, Abdelhakim Benchemass, a appelé à la recherche de tous les moyens de coopération entre le Parlement marocain et le Parlement de la CEDEAO et à la mise en œuvre des conventions signées depuis octobre dernier, tout en rappelant la signature par 44 pays africains d’un accord pour créer une zone de libre-échange à Kigali. Lequel  accord, selon lui, reflète la volonté du continent africain à aller plus loin dans l’intégration et l’unité pour faire face à la pauvreté et à la précarité.
Dans ce cadre, il a mis l’accent sur le rôle important que peut jouer le Maroc qui prône la coopération et l’intégration entre les pays africains. Pour cela, le Royaume a depuis longtemps signé des accords et des conventions bilatérales importantes pour renforcer la coopération Sud-Sud.
Après avoir été félicité par le président de la Chambre des représentants pour l’hommage que lui a été rendu par le Forum Crans Montana, Moustapha Cissé Lo, président de la CEDEAO, a salué la politique du Royaume du Maroc en Afrique sous l’égide de S.M le Roi Mohammed VI et son rôle dans la création d’un espace intégré dans le continent. Il a également salué la demande du Maroc d’adhérer à cette organisation.
Pour sa part, Mounia Boucetta, Secrétaire d'Etat auprès du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, a indiqué que le Maroc s’est engagé dans un processus de coopération et de partenariat en Afrique, avant et après son adhésion à l'Union africaine. Mounia Boucetta a, par la même occasion, mis en lumière les différentes actions de développement et de solidarité entreprises par le Maroc dans la région.
Les travaux de cette rencontre se sont poursuivis par les interventions de David Gbahoun, président du comité de commerce, des douanes et de la liberté d’échange au Parlement de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), de Tarek Akizoul, membre du Conseil économique, social et environnemental, et d’Abdelilah Hafidi, représentant de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM).
Notons enfin que cet évènement d’envergure s’inscrit dans le cadre de la contribution à l’examen des questions actuelles aux niveaux régional et continental et la recherche de moyens à même de renforcer la coopération économique entre les pays du continent.  

H.T
Jeudi 22 Mars 2018

Lu 804 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés