La demande de Demi Lovato


Depuis son overdose qui a failli lui coûter la vie en août dernier, Demi Lovato prend les mesures nécessaires pour reprendre sa vie en main et rester sobre. Ce qui inclut de garder le contrôle sur ce que les magazines people pourraient raconter sur son état de santé. Après avoir été hospitalisée pendant dix jours, la chanteuse a été internée dans un centre de désintoxication à la fin de l’été. Elle est aujourd’hui «heureuse et sobre», comme elle l’assure sur Twitter, malgré ce que les tabloïds peuvent dire. Sur le réseau social, elle a ainsi demandé à ses fans d’ignorer les commentaires des «sources» communiquées par les magazines people.
«Un jour, je raconterai au monde ce qui s’est exactement passé, pourquoi cela s’est passé, et à quoi ressemble ma vie aujourd’hui… Mais jusqu’à ce que je sois prête à partager cela avec les gens, je vous en prie, arrêtez de parler des choses dont vous ne savez rien. J’ai encore besoin de temps et d’espace pour guérir », a ainsi déclaré la chanteuse dans un premier tweet. Elle a ensuite continué, assurant que ce que les magazines racontaient à son sujet était faux : «Quelles que soient les ‘sources’ qui veulent parler et raconter des histoires aux blogs et tabloïds à propos de ma vie, elles n’en font pas partie, car la plupart des conneries que je vois sont tellement à côté de la plaque. Scoop : vos ‘sources’ se trompent».
Demi Lovato a terminé en remerciant ses fans, grâce à qui elle remonte la pente : « J’ai tellement de chance d’avoir du temps pour moi, pour profiter de ma famille, me reposer, travailler sur mon état d’esprit, mon corps et mon âme, et revenir lorsque je serai prête. Je suis tellement reconnaissante. Je vous aime tellement, merci».

Samedi 29 Décembre 2018

Lu 148 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br