Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La DGSN se dote d’une application mobile pour le contrôle des mouvements de personnes

Le lancement a eu lieu dans les villes de Rabat, Salé et Témara




La DGSN se dote d’une application mobile pour le contrôle des mouvements de personnes
La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a lancé, récemment, une application mobile qui permet aux agents de sûreté à différents barrages de contrôle dans les villes de Rabat, Salé et Témara de contrôler et de suivre les mouvements des citoyens, dans le cadre de ses efforts inlassables et de son souci constant d'assurer le respect de l'état d'urgence sanitaire, prolongé jusqu'au 20 mai prochain.
La mise en place de cette application innovante s'inscrit dans le cadre de la mobilisation par la DGSN de moyens technologiques modernes pour appuyer le travail de l'agent de sûreté sur le terrain et lui permettre d'accomplir son rôle dans la lutte contre la propagation du nouveau coronavirus.
Développée par une équipe composée d'ingénieurs et de techniciens relevant de la direction des systèmes d'information et de communication à la DGSN, cette application contribuera à limiter les mouvements inutiles des citoyens et à contrôler les contrevenants à l'état d'urgence sanitaire, le but étant de renforcer les efforts nationaux des divers acteurs publics et privés pour endiguer la propagation du Covid-19.
A cet égard, le commissaire de police chef de l'arrondissement de Hassan dans la zone d'Agdal-Hassan-Ryad, Aziz Alratmaoui, a indiqué que "cette application mobile permettra au personnel de la police de s'informer sur les barrages de contrôle par lesquels le citoyen est passé, facilitant ainsi le processus de suivi de ses mouvements".
L'application offre la possibilité de déterminer les déplacements qui constituent une violation de l'état d'urgence sanitaire, et par conséquent de prendre les mesures juridiques nécessaires contre les contrevenants, a ajouté le commissaire Alratmaoui dans une déclaration à la chaîne de la MAP (M24).
Pour sa part, le commissaire de police chef de la filière de développement d'applications pour smartphones à la direction des systèmes d'information et de communication, Anas Bouklan, a souligné que cette application a été lancée dans un premier temps au niveau des villes de Rabat, Salé et Témara et sera généralisée ultérieurement au niveau national.
Cette application se veut un moyen d'aider le personnel de sûreté mobilisé au niveau des différents barrages de contrôle à vérifier les mouvements des citoyens, a-t-il fait savoir, invitant les citoyens au strict respect de l'état d'urgence sanitaire et à ne se déplacer qu'en cas de nécessité.
Parmi ses caractéristiques, il convient de signaler ce qui suit :
-L’application a été développée et programmée entièrement par une équipe composée d'ingénieurs et de techniciens de la DGSN, qui ont pris en compte aussi bien les critères sécuritaires que ceux de la sécurité sanitaire des citoyennes et citoyens.
- Elle constitue une référence au niveau des barrages de contrôle dans le milieu urbain afin d’identifier et de déterminer les déplacements exceptionnels des citoyens, dans le but de limiter les mouvements inutiles susceptibles de contribuer à la propagation du virus d’une région à l’autre.
- Cette application est utilisée exclusivement au niveau des barrages de contrôle, dans le but de contrôler les déplacements exceptionnels des citoyens au niveau de ces points et non leurs mouvements dans l’espace public. Le contrôle se base, en effet, uniquement sur le numéro de la carte nationale d’identité (CNI) sans fournir d’autres données d’identité.
-L’application, dont la généralisation ne nécessite aucun investissement financier, est téléchargée sur les téléphones mobiles des agents de la police.
-L’application de contrôle se base sur le numéro de la CNI sans permettre à l’agent de contrôle (fonctionnaire de la police) d’accéder aux informations personnelles du citoyen, sachant que les registres et le stockage des informations relatives à cette application se conforment aux critères rigoureux de sécurité, adoptés par la DGSN dans ses bases de données.
-L’application ne pourra pas être utilisée hors des barrages de contrôle sécuritaire et ne pourra pas être téléchargé par une autre source que la Direction des systèmes d'information et de communication relevant de la DGSN.
- Les tests et les mises à jour relatifs à l’application ont été finalisés, dans le cadre d’un essai effectué en premier lieu à Rabat, Salé et Témara alors que les préparatifs se poursuivent pour généraliser l’application au niveau national.
- Cette application vise à encadrer et à réglementer les déplacements exceptionnels dans le but de lutter contre la propagation de la pandémie de Covid-19.

3.277 personnes interpellées en une journée

Les opérations sécuritaires menées pour imposer l'état d'urgence sanitaire décrété pour enrayer la propagation de la pandémie du nouveau coronavirus (Covid-19) ont permis l'interpellation, au cours des dernières 24h, de 3.277 personnes, dont 1.820 ont été placées en garde à vue à la disposition des enquêtes préliminaires ordonnées par les parquets compétents, alors que les autres ont été soumises aux procédures d'investigation, de pointage et de vérification d'identité, indique mardi la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN).
Dans un communiqué, la DGSN précise que depuis la déclaration de l'état d'urgence sanitaire par les pouvoirs publics, il a été procédé à l'interpellation d'un total de 53.413 personnes au niveau de l'ensemble des villes du Royaume, dont 28.869 ont été déférées devant les parquets compétents après la procédure de la garde à vue.
Ces interpellations se répartissent selon les préfectures de police et la sûreté régionale et provinciale comme suit: préfecture de police de Casablanca (7.437), préfecture de police de Rabat (7.147), préfecture de police de Kénitra (5.538), préfecture de police de Marrakech (4.938), préfecture de police d'Oujda (4.760), préfecture de police d'Agadir (3.860), sûreté provinciale de Salé (3.244), préfecture de police de Meknès (2.826), préfecture de police de Béni Mellal (2.069), préfecture de police de Tétouan (2.192), préfecture de police de Fès (1.571), sûreté provinciale d'El Jadida (1.451), préfecture de police de Settat (1.334), préfecture de police de Tanger (1.238), sûreté provinciale d’Ouarzazate (1.060), préfecture de police de Laâyoune (868), sûreté régionale d'Errachidia (666), sûreté provinciale de Safi (487), sûreté régionale de Taza (501) et sûreté régionale d'Al Hoceima (226).
La DGSN assure, dans ce cadre, que ses services continueront d'intensifier les opérations de contrôle dans toutes les villes et de coordonner leurs interventions avec les différentes autorités publiques en vue d'imposer l'application stricte et ferme de l'état d'urgence, à même de garantir la sécurité sanitaire de l'ensemble des citoyens.

Jeudi 23 Avril 2020

Lu 1004 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif