Libération




Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La DGAPR interdit provisoirement le transfert des prisonniers vers les hôpitaux

Pas de transfèrement des détenus vers les tribunaux pendant un mois au moins




La DGAPR interdit provisoirement le transfert des prisonniers vers les hôpitaux
 La Délégation générale à l'administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR) a décidé d'interdire provisoirement le transfert des détenus, pendant au moins un mois, vers les différents tribunaux du Royaume et de coordonner avec l'autorité judiciaire compétente sur la tenue des audiences à distance, et ce dans le cadre du renforcement des efforts pour contrôler les sources potentielles de transmission de l'infection par le coronavirus (Covid-19) au milieu carcéral.
Dans un communiqué, la DGAPR a indiqué qu'elle a également décidé d'interdire provisoirement le transfert des prisonniers aux hôpitaux publics, sauf dans les cas d'urgence extrême, et de renforcer les établissements pénitentiaires par des équipes médicales relevant du ministère de la Santé et par la mise en place des consultations médicales spécialisées à distance.
Ces deux décisions ont été prises à la lumière des développements que certains établissements pénitentiaires ont connus et des résultats des récentes analyses de laboratoire récemment effectuées qui ont montré que certains détenus et fonctionnaires ont été contaminés par ce virus, précise le communiqué, ajoutant que bien que ces contaminations restent limitées par rapport au nombre total des pensionnaires et des fonctionnaires, cette situation est considérée comme un indicateur qui requiert plus d'efforts pour contrôler les sources potentielles de transmission de la maladie au milieu carcéral, dont la plus évidente est le transfert vers les tribunaux et les hôpitaux.
En dépit des mesures préventives prises pour éviter la propagation du virus dans les établissements pénitentiaires et des efforts consentis par les autorités judiciaires concernant la rationalisation de la détention provisoire, ainsi que la réduction du nombre des pensionnaires devant être traduits aux tribunaux, il a été démontré que cela reste insuffisant pour maintenir ces établissements à l'abri de la transmission de la maladie, compte tenu du nombre des détenus traduits devant la justice, a poursuivi la même source.
Les mesures de précaution prises par la DGAPR pour prévenir la propagation du virus dans les établissements pénitentiaires, concernent particulièrement la suspension des visites familiales, l'arrêt des activités de réinsertion exercées de manière collective dans les différents établissements pénitentiaires et l'application du confinement sanitaire aux fonctionnaires et à tous les employés dans le milieu carcéral, d'après le communiqué.
Ces mesures ont également porté sur la stérilisation continue et régulière des établissements pénitentiaires, la distribution d'équipements médicaux et de produits d'hygiène et l'attribution d'ailes isolées pour héberger les nouveaux détenus et les mettre en quarantaine pendant 14 jours, a conclu la DGAPR.

Lundi 27 Avril 2020

Lu 263 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.