Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La Conférence mondiale sur la migration se tiendra au Maroc

Une reconnaissance par l’ONU du rôle positif joué par le Royaume en matière de gestion des flux migratoires




 L’Assemblée générale des Nations unies a désigné, dimanche, le Maroc pour abriter la Conférence internationale sur la migration de 2018, durant laquelle sera adopté le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières.
L’Assemblée générale a ainsi adopté, à l’unanimité, une résolution sur les modalités de ce rendez-vous, dans laquelle elle a décidé que «la conférence intergouvernementale, intitulée: Conférence intergouvernementale chargée d’adopter le Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières », se tiendra au Maroc les 10 et 11 décembre 2018”.
Cette conférence viendra compléter les travaux du Forum mondial sur la migration et le développement, coprésidé par le Maroc et l’Allemagne, et dont le 11ème Sommet se tiendra à Marrakech, du 5 au 7 décembre, soit la veille de cette conférence.
Cette double consécration du Maroc dans le domaine de la migration est une reconnaissance du rôle pionnier qu’il joue dans la gestion migratoire dans le monde en général, et particulièrement en Afrique et dans l’espace euro-méditerranéen, sachant que Sa Majesté le Roi Mohammed VI a été désigné par ses pairs africains, comme leader de l’Union africaine sur cette thématique.
Le choix du Maroc est également une consécration de la politique migratoire humaniste de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, lancée en 2013, qui a permis la régularisation des migrants subsahariens dans un élan de générosité, d’hospitalité et de solidarité avec les pays africains.
Un document du HCP publié à l’occasion de la dernière Journée internationale des migrants, décline la répartition spatiale des résidents étrangers au Maroc, leurs caractéristiques démographiques et socioéconomiques ainsi que leurs conditions d’habitat ; sur la base des données du Recensement général de la population et de l’habitat de 2014  et atteste en filigrane de la pertinence et du caractère humaniste de cette politique.
Sur une population de 33,8 millions d’habitants recensés en 2014, le nombre d’étrangers résidant au Maroc a atteint 84 001 habitants, soit une proportion de 0,25% de l’ensemble de la population marocaine.
Quant à la population étrangère, elle a enregistré un accroissement absolu de 32 566 étrangers par rapport à 2004, soit un taux d’accroissement global de 63,3% sur la période intercensitaire.     
Elle est installée, à 95,2%, en milieu urbain (79.988 étrangers) contre 4,8% (4013 étrangers) en milieu rural et elle est relativement plus âgée que la population marocaine (17,8% ont moins de 15 ans contre 28,2% pour la population marocaine).
40% des étrangers sont des Européens, 41,6% des Africains (dont 64,5% sont issus de pays subsahariens et 31,9% du Maghreb), 15,2% des pays d’Asie (dont 82,8% du Moyen-Orient ) et enfin 3,2% proviennent d’autres continents (dont 76,9% des pays d’Amérique).
Une nette domination de la communauté française (25,4%) suivie de celles sénégalaise (7,2%), algérienne (6,8%) et 6,2% des Syriens.
C’est une population qui a un niveau assez haut d’alphabétisation (95,1%). 84% des étrangers âgés de 15 ans et plus ont au moins le niveau secondaire et 51% le niveau supérieur. 67,0% des étrangers sont des actifs dont 41,3% sont actifs occupés et 6,4% chômeurs. En outre, presque 48% des ménages abritant un étranger sont mixtes et près de 38% sont propriétaires de leur habitat
Il n’en demeure pas moins que la question migratoire dépasse largement le cadre national. Aussi la  conférence internationale que le Maroc abritera constituera le plus grand événement international sur la question de la migration. Il s‘agira de la toute première conférence onusienne qui traite de cette question. Le Pacte qui sera adopté lors de cette conférence représentera, pour sa part, le premier document onusien sur la question de la migration dans sa globalité.
Réalité mondiale complexe et multiforme, la migration est, en effet, un phénomène croissant qui induit des conséquences diverses pour la communauté internationale et appelle à des prises de position coordonnées à l’échelle mondiale. On ne peut en appréhender la complexité sans analyser les causes à l’origine des flux.
On les attribue le plus souvent à la pauvreté et à l’absence de perspectives économiques, d’une part, et aux disparités qui en découlent en termes d’emplois et de protection sociale, d’autre part. Mais il existe d’autres causes importantes comme l’absence de bonne gouvernance, les violations des droits de l’Homme et les discriminations dans les pays d’origine.    
Venant se greffer sur ces causes premières, d’autres facteurs, plus immédiats, provoquent les migrations, notamment les conflits armés, les catastrophes naturelles et les persécutions. Seule une analyse approfondie tenant compte des causes premières et des causes immédiates permet de résoudre les problèmes auxquels se heurtent les migrants, leurs pays d’origine, les pays hôtes et les pays de transit.   
De ce fait, l’absence de solution globale et de politiques cohérentes en matière de migrations au niveau international constitue un problème majeur. C’est ce à quoi la conférence internationale sur la migration de 2018 s’attèlera via l’adoption d’un Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières.

Mardi 26 Décembre 2017

Lu 1111 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés