Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

La Conférence du désarmement présidée par la Syrie qualifiée de farce

Les Etats-Unis dénoncent "le massacre aveugle" du peuple syrien




Les Etats-Unis ont protesté mardi contre l'accession de la Syrie à la présidence de la Conférence du désarmement de l'ONU, qu'ils ont qualifiée de "farce" alors que le régime de Damas est accusé d'utiliser des armes chimiques contre son peuple.
Pour marquer son opposition, l'ambassadeur des Etats-Unis pour le désarmement, Robert Wood, a quitté la salle pendant le discours de l'ambassadeur syrien Hussam Edin A'ala qui a ouvert la session plénière au Palais des nations à Genève.
La présidence de la Conférence du désarmement est assurée de manière tournante, en fonction de l'ordre alphabétique, et après la Suisse, c'est à la Syrie qu'est revenu ce poste pendant les quatre prochaines semaines.
"La présence de la Syrie ici est une farce (...) Il est inacceptable que (les Syriens) dirigent cet organe. Ils n'ont ni l'autorité morale, ni la crédibilité pour le faire", a déclaré à l'AFP le représentant américain.
De retour dans la salle, l'ambassadeur a ensuite pris la parole pour dénoncer "le massacre aveugle" du peuple syrien par le régime de Damas qu'il a accusé d'utiliser des armes chimiques.
"Aujourd'hui est un jour triste et honteux dans l'histoire de cet organe", a dit M. Wood devant les représentants des 65 nations membres de la Conférence du désarmement.
"Je vais être clair: nous ne pouvons pas permettre que ce soit +business as usual+ à la Conférence alors que la Syrie préside cet organe. Nous ne pouvons pas rester aveugles devant la présidence d'un régime qui soutient tout ce que cet organe a été conçu pour empêcher", a-t-il poursuivi.
Pendant les quatre semaines de la présidence syrienne, "nous serons présents dans cette salle pour nous assurer que la Syrie ne puisse pas prendre des initiatives qui iraient à l'encontre des intérêts des Etats-Unis, mais nous allons fondamentalement modifier la nature de notre présence dans les séances plénières", a averti l'ambassadeur américain.
L'ambassadeur syrien a répliqué en qualifiant le mouvement d'humeur de M. Wood de "propagande à sensation" et en l'accusant de tenir "un double langage". Il a également rejeté les accusations d'attaques chimiques en affirmant qu'il n'y avait "pas de preuves".
Plus de 350.000 personnes ont été tuées et des millions déplacées depuis l'éclatement de la guerre civile en Syrie en 2011.
A l'issue de son discours, M. Wood n'a pas regagné la place réservée aux ambassadeurs, mais s'est assis sur l'un des sièges réservés aux assistants.
L'ambassadrice d'Israël Aviva Raz Shechter a également quitté la salle après son discours, dans lequel elle a jugé cette situation "inacceptable".
D'autres délégués, comme ceux du Royaume-Uni, de l'Australie et de la France, ont également exprimé leur opposition à la présidence syrienne.
L'ambassadeur britannique Matthew Rowland a affirmé que "les utilisations répétées d'armes chimiques par la Syrie au cours des sept années de conflit étaient bien documentées".
"C'est donc une farce de voir la Syrie prendre la présidence, étant donné son mépris flagrant et constant à l'égard du désarmement international et des normes et traités de non-prolifération", a-t-il ajouté, en affirmant que le Royaume-Uni ne laissera pas la présidence syrienne "infliger des dommages au travail de la Conférence".
Le représentant permanent adjoint de la France, Louis Riquet, a pour sa part déclaré que la Syrie "n'avait pas l'autorité morale pour diriger cet organe".
"La Conférence du désarmement se trouve aujourd'hui dans une situation très singulière que nous ne pouvons que déplorer", a-t-il ajouté. Il a annoncé que "pour marquer sa réprobation vis-à-vis de cette situation, la France ne sera pas représentée par son ambassadeur auprès de la Conférence du désarmement pour les sessions plenières de cette enceinte durant les quatre semaines à venir".
Dans ce concert de protestations, des voix dissonantes se sont toutefois exprimées.
Le représentant de la Chine a pris la parole pour féliciter la Syrie. "Félicitations pour cette présidence", a-t-il dit.
Et le représentant de la Russie, alliée de la Syrie, a reproché aux Etats-Unis et aux autres pays critiques d'"empoisonner l'atmosphère" de la Conférence.
A quoi l'ambassadeur américain a répondu qu'il était "plus préoccupé par l'empoisonnement du peuple syrien".

Mercredi 30 Mai 2018

Lu 347 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com