Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L'ouragan Maria, après Irma, balaie les Antilles




Maria, le second ouragan de très forte puissance à balayer les Antilles ce mois-ci, a semé la dévastation sur la petite île de la Dominique et se dirige désormais vers Porto Rico.
La Guadeloupe et la Martinique, les deux îles des Antilles françaises, avaient été placées en alerte violette cyclonique à l'approche de Maria, qui n'était encore qu'une simple tempête tropicale il y a deux jours mais s'est transformée en ouragan d'une puissance comparable à celle d'Irma, qui a dévasté au début du mois les îles de Saint-Martin et Saint-Barthélemy.
Quatrième ouragan majeur de l'année dans l'Atlantique Nord, Irma a commencé à longer lundi soir (heure de Paris) les côtes antillaises en remontant du Sud vers le Nord, générant des vents qui approchaient les 300 km/h en rafale.
Un moment classé en catégorie 5, la plus élevée sur l'échelle de Saffir-Simpson, Irma mardi matin était considéré de catégorie 4 par le Centre américain des ouragans (NHC), qui parle néanmoins d'un ouragan "extrêmement dangereux".
L'œil du cyclone est passé à environ 50 km de la Martinique, où vents violents et pluies torrentielles ont provoqué des coupures d'électricité. Une évaluation plus précise des dégâts ne pourra être effectuée qu'à la levée du jour, ont dit les autorités locales. Aucune victime n'a été signalée.
L'ouragan a ensuite frappé de plein fouet la Dominique, où les météorologues redoutent des dégâts bien plus considérables qu'à la Martinique car l'oeil du cyclone et son mur de vent dévastateur sont passés directement au-dessus de l'île.
L'ancienne colonie anglaise et ses 72.000 habitants étaient pratiquement coupés du monde en milieu de nuit. Le Premier ministre, Roosevelt Skerrit, a dit sur Facebook que le toit de sa maison s'était envolé.
"Honnêtement, je ne suis pas préoccupé à l'heure actuelle par les dégâts physiques parce que c'est si dévastateur (...) en fait ça défie l'imagination", a-t-il dit.
En Guadeloupe, l'ouragan devait selon les dernières prévisions passer légèrement au sud de Basse-Terre.
Maria pourrait ensuite frôler de nombreuses îles de l'arc caribéen avant d'atteindre Porto-Rico et les Iles Vierges américaines dans la nuit de mardi à mercredi.
Le gouverneur de Porto Rico, Ricardo Rossello, a invité les 3,4 millions d'habitants du territoire américain à se protéger par tous les moyens possibles ou à se rendre dans les abris.
En Guadeloupe comme en Martinique, "des mesures de protection et de mise en sécurité des populations, des sites et points d'importance vitale (usine de désalinisation, dispensaire, groupes électrogènes) sont programmées depuis 24 heures et se poursuivent à l'approche de Maria", a indiqué le ministère de l'Intérieur dans un communiqué émis à l'issue d'une réunion de la cellule de crise lundi à Paris.
"Compte tenu du risque important de submersions-inondations, de coulées de boue ou de glissements de terrains par endroits, le ministre appelle nos compatriotes de Martinique, Guadeloupe et des îles du Nord à suivre scrupuleusement les consignes délivrées par les préfectures."
En Guadeloupe, un arrêté a été pris pour "interdire à toute personne d'entrer et de séjourner dans des zones identifiées à risque pour chaque commune de l'archipel".
Le préfet dit avoir ordonné l'évacuation des habitations situées dans les zones à risques et avoir demandé "à chacun de se rendre dans un abri sûr et de ne plus se déplacer jusqu'à la fin du passage de l'ouragan Maria".
Le passage dévastateur d'Irma, l'un des plus puissants ouragans jamais enregistrés dans l'océan Atlantique, a fait au moins 84 morts et infligé des dégâts matériels considérables dans les Antilles et aux Etats-Unis, surtout en Floride.

Mercredi 20 Septembre 2017

Lu 581 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito












Mots Croisés