Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’offensive russe contre l’Ukraine se poursuit avec son lot de victimes et de dégâts

Vague d’indignations et de condamnations La crainte plane quant à la perduration de la situation chaotique dans la région


​Rachid Meftah
Vendredi 25 Février 2022

L’offensive russe contre l’Ukraine se poursuit avec son lot de victimes et de dégâts
L’ opinion publique mondiale, avec toute sorte de support médiatique et journalistique et un intérêt particulier généralisé, est depuis la nuit du mercredi au jeudi intensément focalisée par l’accélération des développements de la crise russo-ukrainienne.

L’événement le plus éclatant fut l’invasion armée effective par les Russes de l’Ukraine. Pourtant, cela était quasiment attendu, notamment après la reconnaissance solennelle par le maître du Kremlin de la souveraineté des Républiques séparatistes autoproclamées du Donbass et les ordres qu’il a intimés dans la foulée, aux forces armées russes de prendre en charge le maintien de la paix de l’Ukraine.

L’entrée en territoire de ce pays de troupes, de véhicules militaires lourdement chargés et d’armements d’assaut n’a pas tardé et a sonné le glas d’une période de tergiversations et de doutes quant aux véritables desseins de Moscou. Matérialisée par des bombardements bien soutenus sur presque toutes les régions de l’Ukraine «ciblant les constructions, camps et casernes militaires» mais touchant tout de même certains bâtiments résidentiels civils, l’invasion ne semble pas viser –seulement- le maintien de la paix, qui, par ailleurs, n’était menacée que par les Russes et les séparatistes du Donbass …

Pour étayer sa détermination et sa puissante force de frappe, le maître du Kremlin, dans une allocution annonçant le début des opérations d’invasion, a souligné que son pays restait une des «plus grandes puissances nucléaires du monde». «Personne ne doit avoir de doute sur le fait qu’une attaque directe contre notre pays mènera à la destruction et à d’épouvantables conséquences pour tout agresseur potentiel», a-t-il menacé.

Répliquant directement à ces propos, le chef de la diplomatie française, JeanYves Le Drian a aussitôt déclaré que le président russe «Vladimir Poutine doit aussi comprendre que l’Alliance atlantique est une alliance nucléaire», tout en menaçant de sanctions européennes «spectaculaires» qui vont «taper au cœur » de la Russie.

L’ouverture des hostilités opérationnelles par une invasion structurée, optimalement préparée et organisée, tout en captant l’attention de l’ensemble des médias, toutes catégories confondues, à travers les quatre coins du globe dont l’intérêt est rivé sans nulle cesse sur les détails des événements, a suscité une vague de condamnations, particulièrement de la part des Occidentaux qui ont «annoncé» une série de nouvelles sanctions, mais aussi de la Turquie, de l’Iran et de la Chine, cette dernière affichant encore une position mitigée.

Ainsi, le président américain, Joe Biden, pour lequel son homologue russe va devenir «un paria sur la scène internationale», a commencé par annoncer des restrictions dans les exportations des produits technologiques vers la Russie. Il a assuré, en outre, que les Etats-Unis défendront «le moindre pouce de territoire de l’Otan» mais qu’ils n’enverront pas de troupes en Ukraine. Toutefois, le Pentagone dépêchera quelque 7000 soldats de plus en Allemagne, a-t-il précisé.

De son côté, le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a lancé un appel de détresse à l’envers du maître du Kremlin en demandant «Au nom de l’humanité, ramenez vos troupes en Russie !».

Là-dessus, les 27 Etats membres de l’Union européenne (UE), réunis dans la soirée du jeudi à Bruxelles dans un sommet européen extraordinaire ont opté pour des sanctions «massives» contre la Russie dans les secteurs de l’énergie, de la finance et des transports.

«Vladimir Poutine» a décidé de porter l’atteinte la plus grave à la paix, à la stabilité dans notre Europe depuis des décennies», a déclaré en substance le président français Emmanuel Macron, martelant que la France et ses alliés seraient «sans faiblesse» en décidant de sanctions contre la Russie «à la hauteur de l’agression dont elle se rend coupable ».

Par ailleurs, l’invasion russe est une « violation éclatante » du droit international qui « remet en cause la paix » en Europe, a déclaré le chancelier allemand Olaf Scholz, dont le pays dit être prêt à « aider massivement » ses voisins, en particulier la Pologne, en cas d’afflux de réfugiés ukrainiens.

Pour sa part, le premier ministre britannique, Boris Johnson a condamné les « événements horribles en Ukraine », qualifiant l’invasion russe de « catastrophe pour le continent » et le président russe de « dictateur » et promettant des sanctions occidentales « massives » pour faire échouer « l’entreprise atroce et barbare de Vladimir Poutine ».

D’autre part, le premier ministre canadien, Justin Trudeau, a annoncé que son pays allait sanctionner « 58 personnes et entités russes » (oligarques et entreprises). De même, la Pologne, qui assure la présidence tournante de l’OSCE, a qualifié l’invasion russe de «crime contre l’humanité».

Se démarquant de cette «unanimité» internationale quant à la condamnation de l’intervention militaire russe dans un «Etat souverain et démocratique» (propos qui reviennent souvent dans les déclarations des responsables politiques de l’Occident), la Chine «comprend les préoccupations raisonnables de la Russie en matière de sécurité» avant le déclenchement des hostilités armées et laissent, par la suite, entendre que la responsabilité de ce «cahot» est partagée par les différents protagonistes.

Quant à l’Union africaine (UA), elle n’est pas demeurée en reste vis-à-vis de ses partenaires européens et a appelé à un « cessez-le-feu immédiat », estimant que la situation risquait de dégénérer en « un conflit planétaire ». (…)

Rachid Meftah


Lu 2485 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020











Flux RSS
p