Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’œuvre de Hassan Kouhen s’invite à Almazar Art de Marrakech




L’œuvre de Hassan Kouhen s’invite à Almazar Art de Marrakech
Plus vif, plus motivé, l’artiste-peintre Hassan Kouhen expose ses œuvres récentes à la galerie Almazar Art de Marrakech  à partir du 15 décembre prochain. Très saluées par les critiques, les œuvres récentes de ce plasticien,  à mi-chemin entre la figuration et l’abstraction, sont  le fruit de sa quête intérieure en vue d’allier les sentiers nouveaux du volume et l’éclat du jaillissement de sa palette si riche.
Entre la peinture et Hassan Kouhen, c’est 46 ans d’amour et de passion.  Ce plasticien natif de Fès en 1955, qui vit et travaille à Lake Forest, en Californie, aux États-Unis, dévoile ses œuvres récentes, nourries de cet amour et de cette passion,  à travers cette exposition à la galerie Almazar Art de Marrakech. L’occasion pour le public de voir et d’apprécier sa dernière série de travaux qui s’annoncent comme une effervescence de sensations renouvelées et chargées de charme. Et au fil du temps, il se crée un univers d'émotions matérialisées par des couleurs et des formes. Sur la toile, c'est la couleur qui peut conditionner son sujet, parfois sorti d'un rêve. D'autres ambiances et de nouvelles lumières enveloppent ses inspirations. Ses toiles sont riches en effets de matière, dominées par l'action du temps  et l'ardeur du soleil. En un mot: une fête de couleurs.
Ses toiles récentes affichent surtout tout le talent de ce peintre, dont la maturation artistique est bel et bien établie depuis des décennies. Et c’est nettement perceptible dans ses travaux qui possèdent le sens de l'universel atemporel. Ils  sont en somme d'une limpidité chromatique considérable. Et la fantaisie qui caractérise sa liberté d’expression demeure quasiment lyrique. «Homme affable et avenant, bien né et bien éduqué, il se meut en société comme un poisson dans l'eau mais sa peinture dégage autre chose: l'indicible, l'ineffable.
Les non-dits d'un être tourmenté par une passion incommensurable qui paradoxalement ne le consume point mais le rend chaque jour plus perspicace et plus précis. Hassan Kouhen fait partie de cette race qui ne cesse de se raréfier, celle des artistes peintres poètes. Chaque coin de ses toiles, grandes ou petites, cache un poème ou ne serait-ce qu'un vers.
« Ce roi de la couleur, comme on l'appelle, est aussi un versificateur, un alchimiste...son art le propulse dans des sphères lointaines, transcendantales le rapprochant ainsi de sommets insoupçonnés», indique à ce propos  le journaliste, chroniqueur et critique d’art Omar Salim.  Pictographies finement tracées, productions plus libres reposant sur l’emploi de signes, de symboles, de motifs géométriques riches en termes de plasticité et de picturalité, les tableaux de Hassan Kouhen ont toujours été vus et acceptés dans cette démarche et cette alliance pluridisciplinaires.  Il faut dire que dans son travail pictural, notre artiste marie bien les couleurs froides et chaudes pour un rapprochement inédit. Car les couleurs s’imposent énormément dans cet univers propre à Hassan Kouhen.

A.A
Mardi 21 Novembre 2017

Lu 1482 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.