Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’hommage du chef du Groupe socialiste à la Chambre des représentants aux victimes du soulèvement du 20 juin 1981




La séance plénière mensuelle tenue mardi dernier et consacrée  aux questions  de politique générale du gouvernement,  a été l’occasion pour Amame Choqrane,  chef du Groupe socialiste à la Chambre des représentants, d’évoquer les tristes émeutes qu’a connues Casablanca le 20  juin 1981.  Une des périodes sombres  dans l’histoire de la lutte  du peuple marocain et qui a coûté la vie à des dizaines de personnes pour la dignité, la liberté et la justice sociale.
Tout en indiquant que le Maroc a connu ces deux dernières décennies un développement tangible, et ce à tous les niveaux, Amame Choqrane a tenu à souligner que  les disparités territoriales entre les régions  du Royaume  constituent l’un des points noirs qui menacent le processus de développement du pays.
Il ne peut y avoir de développement durable avec  un impact  positif sur toutes les régions du Royaume en l’absence de justice spatiale  à même de réduire les disparités entre les différentes provinces et régions du pays, a-t-il fait savoir. Pour ce faire,  le gouvernement est appelé à prendre des mesures concrètes,  à commencer par mettre en œuvre la régionalisation avancée et doter  les régions ainsi que les collectivités  territoriales  de  larges attributions  au niveau juridique, financier et administratif   leur permettant d’améliorer la qualité des services rendus aux citoyens, a souligné le chef du Groupe socialiste. Pour que ce chantier de développement réussisse, a-t-il soutenu, des décrets organiques clairs sont plus que nécessaires  et les conseils élus sont appelés à  consacrer la plus grande partie des budgets des investissements  aux secteurs vitaux tels l’enseignement, la santé, les routes,  le désenclavement sans omettre un contrôle strict  sur les dépenses et les marchés publics.  
C’était l’occasion pour lui de souligner que le hiraq que connaît  le Maroc  témoigne du manque criant  dont souffrent de nombreuses régions, et ce à tous les niveaux. Sans omettre de soulever la question du Maroc utile et du Maroc inutile et ses conséquences négatives qui  entravent  un véritable développement du pays.
Pour relever le défi de  réduire les disparités et de renforcer  la justice territoriale entre les différentes régions du pays,  il est temps de créer des pôles  de développement et d’accélérer le rythme de la mise en œuvre  de la politique de décentralisation et  de déconcentration, et ce à travers l’équipement  des collectivités de moyens nécessaires.
A la fin de son intervention devant le Parlement, Amame Choqrane  s’est interrogé sur le bilan  concernant la mise en application  de ces politiques, projets, chantiers et programmes dans les différentes régions du pays  et sur les mesures que compte prendre le gouvernement  en vue de mettre en place la justice territoriale particulièrement  dans les zones  précaires enclavées et qui manquent presque de tout. 

T.H
Samedi 24 Juin 2017

Lu 1338 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Mots Croisés