Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L'ex-président Nicolas Sarkozy en garde à vue




L'ancien chef de l'Etat français, Nicolas Sarkozy, a été placé mardi matin en garde à vue dans l'enquête sur des soupçons de financement libyen de sa campagne présidentielle de 2007, a-t-on appris mardi de source proche de l'enquête.
M. Sarkozy, président de 2007 à 2012, est entendu pour la première fois dans cette enquête par les policiers de l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCIFF) à Nanterre, près de Paris, a-t-on ajouté de même source, confirmant une information de Mediapart et du Monde.
Brice Hortefeux, un très proche de Nicolas Sarkozy qui fut ministre durant son quinquennat, est pour sa part entendu en audition libre depuis mardi matin, selon une source proche du dossier.
Des juges du pôle financier enquêtent depuis avril 2013 sur des accusations de financement de la campagne présidentielle 2007 de Nicolas Sarkozy par la Libye de l'ex-dirigeant Mouammar Kadhafi.
Elles ont été formulées par l'intermédiaire du Franco-Libanais Ziad Takieddine et d'ex-responsables libyens, tandis que d'autres ont démenti. L'ancien chef de l'Etat français a toujours rejeté ces accusations.
Dans cette affaire, qui a émergé en 2012 après la publication par Mediapart d'une note laissant penser à un financement libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy, l'ex-secrétaire général de l'Elysée Claude Guéant a été mis en examen (inculpé) pour faux, usage de faux et blanchiment de fraude fiscale en bande organisée.
Les magistrats s'interrogent sur un virement de 500.000 euros perçu par M. Guéant en mars 2008, en provenance d'une société d'un avocat malaisien. Il a toujours expliqué qu'il s'agissait du fruit de la vente de deux tableaux.
Un autre intermédiaire, l'homme d'affaires Alexandre Djouhri, présenté comme un personnage clé de l'enquête, a été arrêté en janvier à Londres en vertu d'un mandat d'arrêt européen émis par la justice française.
Il avait été placé en détention provisoire, puis libéré après le paiement d'une caution avant d'être une nouvelle fois incarcéré fin février. Souffrant de problèmes cardiaques, il est hospitalisé depuis une dizaine de jours à Londres, selon une source proche de l'enquête.
De source judiciaire, l'ancien ministre de l'Intérieur Brice Hortefeux, proche de Nicolas Sarkozy, était également entendu mardi en audition libre. En 2012, le site Mediapart avait rapporté qu'il avait servi d'intermédiaire.
"Un accord 'sur le montant et les modes de versement' aurait été validé quelques mois plus tôt par Brice Hortefeux, alors ministre délégué aux collectivités locales, en présence de l’homme d’affaires Ziad Takieddine, qui a introduit dès 2005 en Libye les proches du ministre de l’Intérieur, notamment Claude Guéant, et Nicolas Sarkozy lui-même", avait écrit Mediapart.

Mercredi 21 Mars 2018

Lu 442 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito










Mots Croisés