L’énorme salaire auquel Ben Arfa a tourné le dos


Libre de tout contrat, Hatem Ben Arfa n’a pas manqué de courtisans durant le mercato estival. Parmi eux figurait un club chinois prêt à offrir un pont d’or à l’ancien Parisien.
Resté sur le banc face à Nice, et ce malgré la défaite concédée par le Stade Rennais à l’Allianz Riviera (2-1), Hatem Ben Arfa devra encore patienter avant de retrouver la compétition. Après près d’un an et demi sans jouer, le milieu de terrain breton n’est sans doute plus à quelques jours près et pourrait finalement faire son grand retour le week-end prochain à domicile face au... PSG. L’occasion de se rappeler au bon souvenir de ses anciens coéquipiers et d’entretenir les regrets des nombreuses équipes qui ont essayé de l’attirer lors du mercato estival. Car à en croire Téléfoot, ce ne sont pas moins de sept clubs qui se sont employés à le convaincre. Si Nice a finalement rapidement abandonné l’idée de rapatrier son ancien joueur, le FC Séville et le Betis en Espagne, West Ham en Angleterre, le Benfica et le FC Porto au Portugal, l’Eintracht Francfort en Allemagne et le Tianjin Quanjian en Chine se seraient tous montrés bien plus intéressés. En vain.
Séduit par le discours de Sabri Lamouchi et Olivier Létang, Hatem Ben Arfa a en effet recalé ces sept autres prétendants. Et ce malgré l’offre mirifique faite par le club chinois. Ce dernier proposait en effet à «HBA» pas moins de 10 millions d’euros pour une pige de six mois, le Français pouvant en plus se contenter des matches de Ligue des champions asiatique. Mais après dix-huit mois sans jouer, l’ancien Marseillais a logiquement privilégié le challenge sportif proposé par le Stade Rennais.

Samedi 22 Septembre 2018

Lu 841 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br