Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L'échec des pourparlers de Genève fait craindre une escalade au Yémen

Le chef des rebelles appelle à la résistance




L'échec des pourparlers de paix sur le Yémen à Genève traduit le profond degré de méfiance entre les belligérants et fait craindre une nouvelle escalade militaire, estiment des analystes.
Samedi, des consultations très attendues sous l'égide de l'ONU --les premières depuis plus de deux ans-- ont échoué avant même d'avoir commencé: après avoir posé des conditions à leur présence, les rebelles houthis n'ont finalement pas fait le déplacement.
Les pourparlers autour de ce conflit à l'origine de "la pire crise humanitaire" au monde selon les Nations unies devaient initialement s'ouvrir jeudi.
Quelques heures après l'annonce de cet échec cuisant par le médiateur onusien Martin Griffiths, le chef des rebelles Abdel Malek al-Houthi a appelé ses partisans à la "résistance face à l'agression" du gouvernement yéménite soutenu par une coalition militaire sous commandement saoudien.
Sommant les Yéménites d'"aller aujourd'hui sur tous les fronts", M. Houthi leur a demandé de renforcer "la défense, la sécurité" et de "recruter (...) des volontaires sur le terrain", selon un discours retransmis samedi soir par la chaîne de télévision rebelle Al-Massirah.
Les Houthis, qui contrôlent de vastes régions de l'ouest et du nord dont la capitale Sanaa, sont soutenus par l'Iran.
Le processus de paix que M. Griffiths cherchait à relancer depuis des mois a été sérieusement compromis et les armes pourraient prendre le relais, estime Aleksandar Mitreski, chercheur sur le conflit yéménite à l'Université de Sydney.
"Comme il n'y a pas de processus de paix à respecter, les belligérants n'auront pas de contraintes (...) sur le terrain", prévient-il.
L'échec des pourparlers risque aussi de "renforcer la conviction de la coalition que seules des pertes sur le terrain pousseront les Houthis au compromis", souligne Graham Griffith, analyste pour le cabinet de conseil Control Risks, basé aux Emirats arabes unis.
Si elles avaient eu lieu, les discussions de Genève auraient été les premières entre le gouvernement yéménite et les Houthis depuis celles qui avaient duré plusieurs mois au Koweït en 2016.
Celles-ci avaient buté sur le retrait des rebelles de villes clés, comme Sanaa, et le partage du pouvoir. La délégation des Houthis avait ensuite été bloquée trois mois à Oman en raison du blocus aérien imposé par ryad au Yémen. Ce précédent a suscité les craintes des rebelles ces derniers jours.
"Le manque de confiance" et "le déséquilibre des forces sur le terrain" mettent à mal toute tentative de règlement politique, estime M. Mitreski.
Signe du fossé séparant le gouvernement et les rebelles, aucun face-à-face n'était de toute manière prévu à Genève.
Troisième envoyé spécial de l'ONU sur le Yémen depuis le début du conflit en 2014, Martin Griffiths s'est montré extrêmement prudent pour la suite.
"Il est trop tôt pour dire quand se tiendront les prochaines consultations", a-t-il déclaré, alors que la délégation gouvernementale lui reprochait de ne pas avoir fait suffisamment "pression" sur les Houthis.
Pour M. Mitreski, "l'ONU n'a malheureusement pas la capacité d'être le médiateur" dans ce conflit qui a fait quelque 10.000 morts, en majorité des civils.
Moins sombre, l'analyste Graham Griffith considère qu'"il reste une petite chance que l'émissaire de l'ONU puisse sauver quelque chose".
"Les opérations militaires seront probablement freinées par le fait que la conduite de la coalition sera sous une surveillance accrue" au niveau international, explique-t-il.
Vendredi, alors que l'absence des Houthis laissait présager l'issue infructueuse des négociations, des affrontements ont éclaté près de la ville portuaire de Hodeida (ouest).
Tenue par les rebelles depuis octobre 2014, Hodeida est hautement stratégique, son port servant de point de transit de 70% des importations au Yémen.
Selon plusieurs sources militaires, la coalition sous commandement saoudien a progressé d'environ 16 kilomètres le long de la route côtière du district d'Al-Douraïhimi, au sud de la ville.
"Les deux prochains mois seront peut-être cruciaux concernant la lutte pour le contrôle de Hodeida. L'opération militaire (...) pourrait se poursuivre", dit M. Mitreski.

Lundi 10 Septembre 2018

Lu 317 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés