Le “ général de fer ” Zaloujny : Une nouvelle icône ukrainienne

 


L’artiste-photographe Olivier Monge expose ses œuvres à Marrakech


Libé
Dimanche 11 Octobre 2020

L’ artiste-photographe français Olivier Monge expose actuellement ses œuvres à Marrakech, sous le thème “Water Please” (De l’eau s’il vous plait). L’expo se poursuivra jusqu’au 17 janvier prochain

prochain. Visible aux cimaises du Jardin Rouge, résidence artistique de la Fondation Montresso, cette exposition présente une série d’images à la limite du visible portant sur les éléments majeurs de la maîtrise de l’eau dans la Cité ocre. Il s’agit de la Palmeraie, le pont de l’oued Tensift ou encore les “khettaras”, qui représentent un véritable patrimoine immatériel et un ingénieux savoir-faire ancestral de drainage des eaux souterraines, qui a joué à travers l’histoire un rôle primordial dans le développement de la cité ocre et a accompagné son essor historique. L’œuvre de cet artiste français traite essentiellement de la représentation du territoire et de l’impact de l’Homme sur son milieu.

En résidence à Jardin Rouge, Olivier Monge, membre de l’agence photographique MYOP (Paris), s’intéresse tout particulièrement au patrimoine hydraulique ingénieux, riche et varié de Marrakech. Né en 1974, diplômé de l’Ecole normale supérieure (ENS) Louis Lumière, Olivier Monge est chargé de cours à l’université de Nice Sophia Antipolis.

Cofondateur de l’association “Territoire” en 2012, cet artiste explore depuis cinq ans les stations de sports d’hiver des Alpes du sud, animé par une approche transversale associant regard artistique contemporain et sensibilité à l’égard des enjeux actuels de ces destinations de loisirs. Parallèlement à ses projets au long cours, il collabore régulièrement avec la presse française et internationale ( Libération, Le Monde, Stern, L’Express Style entre autres).

 

Shajarian

Le chanteur et compositeur Mohammad-Réza Shajarian, monument de la musique traditionnelle et classique iranienne, est mort jeudi à l’âge de 80 ans, provoquant une vague de tristesse dans son pays.

Très vite après l’annonce de la mort de l’”Ostad” (“Maître” en persan), des milliers d’admirateurs de tous âges ont convergé vers l’hôpital Jam de Téhéran où il avait été admis il y a quelques jours dans un état critique, selon des journalistes de l’AFP sur place. Vers 17h45 (14h15 GMT), la foule, éplorée et oubliant les règles de distanciation sociale imposées par l’épidémie de Covid19, chantait en boucle et à l’unisson “Mogh-e Sahar”, l’un des nombreux succès de Shajarian


Lu 599 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Lundi 15 Août 2022 - 10:22 Moga Festival de retour à Essaouira