Libération


Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’art contemporain marocain sublimé à Paris par l’œuvre d’Ilham Laraki Omari

Exposer au Maroc et y être reconnu par ses pairs reste unique




L’art contemporain marocain a été sublimé à Paris par l’œuvre de l’artiste peintre Ilham Laraki Omari, qui participait pour la 5ème année consécutive, au prestigieux Salon de l’Automne, un haut lieu de l’art pictural mondial. La plasticienne marocaine qui a, à son actif, de nombreuses expositions au Maroc comme à l’étranger, prenait part à cette 114ème édition du Salon qui a pris fin dimanche dernier avec sa toile “Sibillyn”, une peinture à l’huile aux tons noirs et blancs, qu’elle chérit tout particulièrement.
Une toile d’où jaillissent une grande lumière, une énergie et une spiritualité immenses mais aussi une matière et des particules quand on s’y approche. Une œuvre, en somme, qui appelle au rêve et porte vers le voyage. Sibillyn est le fruit d’une longue évolution en termes de style et de couleur, a déclaré à la MAP cette artiste pleine de délicatesse et de douceur. “C’est un cheminement qui m’a amenée du figuratif à l’abstrait et des couleurs volcaniques à des tons plus sombres, sans que je ne m’en rende compte”, a-t-elle confié sourire aux lèvres, relevant toutefois que l’abondance de la lumière a toujours été le fil conducteur dans cette évolution. La lumière imprègne, en effet, cette œuvre tout en étant déclinée sur des tons sombres, qui laissent jaillir en contraste chaleur et luminescence, symbolisant sa quête de spiritualité.
Passionnée de peinture, Ilham Laraki Omari n’hésite pas à dévoiler sa démarche artistique. Elle explique qu’elle emploie une technique picturale où le pinceau, comme un chapelet, égrène perle après l’autre, des touches qui filent en une prenante cosmogonie astrale. Sibillyn a d’ailleurs été dévoilée dernièrement dans le cadre de l’exposition “Souffle”, qui a été accrochée à la bibliothèque nationale du Royaume, qui s’est déclinée en trois thématiques : “Incandescence”, “Le temps” et “Tasbih”.
L’artiste peintre qui participait à cette 114è édition du Salon de l’Automne, en tant que sociétaire, un titre attribué aux artistes qui ont eu le mérite d’exposer au moins trois années consécutives en ce haut lieu de l’art contemporain mondial, qui ont fait preuve de persévérance et de créativité. “Je suis très honorée par ce titre” décerné par le Conseil d’administration du Salon, “grâce auquel j’ai pu aussi participer dans la section +Petits formats+ avec deux toiles +Lueur+ et +Ferveur+”, a affirmé cette artiste confirmée, qui a aussi participé à des expositions aux Etats-Unis, en Russie ainsi que dans différents pays en Europe et au Moyen-Orient. Mais pour cette jeune plasticienne, exposer au Maroc et y être reconnu par ses pairs “n’a pas son pareil”.
“C’est unique”, a-t-elle dit. Rappelons, par ailleurs, que depuis 114 ans, le Salon d’Automne de Paris s’est imposé comme acteur et témoin essentiel de l’émergence des plus importants mouvements artistiques du XXème siècle : fauvisme, surréalisme, cubisme, art abstrait. Promoteur de tous les arts sans distinction de hiérarchie, ce Salon a également accueilli les plus grands noms de la peinture moderne, dont Cézanne, Picasso ou Dali.

A.A
Jeudi 19 Octobre 2017

Lu 1290 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.