Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’amante du Rif L’histoire d’une victime de l'amour, fait escale à Safi

Un film de Narjiss Nejar




Le long métrage de Narjiss Nejar, "L'amante du Rif", a été projeté lundi au cinéma Atlantide à Safi, dans le cadre de la programmation du Festival international cinéma et littérature de Safi (FICLS).
D’une heure trente cinq minutes, ce long métrage retrace la vie d’"Aya", une jeune fille insouciante issue de la ville bleue du Maroc, Chefchaouen, qui se perd dans un amour aveugle pour un baron de la drogue. Poussée par son amour idéal des grands écrans et transportée par l'odeur de la liberté faussement transmise par sa cousine installée à l’étranger, elle sombre dans ses passions démesurées et dans un environnement familial où la mère, minée par les lourdes responsabilités, n'a aucune autorité et les deux frères travaillent pour le compte du baron.
La beauté d'Aya devient une malédiction et ses actions irresponsables la jettent dans une passion pathologique, voire morbide.  Dans une déclaration à la MAP, l'auteure du roman, Noufissa Sbaï, indique que sa présence au FICLS est une opportunité de rencontres et de connaissance du public cinéphile de la région. "Ce film traite de la problématique des femmes au Maroc dans les différents milieux sociaux, que ce soit dans la ville ou le milieu rural.
Dans le roman, cinq femmes sont présentes, alors que Narjiss Nejjar a pris une histoire d’une femme qu’elle a développée et adaptée selon sa vision et sa propre lecture", a expliqué Mme Sbaï. Et d’ajouter que la programmation de ce film dans la première édition du FICLS est une fierté et permettra de faire connaître encore plus le film qui été sélectionné en compétition officielle au 26ème FIFF de Namur.
En marge de la projection des films en compétition, le FICLS dédie une session quotidienne de "panorama long métrage" à la projection des adaptations des œuvres littéraires hors compétition, notamment "L’ascenseur pour l’échafaud" du réalisateur Louis Malle, "Une vie" de Stéphane Brizé, "Tristana" de Luis Bunuel, "La noire de..." d’Ousmane Sembène.
La première édition du Festival international cinéma et littératures de Safi, qui s'achèvera le 31 octobre, est organisée par l’Association Agora pour les arts et "D&R productions" avec le soutien du ministère de la Culture, de la Jeunesse et des sports, en partenariat avec le Groupe OCP-Site de Safi et l’Ordre des avocats de Safi.
Narjiss Nejjar est née à Tanger. Elle réalise son premier court-métrage documentaire, L'Exigence de la dignité, en 1994, et publie le roman Cahiers d'empreintes, en 1999.
Les courts métrages Khaddouj, Mémoire de Targha (1996), La Parabole ou La Rive des muets (1999), Le Septième Ciel (2000) et Le Miroir du fou (2002) sont suivis de son premier long métrage, Les yeux secs (2003). Depuis, Nejjar a réalisé Wake Up Morocco (inhadyamaghrib) (2005), Terminus des anges (co-réalisatrice, 2008) et Apatride (2018).

M.O
Mercredi 30 Octobre 2019

Lu 1562 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif