Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L’UPA condamne vigoureusement les exactions sionistes


Habib El Malki : Les dernières violations israéliennes montrent encore qu’Israël ne croit pas à la paix et ne veut pas la paix



Mettre fin aux mesures répressives et illégitimes israéliennes à la mosquée Al-Aqsa, à Al Qods et dans tous les territoires palestiniens occupés

Les présidents des Parlements et des Conseils arabes participant à la réunion d'urgence de la 25ème Conférence de l'Union parlementaire arabe (UPA) autour des violations israéliennes flagrantes de la sacralité de la mosquée Al Aqsa, ont réitéré, jeudi à Rabat, leur soutien au peuple palestinien pour l'édification d’un Etat indépendant, avec Al Qods Acharif comme capitale.
« Les dernières violations israéliennes montrent encore une fois qu’Israël ne croit pas à la paix, et ne veut pas la paix ». C’est l’amer constat fait par le président de la Chambre des représentants et de l’Union parlementaire arabe (UPA), Habib El Malki lors de son allocution à l’ouverture de cette réunion tenue à la Chambre des représentants. Et de marteler : « Il refuse tous les mécanismes de paix et à leur tête l’engagement dans des négociations sérieuses, objectives et honnêtes. Il a refusé toutes les initiatives arabes de paix et les propositions de paix internationales, et a entravé tout pas vers la paix, toute négociation et tout dialogue ».
Pour Habib El Malki, « il y a une volonté israélienne tangible visant, à travers toutes les mesures sécuritaires, répressives, techniques, administratives et juridiques, à changer le statut actuel d’Al Qods ». Il a mis en garde contre la gravité de cette politique sioniste menée contre le peuple palestinien et ses lieux sacrés à Al Qods, car elle mène inévitablement la région « à une guerre religieuse catastrophique, à Dieu ne plaise, une guerre ravageuse qui ressuscite toutes les causes  de la haine et de la discrimination que l’humanité avait cru qu’elle y a mis fin dans le Sud du continent africain ».
En ce sens, il a mis en relief les efforts consentis par le Maroc pour la cause palestinienne. « Le fait que Rabat abrite aujourd’hui notre congrès, nous les représentants des peuples arabes, pour débattre des violations israéliennes commises contre le peuple palestinien, n’est qu’une étape dans le processus de soutien du Maroc sous l’égide de S.M le Roi Mohammed VI, Président du Comité Al Qods, à la lutte des Palestiniens et notamment pour défendre Al Qods Acharif ». Dans cet ordre d’idées, Habib El Malki a rappelé qu’à l’instar de S.M le Roi Feu Hassan II, le Souverain ne ménage aucun effort pour soutenir la résistance des habitants de cette ville sainte, préserver son identité et financer la scolarité de ses enfants notamment à travers l’Agence Bayt Mal Al Qods.
Il a rappelé également la lettre ferme que S.M le Roi Mohammed VI, Président du Comité Al Qods, avait adressée au cours de cette semaine au Secrétaire général de l'ONU au sujet des violations israéliennes perpétrées contre Al Qods occupée.
Dans ce cadre, Habib El Malki a cité quelques passages de la lettre Royale  où le Souverain avait déclaré : « Nous enregistrons avec regret qu’à chaque fois que les prémices d’une opportunité de relance du processus de paix entre les Palestiniens et Israël apparaissent, ce dernier provoque des événements et des tensions pour les avorter. C’est ce qui a été confirmé à nouveau à travers la réponse d’Israël, toujours de la même manière et avec le même procédé, aux efforts régionaux et internationaux menés par les Etats-Unis d’Amérique, à travers lesquels la communauté internationale  décèle l’existence d’un climat positif de nature à porter le conflit palestino-israélien à des stades avancés de règlement ».
Pour Habib El Malki, Israël veut mettre les Arabes devant le fait accompli, mais « est-ce que nous en tant qu’Arabes, devons  accepter la fatalité de ce fait ? Ou comme le suggèrent quelques-uns : est-ce que nous devons accepter la défaite ? ». Il estime que la réaction aux violations israéliennes doit être une réponse rationnelle en utilisant les outils de la résistance légale garantie par la loi internationale. 
Le président de la Chambre des conseillers, Hakim Benchamach, a, pour sa part, souligné que la situation actuelle s’explique par le déchirement et le rétrécissement du système régional, ainsi que par  la division qui marque les relations entre les pays, notant que les Etats de la région subissent les conséquences des différends internes, des conflits interethniques, de l’extrémisme violent et du terrorisme.
Il a, ainsi, tiré la sonnette d'alarme sur le déclin de la solidarité internationale avec la question palestinienne, appelant à l’élaboration d’un plan de plaidoyer urgent et d'une pétition parlementaire destinée à l'Union interparlementaire en vue de consolider la conscience internationale autour de la cause palestinienne, d'envoyer une délégation internationale pour s'informer sur la situation à Al Qods et d'adopter une résolution concernant le statut juridique de cette ville.
Le président du Parlement arabe, Meshal Al-Salmi, a souligné, de son côté, qu’en dépit de cette situation difficile et des défis majeurs que connaît le monde arabe, la question palestinienne demeure la cause première et centrale des Arabes, notant que le soutien au peuple palestinien est un devoir religieux et humain qui nécessite la synergie des efforts de l’ensemble des pays arabes et l’unité des factions palestiniennes.
Par ailleurs, M. Al-Salmi s’est arrêté sur les multiples contacts qui ont eu lieu avec les présidents des Parlements régionaux, dont le Parlement européen, le Parlement panafricain, le Parlement latino-américain, l'Assemblée parlementaire asiatique, l'Assemblée parlementaire de la Méditerranée et l’Union pour la Méditerranée, les incitant à assumer leurs responsabilités juridique, morale et humaine et à faire pression sur Israël pour l'ouverture de la mosquée Al-Aqsa en vue de permettre aux fidèles d’y accomplir leurs prières.
Les présidents des délégations arabes qui ont pris la parole par la suite ont, tous, dénoncé la nouvelle agression de l'occupation israélienne contre le peuple palestinien, en violation de la légitimité internationale, des lois et conventions internationales, insistant sur le droit des Palestiniens au libre exercice des rites religieux à Al-Aqsa. Ils ont insisté sur la nécessité de prendre des mesures concrètes contre les agressions de l’occupation israélienne.
La déclaration finale de cette réunion a reflété le débat entre les délégations parlementaires arabes durant toute la journée de jeudi et la dénonciation des violations d’Israël, tout en prenant plusieurs décisions importantes pour soutenir la lutte du peuple palestinien.
 Les présidents des Parlements arabes ont ainsi considéré que les mesures prises par Israël récemment à Al Qods poussent inéluctablement la région du Moyen-Orient à une guerre religieuse et constituent une atteinte à la liberté de culte en tant que droit humain fondamental.
Ils ont appelé les Nations unies et l’Unesco à assumer leurs responsabilités dans la préservation des patrimoines   arabes  et à leur tête la mosquée Al-Aqsa dont Israël œuvre inlassablement à changer l’identité, voire à les démolir. Ils appellent également à respecter les traités et les conventions internationales relatifs à la préservation du patrimoine humain pendant les périodes de guerre et d’occupation, notamment la Convention de Genève de 1949 et ses deux protocoles aditionnels concernant la protection des monuments historiques, culturels et religieux.
Les participants ont pris également des décisions importantes. En effet, ils ont chargé la Commission de soutien à la résistance du peuple palestinien, issue de l’Union parlementaire arabe lors de sa 23ème réunion, présidée par Marwouk Ghanem président du Parlement du Koweït ainsi que les présidents des Parlements du Maroc, de Jordanie, de Palestine et d’Algérie, de rendre visite à plusieurs pays influents pour rencontrer  ses dirigeants en vue de débattre la question des violations israéliennes des lieux saints aussi bien musulmans que chrétiens en Palestine.
En outre, les participants se sont engagés à poursuivre les contacts nécessaires dans le cadre des organisations parlementaires multipartites et les Parlements nationaux. L’objectif étant de faire pression sur l’occupation israélienne pour qu’elle mette fin aux mesures répressives et illégitimes  à la mosquée Al-Aqsa, à Al Qods et dans tous les territoires palestiniens occupés. Ils ont également appelé Israël à mettre fin à la colonisation, à lever l’embargo sur le peuple palestinien et à se mettre à la table de négociations  en vue de mettre fin à l’occupation des terres arabes dans de brèves délais, selon un agenda clair.
 

Une autre décision importante prise au cours de cette réunion est celle d’exhorter l’Union parlementaire internationale à condamner et prendre des sanctions contre la Knesset israélienne qui entend adopter des lois racistes notamment le nouveau projet de loi que le Parlement israélien a adopté il y a quelques jours, visant à compliquer le passage sous souveraineté palestinienne de certaines zones d’Al Qods dans le cadre d’un futur accord de paix. Les représentants des peuples arabes ont qualifié cette nouvelle mesure d’atteinte aux résolutions internationales, laquelle entrave toute solution pacifique au problème palestinien. Dans ce cadre, ils ont exhorté les Parlements arabes à présenter un projet de décision condamnant les violations israéliennes lors de la prochaine réunion du Congrès de l’Union parlementaire internationale.
Il convient de rappeler que l’Union parlementaire arabe, fondée en 1974, regroupe les Chambres parlementaires arabes. Elle s’assigne pour objectifs le renforcement du dialogue et de la concertation entre les Parlements arabes, la consolidation de l’action commune et la coordination des efforts parlementaires dans différents domaines.

Mourad Tabet
Samedi 29 Juillet 2017

Lu 1260 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito












Mots Croisés