Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L'UE déterminée à appliquer l'accord avec Ankara

L’Europe tiraillée à propos des négociations d'adhésion de la Turquie




L'UE déterminée à appliquer l'accord avec Ankara
La Commission et le Conseil européens se sont dits mercredi déterminés à appliquer l'accord controversé sur les migrations passé en mars dernier avec la Turquie en dépit du refroidissement des relations avec Ankara après la répression qui a suivi le coup d'Etat manqué du 15 juillet dernier.
Alors que des milliers de migrants débarquaient chaque jour sur les îles grecques de la mer Egée, la Turquie s'était engagée à les retenir sur son sol contre l'engagement des Vingt-Huit à financer leur séjour sur le sol turc et à supprimer les visas pour les citoyens turcs voyageant dans l'UE.
"Nous allons rester fidèles à notre accord avec la Turquie, quoi qu'il en soit de M. Erdogan", a déclaré le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, en évoquant devant le Parlement européen l'ordre du jour du sommet des chefs d'Etat et de gouvernement, jeudi à Bruxelles.
"Les chiffres parlent d'eux-mêmes", a-t-il ajouté en évoquant les 90 arrivées de migrants recensées désormais chaque jour sur ces mêmes îles grecques.
"Les dirigeants sont déterminés à ne pas revenir à la situation que nous avons connue l'année dernière et à continuer à faire baisser le nombre de migrants irréguliers qui arrivent dans l'UE", a confirmé le secrétaire d'Etat slovaque Ivan Korcok, s'exprimant au nom de la présidence du Conseil européen.
"Le Conseil européen reste engagé à appliquer la déclaration signée avec la Turquie", a-t-il ajouté.
Le président turc Recep Tayyip Erdogan menace régulièrement de cesser d'appliquer l'accord en raison du refus des Européens de lever les visas tant qu'Ankara ne révisera pas sa loi sur le terrorisme jugée trop extensive et propice à des violations des droits fondamentaux.
Les autorités turques ont incarcéré depuis la mi-juillet 36.000 personnes en attente de jugement et ont suspendu ou limogé plus de 100.000 fonctionnaires soupçonnés de connivence avec les auteurs du putsch manqué.
Par ailleurs, les pays européens n'ont pas réussi mardi à adopter une position unanime face à la "dérive" de la Turquie, partagés entre la volonté de lui envoyer un avertissement et la crainte de rompre les relations avec ce partenaire devenu incontournable.
Les 28, réunis à Bruxelles, étaient tous d'accord pour réagir aux atteintes à la démocratie du gouvernement turc, qui se sont intensifiées depuis le coup d'Etat avorté du mois de juillet.
Mais ils se sont divisés sur l'intensité de la réplique, dans un contexte de lutte contre le terrorisme, de guerre en Syrie et de gestion des migrations, où le président Recep Tayyip Erdogan s'impose comme un interlocuteur central.
"Dans les circonstances actuelles, l'ouverture de nouveaux chapitres" dans les négociations d'adhésion de la Turquie à l'UE "n'est pas envisagée", a annoncé la présidence du Conseil de l'UE (instance regroupant les Etats membres), à l'issue de la réunion de ministres européens.
Mais malgré de longues dicusssions, le texte n'a pas obtenu l'unanimité des 28. L'Autriche a en effet refusé jusqu'au bout de soutenir des conclusions communes si elles ne se prononçaient pas en faveur d'un "gel" des négociations d'adhésion de la Turquie au bloc européen.
"Un pays n'a pas apporté son soutien au compromis soutenu par les 27 autres", a regretté le ministre slovaque des Affaires étrangères, Miroslav Lajcak, dont le pays assure la présidence tournante du Conseil. D'autres pays défendant une ligne dure, comme les Pays-Bas ou la Belgique, se sont eux rangés au compromis.
Une large majorité des pays européens se refusaient à franchir le pas d'une rupture avec Ankara, qui plus est dans un moment où le pays est confronté sur son sol à des attaques terroristes, comme celle - revendiquée par un groupe radical kurde - qui a fait plus de 40 morts samedi.

 

Jeudi 15 Décembre 2016

Lu 505 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés