Libération

Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L'INDH à la rescousse de l'école publique





Mobilisation de 1,45 MMDH en faveur de l'éducation

Une enveloppe budgétaire de 1,45 milliard de dirhams (MMDH) a été mobilisée par l'Initiative nationale pour le développement humain (INDH) en faveur d'actions dans le domaine de l'éducation durant la période 2019/2020. Dans le cadre des actions visant à résorber les inégalités en matière d’éducation et à contribuer à la promotion du capital humain, l’INDH a mis en place une série d’interventions liées au domaine de l’éducation, notamment à travers son programme 4 : "Impulsion du capital humain des générations montantes", a indiqué samedi la coordination nationale de l'INDH, à l'occasion de la Journée internationale de l’éducation. Le soutien à l’enseignement préscolaire représente un axe majeur de ce programme, compte tenu de l’impact important de la pré-scolarisation, notamment sur la lutte contre les déperditions scolaires, l’accès à l’école primaire et l’amélioration globale de la trajectoire scolaire, qui contribue in fine à l’amélioration de l’indice national du capital humain, en accroissant la durée moyenne de scolarisation, a ajouté la coordination dans un communiqué. Dans le cadre de l’impulsion du capital humain des générations montantes, "l’INDH donne une importance majeure à l’épanouissement et la réussite scolaire à travers des actions de promotion des activités parascolaires, d’orientation scolaire et d’appui au soutien scolaire", a souligné la même source. L’INDH s'est également attelé à la lutte contre la déperdition scolaire à travers l’amélioration des conditions de scolarisation des enfants issus de milieux défavorisés. Dans ce cadre, durant la période 2019/2020, l’accent a été mis sur l’acquisition de bus de transport scolaire au profit de 25.254 élèves; ainsi que sur la construction, l’aménagement, l’équipement et le fonctionnement des Dar Talib et Dar Taliba du Royaume. Selon le communiqué, de nombreuses actions au profit des internats et cantines scolaires ont également été réalisées, sans oublier la contribution de l’INDH au financement de l’initiative Royale "un Million de cartables". Cette opération a ciblé respectivement 4,5 et 4,6 millions d’élèves au titre des années scolaires 2019- 2020 et 2020-2021. En ce qui concerne la Journée internationale de l’éducation, célébrée chaque année le 24 janvier pour promouvoir le rôle de l’éducation dans le développement humain, la coordination nationale de l'INDH a indiqué que c'est l’occasion de rappeler l’importance d’un engagement constant en faveur du développement des générations montantes. Cette troisième édition de la Journée internationale de l'éducation, note le communiqué, intervient au lendemain de la pandémie de Covid-19 qui a entraîné une grave perturbation de l'apprentissage, à travers notamment la fermeture des écoles et l’instauration de l’enseignement à distance. Dans ce cadre, l’INDH a mis en place un projet audiovisuel visant à développer un contenu télévisé digital présentant aux enfants des activités éducatives et ludiques. L’émission Atfalouna, diffusée sur Al Aoula et YouTube, a été lancée pour assurer la continuité du service préscolaire, durant le contexte spécifique de confinement sanitaire imposé par la pandémie de Covid-19. Le projet "Atfalouna" a également permis la diffusion de programmes ludiques durant la période estivale, sous forme d’une caravane qui a sillonné le Royaume, afin de permettre aux jeunes téléspectateurs de mieux connaître leurs pays à travers des thèmesliés au patrimoine, à la géographie, à la culture et à l’histoire.

Le capital humain au cœur des préoccupations

Dans le souci de bâtir un avenir à la hauteur des aspirations des citoyens, l'Initiative nationale pour le développement humain (INDH) a placé la question de l'éducation au cœur de sa troisième phase qui accorde une place de choix au capital humain et particulièrement aux générations montantes. Eu égard à l’importance de la pré-scolarisation dans le développement des aptitudes personnelles et cognitives de l’individu, la réduction des échecs scolaires et la promotion des conditions de scolarisation de l'enfant, l'INDH a érigé l'éducation parmi les champs d'actions prioritaires de sa troisième phase, notamment au niveau du 4ème programme de cette phase. Ce programme relatif à l’impulsion du capital humain des générations montantes ambitionne, entre autres, de renforcer les infrastructures et les services éducatifs de base, comme le transport scolaire, et de permettre aussi aux catégories ciblées de poursuivre leur parcours scolaire dans les meilleures conditions. Parmi les actions menées par l'INDH au niveau de la région de Rabat-Salé-Kénitra en 2020, figure l'opération de remise des bus scolaires à six collectivités territoriales relevant de la préfecture de Skhirat-Témara, dans le cadre du programme d'accompagnement des personnes en situation de précarité 2019. Cette opération s'est inscrite dans le cadre d'un accord de partenariat avec l'INDH et la direction provinciale du ministère de l'Education nationale, de la Formation professionnelle, de l'Enseignement supérieure et de la Recherche scientifique. Les véhicules en question ont été mis à la disposition des communes de Sabbah, Skhirat, Ain Atiq, Mers El Kheir, El Menzeh et Oum Azza. En outre, un total de 19 bus scolaires a été remis en février 2020 à plusieurs communes rurales de la province de Kénitra. Ces véhicules sont destinées aux communes d’Oued El Makhazin, Beni Malek, Arbaoua, Kariat Ben Aouda, Sidi Taibi, Sidi Allal Tazi, Souk Tlet du Gharb, Sidi Mohamed Lahmar, Bahhara Oulad Ayad, Sidi Boubker El Haj, Chouafaa, Lalla Mimouna, Mnasra, Mograne, Sidi Mohamed Ben Mansour, Ouled Slama et Ameur Seflia. Toujours dans le sillage de la mise en œuvre de sa troisième phase, l'INDH a lancé en novembre dernier des projets d'appui à l'enseignement préscolaire en milieu rural dans la province de Sidi Kacem. A ce titre, quatre bus scolaires ont été mis à la disposition des communes de Tekna, Bni Oual, Sidi Ahmed Benaissa et Rmilat, dans la perspective de lutter contre le décrochage scolaire dans les zones rurales. A cet effet, une enveloppe budgétaire de deux millions de DH a été allouée pour l'acquisition de quatre bus. Ainsi, il a été procédé à l'inauguration de deux unités de préscolaire au niveau de la coopérative Al-Falah dans la commune de Chbanat et le douar Sidi Mhamed Chelh (commune de Selfat), aux environs de Sidi Kacem. S'étalant sur une période de 4 ans (2019-2023), ce projet s'assigne pour objectif de créer plus de 270 unités de préscolaire. Toutes ces actions menées par l'INDH s'inscrivent dans le droit fil des objectifs fixés par la Journée internationale de l’éducation, placée cette année sous le thème "Relancer et redynamiser l’éducation pour la génération COVID-19". Célébrée le 24 janvier, cette journée vise à défendre l'éducation dans le monde entier et à sensibiliser au rôle qu'elle joue au service de la paix et du développement. La phase III de l'INDH, qui s’étale sur la période 2019-2023 avec un budget de 18 MMDH, a pour objectifs de consolider les acquis enregistrés dans les phases antérieures de l’Initiative, de promouvoir les conditions des générations montantes et d'appuyer les catégories en situation de précarité.

Forte impulsion à l’ enseignement en milieu rural à Chefchaouen

L’ Initiative nationale pour le développement humain (INDH) a contribué à donner une forte impulsion au secteur de l’éducation et de l’enseignement et à améliorer les connaissances des générations montantes, ainsi que les conditions matérielles d’apprentissage au niveau de la province de Chefchaouen, notamment en milieu rural. La Phase III de l’INDH (2019-2023) a accordé une importance particulière à l’ensemble des projets qui s’inscrivent dans le cadre de l’impulsion du capital humain des générations montantes, notamment les enfants en âge de pré-scolarisation et les élèves des établissements scolaires publics se trouvant dans les zones montagneuses des communes relevant de la province. Selon des données de la Division de l'action sociale (DAS) de la province de Chefchaouen, une enveloppe budgétaire de plus de 58 millions de dirhams (MDH) a été allouée en 2019 et 2020 à la réalisation de nombre de projets et d’initiatives visant à améliorer l’environnement d’apprentissage et à garantir les conditions nécessaires pour accroître les indicateurs de scolarisation et lutter contre la déperdition scolaire au niveau de la province. Dans ce sens, durant l’année 2019 et dans le cadre de la troisième Phase de la l’INDH, trois Dar Talib et Taliba ont été construits dans des communes relevant de la province, et ce grâce à une enveloppe budgétaire de 10,56 MDH. S’agissant du transport scolaire, 10 bus ont été acquis pour un total de 4 MDH et distribués en faveur des communes cibles conformément à la philosophie de mérite et de priorité reposant sur les besoins des élèves en milieu rural. Du côté de l’enseignement préscolaire, 23 unités ont été construites pour un investissement de plus de 8,46 MDH. Ces efforts se sont poursuivis en 2020 en allouant une enveloppe de 3,75 MDH à la construction et l’équipement de deux internats en milieu rural, en plus de l’acquisition de 8 bus de transport scolaire pour un total de 2,39 MDH. Par ailleurs, l’année 2020 a également constitué une année de consécration et de consolidation des efforts visant à généraliser l’enseignement préscolaire dans la province de Chefchaouen, notamment en milieu rural, et ce à travers la construction et l’équipement de 93 unités de préscolaire pour un investissement de plus de 29,45 MDH. Pour l’année 2021, l’acquisition de 5 bus de transport scolaire avec une enveloppe budgétaire de 1,75 MDH et la construction de 90 unités de préscolaire pour un investissement de 27,9 MDH sont programmées. En outre, un nouveau programme d’équipement de bibliothèques a été lancé, avec une enveloppe budgétaire de 850.000 dirhams mobilisée pour l’équipement de 5 bibliothèques situées en milieu rural et semi-urbain de la province. Ces projets de développement se veulent un pilier fondamental pour améliorer les capacités cognitives des générations montantes ainsi que les indicateurs de scolarisation et de lutte contre la déperdition scolaire, notamment auprès de la fille rurale, en plus d’améliorer la qualité d’apprentissage et l'infrastructure scolaire

Le transport scolaire comme remède à l'abandon scolaire à Benslimane

L' Initiative nationale pour le développement humain (INDH) assure un rôle fondamental dans le renforcement des moyens de transport scolaire au niveau des communes de la province de Benslimane, en vue de lutter contre le phénomène de la déperdition et, partant, contribuer à l'amélioration des résultats des apprenants. La mise en place de systèmes de transport constitue l’un des piliers du plan d'action destiné à lutter contre le décrochage, notamment pour les filles rurales, et à permettre globalement aux élèves vivant dans des zones éloignées de poursuivre leur scolarité sans grande peine. Le transport scolaire est, désormais, au cœur des efforts de généralisation de la scolarisation et de garantie du droit à l'éducation pour tous, surtout dans les zones rurales, où l'on enregistre souvent les taux de décrochage les plus élevés. Dans ce sens, le chef de la division de l’action sociale à la province de Benslimane, Hasan Abidi, a assuré que le comité local de l’INDH soutient avec force et concrètement les différentes initiatives entreprises dans ce domaine, notamment à travers l'acquisition de 25 minibus de transport scolaire, pour un coût de 8 millions de dirhams, qui bénéficient à environ 1.000 élèves de différentes collectivités territoriales de la province. M. Abidi a considéré que ce chantier revêt une importance capitale pour améliorer la qualité de l'enseignement, augmenter le taux de scolarisation et faciliter l'accès à l'éducation, notant que la province s'est employée à satisfaire les besoins exprimés en la matière, ce qui a permis de résorber la majeure partie des déficits en termes de transport et de desservir toutes les communes de ce territoire. Le directeur provincial de l'éducation nationale, Mostapha Jarmouni, a indiqué que l'INDH reste un partenaire stratégique dans la mise en œuvre des programmes de réforme et de développement du secteur, à la lumière de la phase III de l'Initiative qui focalise l’attention sur le capital humain et la qualification des générations futures, à l'image de l'attention spéciale portée à la généralisation de l'enseignement préscolaire dans le public. Concernant le transport scolaire, M. Jarmouni a relevé que l'Initiative s'acquitte d'un rôle prépondérant en matière de promotion de l'enseignement et de lutte contre la déperdition, en ce sens que plusieurs collectivités et établissements scolaires ont bénéficié des minibus fournis par l'INDH. La direction provinciale de l'Education nationale est en coordination permanente avec la division de l'action sociale en charge de l'exécution des projets de l'INDH, en vue de déterminer les établissements et les secteurs ayant besoin d'un transport scolaire, a-t-il poursuivi, mettant l'accent sur l'impact de cet effort dans l'amélioration des indicateurs de l'éducation dans la province.

Le préscolaire érigé en priorité à Fqih Ben Salah

L'Initiative nationale pour le développement humain (INDH) a érigé en priorité l’enseignement préscolaire dans la province de Fqih Ben Salah en tant que chantier clé pour relever le défi de la mise à niveau du système éducatif dans la province. C’est à la lumière de cet engagement que l’INDH a financé l’équipement du Centre socio-culturel d’Ouled Said dans la commune de Sidi Hamadi à hauteur de 500 mille dirhams dans l’objectif de permettre aux enfants de cette collectivité et deslocalités environnantes d’acquérir les compétences de base dès leur jeune âge. Par ce soutien, l’INDH agit en droite ligne de la volonté du Royaume d’œuvrer à l’encouragement et la promotion de la petite enfance par l’éducation précoce en tant que chantier national d’envergure qui revêt une importance capitale dans le développement du système éducatif et de la formation. Ce soutien financier de l’INDH s’inscrit dans le cadre de la troisième phase de l’Initiative et plus particulièrement dans son programme afférent à l’accompagnement des personnes en situation de précarité. Le Centre qui fournit également des formations en cuisine, couture et broderie pour les femmes de cette commune a fait de l’enseignement de la petite enfance sa priorité partant de l'idée que le préscolaire constitue un investissement efficace et rentable pour amorcer un apprentissage de base tout au long de la vie de l'enfant et de le préparer à l’enseignement primaire sur la base du droit à la scolarisation et de l’égalité des chances. Dans une déclaration à la MAP, le chef de la Division de l'action sociale (DAS) à Fqih Ben Salah, Larbi Bouabidi, a souligné que l’équipement du Centre socio-culturel d’Ouled Said pour un montant de 500 mille DH a pour but d’encourager le préscolaire au niveau de cette commune et de soutenir les enfants du monde rural pour rejoindre les bancs de l’école. M. Bouabidi a fait savoir que ce soutien s’inscrit dans le cadre du programme d’accompagnement des personnes en situation de précarité de la troisième phase de l’INDH, relevant que l’INDH a conclu un important partenariat avec l’Entraide nationale et la commune de Sidi Hamadi en plus de l’association qui supervise le Centre pour former également les femmes et les filles rurales dans plusieurs spécialités. Le Centre comprend plusieurs installations et salles pour la formation dans certains métiers comme la broderie et la couture ainsi que plusieurs unités du préscolaire. Pour sa part, Hassan Assali, président de l’Association Ouled Said pour le développement rural, en charge de la supervision et de la gestion des espaces du Centre a souligné que le préscolaire constitue la principale activité de ce Centre qui a été équipé par l'INDH en chaises, tables, tableaux et bureaux dans le but de favoriser l’apprentissage des enfants et lutter ainsi contre les disparités spatiales. M. Assali a, par ailleurs, cité le soutien du groupe OCP dans l’équipement des ateliers de formation pour les femmes rurales ainsi que le soutien de la commune d’Ouled Said et de l'AREF de Béni Mellal-Khénifra pour offrir des conditions d'apprentissage optimales aux enfants. Par ailleurs, le nombre d’élèves pré-scolarisés dans ce centre s’élève à 69 enfants répartis en deux unités et qui bénéficient du transport scolaire. Le nombre total des enfants inscrits dans les unités d'enseignement préscolaire au niveau de la province de Fqih Ben Salah se chiffre pour lui à plus de 6.016 enfants, dont 2.902 filles, répartis sur 307 unités.

Un intérêt particulier accordé aux Maisons de l’étudiant et de l’étudiante à Tinghir

L’ Initiative nationale pour le développement humain (INDH), qui a entamé sa troisième phase en 2018, fait preuve d’une contribution active aux efforts visant à lutter contre l’abandon scolaire dans le monde rural, notamment en accordant un intérêt particulier aux Maisons de l’étudiant et de l’étudiante à travers le Maroc. C’est le cas de la province de Tinghir où l’INDH s’investit dans la mise en place et l’équipement de ces structures d’accueil au profit des élèves issus des zones rurales reculées afin qu’ils puissent poursuivre leur cursus scolaire dans les niveaux collégial et secondaire. L’Initiative accorde ainsi un intérêt tout particulier à cette catégorie, en veillant à la construction et à l’équipement des Maisons de l’étudiant et de l’étudiante garantissant aux bénéficiaires les conditions de confort et de sécurité nécessaires, des efforts qui permettent aux élèves issus de zones enclavées de Tinghir de poursuivre leur scolarisation. Parmi ces structures réalisées à l’initiative de l’INDH, figurent les Maisons de l’étudiant et de l’étudiante de Tinghir, deux institutions qui accueillent plusieurs élèves issus du monde rural pour leur permettre de poursuivre leurs études collégiales ou secondaires. Ces deux bâtiments offrent aux élèves bénéficiaires plusieurs équipements importants, ainsi que des espaces de lecture et des activités culturelles et sportives. A cet égard, Fatima Zahra Bouziane, cadre à la Division des affaires sociales (DAS) de la province de Tinghir, a indiqué que l'INDH contribue aux projets de construction, d’extension ou d’équipement des Maisons de l’étudiant et de l’étudiante, dans le but de réunir les conditions nécessaires aux élèves du monde rural de la région leur permettant de poursuivre leurs études. Elle a ajouté, dans une déclaration à la MAP, que l'Initiative œuvre aussi pour l'acquisition de véhicules de transport scolaire et la réhabilitation des établissements d'enseignement, afin de lutter contre l’abandon scolaire et d'aider les enseignants des zones rurales à améliorer la qualité de l’enseignement. L’action entreprise, dans ce domaine, par l'Initiative nationale pour le développement humain dans la province de Tinghir est fortement appréciée par les bénéficiaires, comme c’est le cas de l’élève Rachida Akamouch (Tronc commun), qui a souligné que la Maison de l'étudiante de Tinghir lui permet de poursuivre ses études dans les meilleures conditions. Originaire de la zone de Saghro, cette élève a relevé que la Maison de l’étudiante a un impact positif sur la vie des filles issues du monde rural et contribue, de manière significative, à lutter contre le phénomène de l’abandon scolaire, exprimant ses remerciements et sa gratitude aux responsables de cette structure qui "veillent bien sur notre confort". De son côté, l'élève Abdelali Sabiri, qui est en deuxième année du baccalauréat, a indiqué que la Maison de l’étudiant de Tinghir offre aux bénéficiaires toutes les conditions appropriées pour mener à bien leurs études. Sabiri, qui en est à sa troisième année à la Maison de l’étudiant, a ajouté que cette structure d’accueil permet aux bénéficiaires l'accès à plusieurs services, dont une bibliothèque et une salle multimédia, mettant en exergue la bonne entente entre les élèves et la grande disponibilité dont font preuve les responsables administratifs et éducatifs de cette institution. Ahmed El Jazouli, directeur de "Dar Attalib" de Tinghir, a relevé que cette institution qui fournit ses services aux élèves bénéficiaires depuis plusieurs années, a une capacité d’accueil de 128 personnes. Il a souligné que de nombreux partenaires, notamment l'INDH et l'Agence nationale pour le développement des zones oasiennes et de l'arganier (ANDZOA), ont contribué à restructurer cette institution et à lui apporter l'assistance nécessaire. Il a ajouté que cette institution joue un rôle important dansla lutte contre l’abandon scolaire au niveau local, du fait que les principaux bénéficiaires proviennent du monde rural, notant qu'il existe une forte demande pour bénéficier des services fournis par les Maisons de l'étudiant et de l'étudiante.

Libé
Lundi 25 Janvier 2021

Lu 542 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.