Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L'EI chassé de sa dernière position à Raqa

Les FDS s'emparent de l'hôpital de Raqa en Syrie




 Les Forces démocratiques syriennes (FDS) ont achevé mardi la reconquête de Raqa, l'ancienne capitale autoproclamée du groupe Etat islamique (EI) en Syrie, annonce l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).
L'organisation, basée à Londres et qui s'appuie sur un réseau d'informateurs en Syrie, a déclaré que les djihadistes avaient été totalement chassés de la ville de l'est de la Syrie.
Un commandant sur le terrain a confirmé à Reuters qu'il n'y avait plus aucun combattant djihadiste ni dans le complexe hospitalier ni dans le stade, les deux derniers bastions de l'EI dans la ville.
La chute de Raqa, où l'Etat islamique avait organisé des parades triomphales il y a trois ans, constitue un nouveau revers majeur pour le groupe extrémiste sunnite après celle de Mossoul, autre métropole conquise par les djihadistes lors de leur offensive éclair en Irak et en Syrie en 2014.
Les FDS combattaient les djihadistes dans Raqa depuis juin.
Un journaliste de Reuters sur place a dit ne percevoir plus que quelques coups de feu sporadiques dans la ville. Des miliciens ont célébré leur victoire dans les rues et hissé un drapeau à l'intérieur du stade.
Un porte-parole des FDS a indiqué en fin de matinée que la récupération de l'hôpital et du stade n'était plus qu'une question d'heures.
"Nous ne savons pas s'il y a toujours des IED (engins explosifs improvisés) et des pièges dans les secteurs que contrôlait l'EI, les FDS vont donc continuer à nettoyer ces zones", a déclaré le colonel Ryan Dillon, porte-parole de la coalition sous commandement américain qui soutient les FDS.
Aucune frappe aérienne n'a eu lieu lundi, a précisé l'officier, signe que la bataille touchait à sa fin.
La prise de l'hôpital a eu lieu pendant la nuit et dans la matinée de mardi, au prix de combats acharnés, a déclaré un porte-parole des FDS.
"Durant ces affrontements, l'Hôpital national a été libéré des mercenaires de Daech et 22 de ces mercenaires étrangers ont été tués", a déclaré Mostafa Bali en employant l'acronyme arabe de l'EI.
L'assaut final des FDS contre les derniers bastions de l'EI à Raqa, avec le soutien dans l'air et au sol de forces de la coalition sous commandement américain, a débuté dimanche après le départ d'un groupe de djihadistes syriens négocié par des chefs tribaux.
Raqa a été l'une des premières grandes villes occupées lors de l'offensive éclair de l'EI en Irak et en Syrie pendant le printemps et l'été 2014.
La chute de Raqa va constituer un nouveau revers de taille pour l'EI qui a perdu beaucoup de terrain en Syrie et en Irak voisin après de multiples offensives pour le déloger des régions conquises depuis 2014.
Raqa était devenue le symbole des pires atrocités commises par l'organisation jihadiste, qui y aurait planifié les attentats sanglants ayant frappé plusieurs pays, notamment en Europe.
Lundi soir, les FDS ont annoncé avoir "totalement libéré" le tristement célèbre rond-point d'Al-Naïm, où l'EI menait ses exécutions lorsqu'il était encore maître de la ville.
"Les jihadistes s'étaient retirés depuis deux semaines de ce rond-point mais les FDS n'étaient pas parvenues à le contrôler car il était miné", selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).
Ces derniers jours, en vertu d'un accord négocié par des responsables locaux et des représentants tribaux, les derniers civils pris au piège ont pu être évacués et les jihadistes syriens ont été autorisés à quitter la ville, selon les FDS.
Quelque 275 jihadistes syriens et leurs familles avaient été évacués. Il n'était pas possible dans l'immédiat de savoir s'ils avaient été autorisés à rejoindre d'autres régions aux mains de l'EI.

Mercredi 18 Octobre 2017

Lu 903 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés