Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

“L'Autre Voix“, un “road movie” émouvant sans argent et sans un mot




Les passionnés du 7ème art parmi les résidents et visiteurs de la ville d'Essaouira se sont donné rendez-vous, vendredi soir à l'Espace Dar Souiri, pour assister à la projection du film documentaire "L'Autre Voix" de ses réalisateurs marocain, Nabil Qerjij, et français, Nans Thomassey, avec à la clé un "road movie" émouvant et passionnant sans argent et sans un seul mot.
D'une durée de 52 minutes, ce film, dont la projection s'est déroulée en présence de Nabil Qerjij, raconte le voyage drôle et trépidant des deux réalisateurs, grands amis et amoureux de l'aventure, qui se sont lancé un défi inimaginable: parcourir plus de 600 km depuis Paris jusqu'à Die (département de la Drôme dans le sud-est de la France) pour passer les fêtes de Noël chez la famille de Nans, et ce sans argent et sans parler pendant les cinq jours que dure ce périple.
Pour Nabil et Nans, qui ont poussé très loin l'expérience du voyage, l'idée de se dépouiller d’argent et de se priver également de la parole est absolument géniale et folle à la fois. Grâce à leur persévérance et leur bonne humeur à toute épreuve, ils ont su relever ce défi et gagner leur pari en partant sur les routes de France pour réussir un voyage en auto-stop qui, de l'avis de tous, semblait "impossible" voire "irréalisable".
Au terme de cette projection, qui n'a laissé personne indifférent parmi l'assistance, Nabil Qerjij a fait part de sa grande joie et de son immense fierté que ce film documentaire soit projeté à Essaouira, à l'instar de plusieurs autres villes du Royaume, avant de poursuivre son périple dans d'autres parties du territoire national.
Selon ce jeune réalisateur et cinéaste marocain, basé à Paris, qui a parcouru le monde en tournant des documentaires et des films pour de nombreuses productions et participé à des festivals, dont le Festival international du film de Marrakech, ce documentaire, ayant exigé des heures et des heures de travail pour sa présentation au grand public, se veut une "véritable leçon d'humanisme" et un réel laboratoire des sentiments où les valeurs d'amour, de paix, de partage, de tolérance et d'entraide ont été constamment omniprésentes tout au long de cette aventure pleine d'émotion, d'affection, de méditation et de rencontres enrichissantes et souvent très émouvantes.
Toujours souriant, Nabil, qui a répondu avec spontanéité aux questions du public présent, a estimé que "le silence peut aussi être une sorte de langage ou une autre voix à travers lesquels l'on peut s'exprimer sans avoir à parler ou à communiquer oralement". Il a, en outre, noté que ce film "donne la foi en la vie que nous vivons et renforce la confiance en soi et en l'Autre", pour pouvoir relever les défis qui se dressent devant tout un chacun et transcender ainsi les problèmes que chaque être humain est appelé à confronter tout au long de son existence.

Lundi 24 Février 2020

Lu 316 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif