Facebook
Rss
Twitter








Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L' Algérie ressort étonnamment son projet de gazoduc des tiroirs

Sérieux ? Ou s'agit-il tout juste de déclarations d'intention édictées par une quelconque courtoisie diplomatique ?


L’ Algérie ambitionne de relancer le projet du gazoduc transsaharien (dit aussi NIGAL). Sabri Boukadoum, ministre algérien des Affaires étrangères, et son homologue nigérian, Geoffrey Onyeama, ont souligné lors d’entretiens tenus la semaine dernière à Abuja l'importance de la mise en œuvre des grands projets déjà identifiés par les deux pays dont le gazoduc censé relier à partir de cette année le Nigeria à l'Algérie pour transporter du gaz naturel vers l'Europe. S’agit-il d’une sérieuse volonté politique de donner un nouvel élan à l’accord signé le 3 juillet 2009 par les gouvernements du Niger, du Nigeria et de l'Algérie ou plutôt de déclarations d’intention édictées par courtoisie diplomatique ? En effet, un récent rapport de la Chambre africaine de l'énergie a indiqué qu’à part l’approbation en 2019 du projet de construction de son septième train de gaz naturel liquéfié (Nigeria LNG Train 7 (Train 7)), qui devrait augmenter la production de GNL du pays de près d'un tiers, le Nigeria ne prévoit aucun projet pour l’année en cours et aucun projet important ne devrait être approuvé ou mis en œuvre en 2021, car le pays a été durement touché par la pandémie de Covid-19, la baisse de la demande mondiale en pétrole brut et la chute des prix qui en a découlé. La même source a révélé que de nombreux projets importants comme les développements en eaux profondes de Bonga North et Bonga Southwest – Aparo exploités par Shell, et le projet Etan – Zabazaba exploité par Eni, également en eau profonde, devraient être retardés davantage dans un contexte où les opérateurs du monde entier se concentrent désormais sur la réduction des investissements et le report des projets. A noter que l'industrie pétrolière au Nigeria était déjà en proie à des problèmes tels que le projet de loi sur l'industrie pétrolière (PIB), longtemps retardé, qui s'est ensuite transformé en projet de loi sur la gouvernance de l'industrie pétrolière (PIGB). En septembre 2020, le président Muhammadu Buhari a de nouveau soumis le projet de loi à l'Assemblée nationale, dans l'espoir de l'adopter d'ici la fin de 2020. Le Nigeria a également adopté fin 2019 une révision des PSC en eau profonde de 1993 qui augmente les redevances sur les champs en eau profonde de 0% à 12,5% au prix actuel du pétrole. « Alors que d'autres pays d'Afrique de l'Ouest prennent des initiatives fiscales pour attirer et conserver des investissements à long terme dans des projets en eau profonde, le Nigeria a fait un pas dans une autre direction dans le but d'augmenter les revenus du gouvernement, mais cela a créé une situation fiscale peu attrayante pour les investisseurs en amont », indique le rapport. La situation en Algérie n’augure également rien de réjouissant sur le plan de l’investissement et du développement de nouveaux projets. En fait, le pays a subi un coup dur car les recettes d'exportation du pétrole ont baissé de manière drastique en raison de la chute du prix du pétrole. L'impact de cette situation est assez important car l'Algérie dépend fortement des recettes d'exportation du pétrole et du gaz pour soutenir son budget. Le rapport de la Chambre africaine de l'énergie a indiqué que les exportations algériennes de gaz vers l'Europe et de GNL vers les marchés d'Asie de l'Est et d'Europe ont également connu une baisse en 2020 en raison de la réduction de la demande du gaz à cause de la pandémie de Covid-19. Une baisse qui n’a rien de nouveau puisque l’année 2019 a enregistré 26 milliards de mètres cubes contre 39 milliards de mètres cubes d'exportations de gaz par pipeline en 2018. Le pays a également dû, selon la même source, signer de nouveaux contrats d'exportation avec des volumes inférieurs, car l'Algérie pourrait avoir du mal à maintenir ses exportations de gaz à court terme vu que sa consommation intérieure de ce produit augmente. « En l'absence de découvertes majeures, le pays a également introduit une nouvelle loi sur les hydrocarbures, dans l'espoir d'attirer de nouveaux investissements de sociétés étrangères. Cela a conduit Sonatrach à signer plusieurs mémorandums d'entente (MOU) donnant des opportunités d'exploration dans le cadre de la nouvelle loi à des majors et des indépendants dont ExxonMobil, Chevron, ENI, OMV, Cepsa, Lukoil, TPAO et Zarubezhneft », précise ledit rapport. Concernant les perspectives du développement du marché du gaz, il est prévu qu’après 2025, la production s’accélère en raison de la mise en service de nouveaux projets importants en Afrique de l'Est. Toutefois, la consommation intérieure ne devrait pas suivre cette tendance à moins que de fortes politiques ne soient adoptées et conduisent à l'expansion des infrastructures gazières africaines, ce qui impliquerait une augmentation des exportations en 2030. « Seuls une volonté politique soutenue, une législation favorable et un fort soutien de l'industrie peuvent libérer le véritable potentiel que le gaz africain peut avoir dans le continent», a conclu le rapport. 

Hassan Bentaleb
Mardi 1 Décembre 2020

Lu 1346 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 23 Septembre 2021 - 20:01 Alger en perte d’altitude

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Dans la boutique

Flux RSS