LibéSPort




Zoom







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

L'AC Milan et la Juventus vont lancer les grands travaux

Dimanche 26 Mai 2024

L'AC Milan et la Juventus vont lancer les grands travaux
Dans l'ombre de l'irrésistible Inter Milan pendant toute la saison, l'AC Milan et la Juventus Turin sont au même point au terme du Championnat d'Italie 2023-24: ils doivent reconstruire, en commençant par se trouver un nouvel entraîneur.

Loin de l'Inter, sacré champion pour la 20e fois de son histoire dès la 33e journée, l'AC Milan, 2e à 18 points du champion, et la Juve, 3e à 22 longueurs de la 1ère place, n'ont pas terminé leur saison, parfois pénible, de la même façon.

Le Milan a mené 3-1 avant de s'écrouler dans le final pour concéder le nul (3-3) face à la Salernitana, lanterne rouge réléguée en 2e division, tandis que la Juve a renoué avec la victoire après six nuls consécutifs en battant Monza (2-0).

Cette 38e journée marquait pour l'AC Milan la fin d'un ère, avec les départs de l'attaquant français Olivier Giroud et du défenseur danois Simon Kjaer, et surtout le dernier match dirigé par Stefano Pioli.
L'entraîneur italien, en poste depuis 2019, sait officiellement depuis vendredi qu'il ne sera plus aux commandes du club lombard la saison prochaine.

Même s'il a offert au Milan un 19e scudetto en 2022 et lui a redonné un certain standing européen après huit saisons sans C1 entre 2013 et 2021, Pioli a payé cash l'incapacité de son équipe à briller dans les grands rendez-vous cette saison, en Ligue des champions (élimination dès la phase de poules), en Ligue Europa (deux défaites en quart de finale contre l'AS Rome) et bien sûr en championnat (derby perdu à domicile qui a offert le titre à l'Inter).
Pour le remplacer, l'AC Milan privilégierait la piste du Portugais Paulo Fonseca, à Lille depuis 2022, qui connaît la Serie A pour avoir entraîné l'AS Rome pendant deux saisons.

Les dirigeants lombards sont conscients qu'ils doivent renforcer leur équipe, notamment en attaque avec le départ de Giroud (15 buts en championnat) et les interrogations que suscite Rafael Leao.
Dans leur viseur, le Néerlandais Joshua Zirkzee, révélation de la saison avec Bologne, ou le Guinéen Serhou Guirassy (Stuttgart).

"Nous ferons de notre mieux cet été pour rendre notre équipe encore meilleure et plus compétitive", a simplement expliqué Giorgio Furlani, le directeur général de l'AC Milan.
Les dirigeants de la Juve font eux aussi profil bas.

Ils ont résilié il y a huit jours le contrat de Massimiliano Allegri, deux jours seulement après leur 15e Coupe d'Italie, une finale marquée par les spectaculaires coups de sang de leur entraîneur à l'égard des arbitres, d'un dirigeant de la Juve et d'un patron de journal.

Allegri, revenu en 2021 à la Juve après lui avoir offert cinq titres de champion, quatre éditions de la Coupe d'Italie et deux finales de Ligue des champions entre 2014 et 2019, était déjà en sursis depuis plusieurs semaines.

Son équipe, sur les talons de l'Inter jusqu'à janvier, a perdu pied dès les premières semaines de 2024 et a laissé le champ libre au club milanais.
Sa phase retour est calamiteuse, avec seulement trois victoires et 19 points sur les 17 dernières journées.

Selon la presse italienne, le prochain entraîneur de la Juve devrait être Thiago Motta, qui a qualifié Bologne pour la première fois de son histoire pour la Ligue des champions.

L'ancien international italien, passé par le PSG, est libre, puisqu'il n'a pas renouvelé son contrat avec Bologne d'où il pourrait arriver avec, dans ses valises, le très convoité Zirkzee.
Autre priorité pour la Juve, convaincre son international français Adrien Rabiot, dont le contrat expire fin juin, de rempiler.

Libé

Lu 235 fois

International











Inscription à la newsletter