Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Khmissa-Lesieur décerné le 10 octobre à Marrakech : 25 nominées pour des combats de femmes




Khmissa-Lesieur décerné le 10 octobre à Marrakech : 25 nominées pour des combats de femmes
Des femmes qui font le Maroc d’aujourd’hui, se battent sur tous les fronts au nom de la dignité, la citoyenneté mais aussi le savoir et la libre entreprise, voici les Marocaines que la 9ème édition de Khmissa Lesieur a choisi de mettre sous les feux des projecteurs.
Cinq catégories et 25 profils pour mettre en lumière les combats des femmes, qu’elles soient chercheures, activistes, entrepreneures,  dans l’administration. Des femmes qui portent le Maroc, ses avancées, ses petites conquêtes  mais aussi ses dysfonctionnements, ses retards et ses injustices. Deux nouvelles catégories ont fait leur entrée à l’occasion de cette édition qui se tiendra à l’occasion de la journée nationale de la femme, le 10 octobre à Marrakech. D’abord, « Parcours d’exception», une catégorie où ont été sélectionnées des femmes formidables, des Marocaines d’ici et d’ailleurs dont le talent a explosé. La productrice Izza Genini, l’auteur autodidacte Zahra El Basri Naqurachi, la championne des saveurs marocaines, Fatima Hal, la ministre belge d’origine marocaine Fadela Laannan ou encore l’écrivaine espagnole d’origine marocaine Najat El Hachmi ont été autant de coups de cœur des membres du jury.
Autre catégorie nouvelle, celle des «sciences et recherche» pour distinguer des femmes qui ont fait du savoir un sacerdoce et une passion. Elles sont médecins (Najat Kadiri, Ouafa Mkinssi), chercheure (Mounira Amor-Gueret, Samira Manar), historienne (Halima Ferhat) et elles ont défriché des terres nouvelles longtemps interdites aux femmes.
Loin de l’axe Rabat-Casa, dans
le Maroc profond
Le jury fort des  différences de ceux et celles qui le composent  (la coordinatrice nationale de l’INDH Nadira Guermaï, la directrice générale adjointe de 2M, Samira Sitaïl, la spécialiste en communication institutionnelle, Laila Ouachi, le professeur agrégé de psychiatrie Driss Moussaoui, le directeur du centre régional d’investissement de Casablanca Hamid Ben Elfadil, le directeur des études et prévisions financières au ministère des Finances, Mohamed Chafiki, la rédactrice en chef de Fémina Kelthoum Ghazali et le chef du service d’anatamo-pathologie au CHU de Casablanca et ancien secrétaire d’Etat à l’environnement Moulay Ahmed Iraki) a choisi de donner à voir des Marocaines qui s’engagent et pas seulement sur l’axe Rabat-Casablanca, et loin des palaces climatisés où il fait bon de frissonner. La catégorie « Action sociale et droit humanitaire » est particulièrement porteuse de ce message du Maroc profond mais aussi des blessures. Il y a là la Rabha Ouniha qui, à Imilchil, tisse au nom du devoir de mémoire grâce à une coopérative créée dans le cadre d’un programme de réparation humanitaire, les soulalyates Rkia Bellot et Mennana Shiseh qui se battent pour leur droit aux terres collectives, Touria Bouabid, l’activiste de la section marocaine d’Amnesty international qui n’en finit pas de se mobiliser en faveur de la suppression de la peine de mort en terre marocaine, Yasmina Filali, présidente de la Fondation Orient-Occident qui mène action contre le phénomène des petites bonnes et l’humanisation de l’accueil des clandestins africains en terre marocaine ou encore l’accoucheuse traditionnelle Hadda El Assal, qui, dans la catégorie action sociale, se bat pour donner la vie dans son douar dans la province de Taounate et dans un pays où une femme meurt toutes les six heures en accouchant.
Dans le monde de l’entreprise et celui de l’administration et du service public, la 9ème édition de Khmissa met en compétition des battantes, des gagnantes mais aussi et surtout des femmes qui se sont fait une place et frayé un chemin dans des citadelles trop longtemps exclusivement masculines. De Zhor  Al Hourr, présidente de chambre à la cour suprême et spécialiste du droit de la famille en passant par Karima Zouhair, cette morchida qui prouve tous les jours qu’une femme peut enseigner l’Islam, le vrai, ou encore Touria Sekkat, une figure de proue dans l’entrepreunariat marocain, à la tête d’une société spécialisée dans les peintures industrielles…
Dès le 21 septembre, et grâce à un partenariat avec 2M, les 25 nominées seront au cœur d’une opération de médiatisation via des capsules-portraits. Le vote du public se fera à travers plusieurs canaux : SMS, vote vocal, coupon-réponse publiés dans la presse, vote électronique sur le site de Khmissa-Lesieur. Les votes du public seront clôturés le 10 octobre à 17 heures. Les résultats seront proclamés  au cours de la soirée de  cérémonie.  Attention, cette année Khmissa ne s’arrête pas le temps d’une soirée. Loin des paillettes et des sunlight, les 25 nominées seront invitées à soutenir un projet de développement durable.

Narjis Rerhaye
Lundi 21 Septembre 2009

Lu 2066 fois


1.Posté par mhammed le 24/10/2009 20:56
pourquoi Lwajh alakhar avec khmissa c'est voulu??????????????????????????????

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif










Mots Croisés